La myrtille sauvage, délicieuse bienfaisante

Une belle couleur bleu foncé à violette, la myrtille sauvage nous enchante. Au parfum intense et à l’arôme riche et sucré, cette originaire d’Amérique du Nord a bien des vertus… à découvrir !

D’une belle couleur bleu foncé à violette, la myrtille sauvage ou bleuet, pousse à l’état naturel et est récoltée tous les deux ans de juillet à août.

Appartenant à la famille des éricacées, la myrtille sauvage (Vaccinium angustifoliium ; Vaccinium myrtillus ; Vaccinium angustifolium) pousse en Amérique du Nord, au Canada Atlantique, au Québec et dans le Maine. Mais contrairement aux myrtilles domestiques, les myrtilles sauvages sont cultivées à l’état naturel. On ne peut les planter; ainsi les agriculteurs les laissent pousser à leur gré en climat frais et dans un sol acide et bien drainé. Tous les deux ans, les champs sont moissonnés et vient alors la cueillette de ces fruits vénérés par les Amérindiens, de juillet à août. Cueillies à pleine maturité, les myrtilles sont généralement surgelées directement après la récolte, ce qui permet de conserver ses valeurs nutritives et d’en consommer avec bonheur toute l’année.    

Les bienfaits de cette baie, appelée bleuet au Canada, résident surtout dans ses effets anti-oxydants.. En effet, ce sont les pigments d’anthocyanes, à l’origine de la couleur bleu foncé intense de la myrtille, éléments phytochimiques secondaires, qui détruisent les radicaux libres. Ils évitent alors les dommages cellulaires et les effets dégénératifs  de la vieillesse prématurée. Des recherches sont menées sur son lien avec la réduction des risques de cancer et des maladies cardio-vasculaires. Par ailleurs, riche en fibres, en vitamines hydrosolubles, la myrtille sauvage possède des propriétés antiseptiques, améliore la circulation sanguine et se révèle très diurétique. Elle regorge encore d’effets bénéfiques sur la mémoire ou sur la vision (la cataracte) en plus d’être une des baies les plus légères en sucre et en calories. Elle est donc profitable aux personnes diabétiques.

En outre, la myrtille sauvage se cuisine très facilement et éveille tous les plats : plats salés, entremets, desserts et même les boissons. Fraîche ou cuite, sa riche saveur mêlée à ses propriétés bénéfiques, devrait vous séduire.

Vous reconnaîtrez les fruits de ces myrtilliers sauvages de petite taille à leur petit gabarit. Ce sont elles, qui parmi toutes les familles de myrtille, possèdent le plus d’antioxydants et un goût extrêmement doux.

Une baie à en rester… bouche-bée !

www.myrtilles-sauvages.fr

Article publié le 7 septembre 2011

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.