Le temps des cerises…

Avec 50 000 tonnes produites chaque année en France, la cerise est, après la fraise, le plus populaire des fruits rouges.

Bien rouge et charnue, la cerise est l'un des meilleurs des fruits rouges
A choisir ferme et charnue, lorsque la queue est encore bien verte et attachée -signe de fraicheur-, et surtout en ne les lavant qu’au dernier moment. Voilà comment se déguste une bonne cerise.

Bien plantée dans notre histoire

C’est à Louis XV, grand amateur de cerises, que l’on doit la culture intensive du cerisier moderne et le développement des nouvelles variétés en France. Loin d’être inconnues jusqu’alors, les fruits du merisier sauvage étaient déjà consommés sous l'Antiquité ; des cerisiers sont cultivés dès le Moyen Age. Sous Louis XV, ce sont plus de 200 variétés qui sont répertoriées dans notre pays. Les premiers cerisiers originaires d'Asie Mineure ont donc été peu à peu sélectionnés selon leur taille de fruit, leur saveurs sucrées et succulentes, et leurs précocités.

Dans nos jardins, les cerisiers d'Europe se rattachent aujourd’hui à deux espèces principales dont les variétés les plus répandues sont :

- pour le merisier et le cerisier doux : les bigarreaux (Burlat, Moreau, Marmotte, Reverchon, Napoléon, Jaboulay), et les guignes (Guignes hâtives, Guignes de mai, Marsotte, Rouge des Vosges, Noire des Vosges).

- et, pour le griottier ou le cerisier acide : l’amarelle (Anglaise hâtive, Belle de Choisy, Belle de Chatenay, Impératrice Eugénie), et les griottes (Montmorency).

Majoritairement produite dans le Sud-Est, les cerises se récoltent entre fin mai et début juillet, selon les variétés. Il faut 45 jours entre la date de floraison et la date de maturité des fruits.


Crues ou cuites, toujours aussi bonnes

Absolument délicieuses à croquer crues, les cerises se consomment aussi en sirop (façon amarena), à l’eau de vie, en confiture, et même en tisane. Elles font aussi de très bonnes pâtisseries : tartes, clafoutis, et autres soufflés. Elles s’ajoutent enfin gracieusement aux compotes, salades de fruits et coupes glacées. Cuites, dans les plats salés, elles accompagnent les volailles, spécialement le canard, le gibier ou dégagent toutes leurs saveurs dans le jus de cuisson d'un rôti.

Enfin, les cerises sont connues pour faire de bonnes liqueurs comme le kirsch d'Alsace, le guignolet d'Anjou, le ratafia de Provence, le cherry anglais ou encore marasquin d'Italie. On fait aussi du vin de cerises avec du jus de cerise fermenté. Les cerises à la liqueur se marient d’ailleurs très bien avec le chocolat, comme une Forêt Noire.

Question conservation, les cerises se congèlent très bien. Pour les dénoyauter plus facilement, il suffit de les faire tremper une heure dans une eau glacée après les avoir équeutées.


D’excellentes vertus

Avec 68 calories pour 100 g, les cerises fraîches sont particulièrement bonnes pour la santé. Elles débordent de beta-carotène et sont très riches en vitamine A , E et C, en pectine et en potassium. Ce cocktail aux propriétés anti-oxydantes limite le vieillissement des cellules. Par ailleurs, ses propriétés diurétiques sont très utilisées dans le cas d’infection urinaire, alors que ses fibres stimulent le fonctionnement intestinal.

Enfin, selon une étude des chercheurs de l’Université du Michigan, elles préviennent des cancers et réduisent les risques cardio-vasculaires. On chuchote même que la cerise aurait un rôle antibactérien, qui neutraliserait la formation de plaque et, a fortiori, de la carie dentaire.

Il serait donc dommage de se priver d’un fruit aussi bénéfique. Alors, mangez des cerises !
Article publié le 7 juin 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.