Le melon, bien le choisir, bien le manger

Fruit d'été par excellence, le melon rafraîchit et purifie le corps. Quelques conseils pour en profiter comme il se doit !

Le melon, fruit d'été par excellence
Voici près de 5000 ans que le melon se déguste. On le cultivait en Egypte Antique et les Romains en étaient friands. Après nombres de croisements, il existe plus de 3 000 variétés de melon aujourd'hui. En France, c'est le Cantaloup qui domine les marchés.

Le fruit est rond, l'écorce tire du vert au jaune et la chair est orange. Le melon Cantaloup doit son nom à la résidence papale où les moines l'ont cultivé pour la première fois, Cantalupo. Acclimaté au sud de la France, il porte le nom de melon de Cavaillon. La période estivale reste le meilleur moment pour le déguster. Il est toujours possible d'en trouver chez les primeurs, mais rarement mûrs, et souvent de qualité inférieure (si non, n'hésitez pas, partagez vos adresses !).

Le melon d'hiver, s'il est moins sucré, n'en est pas moins apprécié. On le reconnaît à son écorce lisse et à sa chair vert pâle, voire blanchâtre. Il est généralement cueilli avant maturité pour être consommé comme un légume. Cuit trois minutes à la poêle, c'est un régal !

Il sont beaux mes melons !
Pour bien choisir votre melon, commencez par oublier vos préjugés !
  • La taille du pédoncule n'indique pas le sexe du melon. La fleur d'un fruit est sexuée, mais pas le fruit !
  • La présence d'une craquelure ou d'un détachement du pédoncule est un signe de maturité seulement pour le melon de Cavaillon. Sur les autres melons, c'est le signe qu'il a souffert du voyage, rien de plus.
  • Qu'il ait 9 ; 10 ou 11 rainures ne change rien à la qualité du melon.
  • Le melon ne fait pas grossir : ses glucides sont composés à 2/3 de fructose, qui sont assimilés plus lentement que les glucoses.

Vous pouvez à présent sillonner les marchés en quête du saint melon. Quatre critères entrent en ligne de compte :
  • La taille : nul besoin d'acheter un énorme melon si vous n'êtes que deux à en manger ! Une fois coupé, il perd très vite ses qualités nutritives, même mis au réfrigérateur ! Préférez donc le manger en une seule fois.
  • L'odeur : plus le fruit sent, plus il est mûr. Un melon qui sent l'éthanol sera trop mûr, voire dangereux pour les personnes allergiques à l'alcool. Préférez un melon mûr si vous le mangez le jour même. Si vous projetez d'attendre quelques jours, prenez un melon à l'odeur peu prononcée. Il finira de mûrir dans votre cuisine. Attention : le melon d'hiver n'a pas d'odeur !
  • La fermeté : un melon trop ferme n'a pas encore atteint sa maturité. Choisissez-le plus ou moins souple selon que vous l'aimiez mûr ou non.
  • Le poids : un melon lourd est un melon plein d'eau et de sucre, il n'en sera donc que meilleur.

Et ils sont bons !
Le melon est un fruit d'été. Pour preuve, il est gorgé d'eau à 88% ! De plus, son taux de potassium (0,3%) et de fibres (1%) en font un fruit parfait pour éliminer graisses et toxines. Et impossible de reprendre du poids avec ses quelque 35 kcal/100g de chair. Il délivre un apport conséquent en vitamines C et en vitamine A, excellente pour la peau, les yeux et les muqueuses. Enfin, son bêta-carotène (qui lui confère cette belle couleur orange) possède des vertus antioxydantes. Il n'y a rien de meilleur pour le teint !

L'été arrive, faites-vous plaisir avec les melons ! Jetez donc un œil à ces quelques idées originales de recettes au melon !
Article publié le 18 mai 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.