La poire, fruit des dieux

L'été arrive, la poire aussi ! Portrait d'un fruit qui a traversé l'Hispoire.

La poire, le fruit des dieux d'après Homère
La poire se cueillait déjà il y a 5000 ans en Asie Centrale et en Europe Occidentale. Au Vème siècle, Homère décrit la poire dans l'Odyssée comme « le fruit des dieux ». En Europe, à l'époque médiévale des sacres de Reims, c'était plutôt le fruit des rois. Selon la tradition, Louis XIV, Louis XV, Charles X et même Marie-Louise reçurent en cadeau une poire et une coupe de champagne lors de leur sacre. « Nous vous offrons ce que nous avons de meilleur : nos vins, nos poires et nos cœurs », ainsi psalmodiait le maire de Reims durant la cérémonie.

Au dépoire, elles étaient six...
Six variétés de poires seulement pour un monde Antique très friand de ce fruit. Les Romains, en maîtres de la greffe et du croisement arboricole, en créèrent une soixantaine de variétés différentes. Avec sa diffusion à travers l'Europe, la poire a connu moult transformations et variantes. A l'époque de Louis XIV, on en comptait déjà 500 espèces ! Ce nombre ne cesse d'augmenter, pour arriver aujourd'hui à plus d'un millier de poires différentes.

Sur toutes ces poires, seule une dizaine sont présentes sur nos étalages. On les différencie par saisons :
Poires d'été :
  • Williams : poire la plus cultivée dans le monde, elle est souvent utilisé pour l'eau-de-vie.
  • Guyot : très sucrée, elle est idéale pour les sorbets, les cocktails et les brochettes de fruits.
Poires d'automne :
  • Comice : une des plus connues car très volumineuse
  • Beurré Hardy : avec sa peau fine et sa chair juteuse, elle est la poire parfaite à croquer.
  • Louise Bonne : cette poire se cultive facilement, on la trouve dans de nombreux jardins. Bientôt dans le vôtre ? Elle est très appréciée car juteuse et bien sucrée.
  • Belle-Angévine : poire à cuire exclusivement, très appréciée de par sa taille conséquente.
Poires d'hiver :
  • Passe-Crassane : reconnaissable à sa queue recouverte de cire rouge. De cette manière, l'eau n'y passe plus, la maturation en est retardée pour une plus longue conservation.
  • Conférence : elle tient son nom du fait d'avoir remporté le premier prix à la Conférence Internationnale de la Poire à Londres, en 1885.
  • Poire de fisée : celle-ci n'est consommable que cuite. Il s'agit d'une spécialité normande. A la Toussaint, on déguste le pâté de poire de Fisée, délicieux feuilleté sucré.
  • Angelys : petite dernière dans la lignée des poires, elle naît en 2000 d'un croisement de la Comice et de la Passe-Crassane. Protégée par une peau plus épaisse que la normale, elle est une des rares à se conserver jusqu'à trois semaines à l'air ambiant.
Poirément bonne !
La belle saison arrive, et bientôt les poires en automne ! Vous pourrez préparer de succulentes poires Belle-Hélène. La poire contient plus de 80% d'eau et constitue un dessert ou un en-cas très rafraîchissant !
Ce fruit est riche en fibres (2,5 à 3%), ce qui en fait un excellent coupe-faim. Par ailleurs, elle est peu calorique : une poire dispense entre 60 et 90 calories seulement par fruit.

La poire s'attribue le premier prix du fruit de régime : le fructose qui compose ses 12% de glucides s'assimile lentement et progressivement, l'absence de sodium la rend idéale pour les régimes sans sel et elle est riche en sorbitol. Il s'agit d'un agent au goût sucré qui favorise la digestion et possède une action bénéfique sur les dents.

Enfin, la poire a des propriétés diurétiques : elle favorise l'élimination des toxines du corps en augmentant l'activité des reins, et donc la sécrétion d'urine. Parlez-en à votre médecin, ou à votre nutritionniste avant de commencer une cure.
Article publié le 27 avril 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.