Le cachou de la ville rose !

A 130 ans, le cachou Lajaunie est toujours toulousain et fait toujours « Tchick, Tchick » lorsqu’on secoue sa légendaire boîte jaune…

Avec  le bonbon le Cachou, vous pouvez fumer tout en gardant une bonne haleine! Affiche publicitaire de Capiello
Un remède à la réglisse

Le succès du cachou est immédiat en 1880 ! A l’époque, le pharmacien toulousain Léon Lajaunie imagine une recette pour rafraîchir l’haleine et assainir les gencives… Une idée qui lui vient de ses clients se plaignant de leur problème buccal. Il teste alors un mélange de réglisse, de résine de lentisque, dont les dentistes se servaient pour oblitérer les cavités des dents cariées, de poudre d’iris. A cela, il ajoute du lactose, de l’eau, de l’amidon et de la gélatine pour donner davantage de consistance. Il obtient alors une pâte brune. Une fois sèche, le pharmacien la découpe en petits carrés. Mais il ne sait pas encore que ce remède noir, brut, utilisé pour de nombreux maux, va devenir un célèbre bonbon « le cachou »!


A Toulouse, on voit la vie en jaune !

Mais le cachou Lajaunie n’est pas uniquement un bonbon… . Sa petite boîte de métal jaune qui, lorsqu’on l’agite légèrement, fait rebondir ses bonbons contre les parois, est devenu légendaire ! Son mécanisme ne lasse jamais d’amuser les adeptes du cachou. Sa couleur, d’un jaune canari, fait référence à son créateur éponyme. Enfin, elle a la taille d’une montre à gousset, ce qui n’est pas si surprenant car sa conception fut confiée à un ami horloger et sa fabrication aux frères Sirven, imprimeurs et fabricants de boîtes métalliques.


« Cachou » : made in Toulouse, from India

D’après « l’officine Dorvault », la poudre de cachou provient du bois et de « l’acacia catechu » de l’Inde et du Bengale. Ce produit, très riche en tanin, lui donne son goût astringent. Quant à l’activité de la fabrication des cachous, elle est toujours restée jusqu’à ce jour à Toulouse, demeurant encore la plus petite usine de production du groupe, avec seulement six personnes employées. Léon Lajaunie aurait cédé le procédé aux industriels toulousains Sirven contre un centime de royalties par boîte vendue en 1905, cela aurait d’ailleurs fait sa fortune. La maison mythique Lajaunie a été en quelques années achetée par plusieurs industriels, et notamment par le groupe Kraft Jacob Suchard en 1997, puis en 2003 par Cadbury Schweppes. Dernièrement, la petite boîte jaune est revenue dans le giron du groupe Kraft Foods.



Rien de meilleur que le cachou traditionnel

A sa création Cachou Lajaunie se déclinait en un seul parfum, Cachou Tradition. Puis en 1985, un Cachou plus doux est lancé avant d’être remplacé par le Réglisse Vanille des années 90. Puis c’est le Cachou Menthe qui prend la relève en 92 pour être ensuite évincé par le Cachou Tradition, qui demeure aujourd’hui seul dans le commerce.


« La belle de Cadiz »

Ce bonbon a toujours bénéficié d’une publicité notoire et ceci depuis le XIXe siècle. Les affiches en métal émaillé « Cachou Lajaunie » ne manquaient pas de vanter les vertus de la nouvelle friandise. Mais le spot publicitaire qui a le plus marqué les esprits est bien celui de « La Belle de Cadiz », diffusé à la télévision en 1985. La comédienne, au décolleté généreux, porte comme seul apparat, deux boîtes de cachous en guise de boucles d’oreille. Ce bonbon si rafraîchissant et à l’effet stimulant, émoustille la belle, saisit d’un frissonnement qui en fait grelotter sa poitrine pulpeuse. Un tel succès lui a valu l’honneur de décrocher la Minerve de Platine publicitaire en 1985.

Malgré l’absence de communication depuis mars 1999, Cachou Lajaunie bénéficie toujours d’une image de marque très solide avec 85% de notoriété. De quoi faire frémir encore les petites boîtes jaunes !
Article publié le 18 octobre 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.