Une deuxième boutique « exclusive » Pierre Marcolini à Paris

Qui ne connaît pas les chocolats de Pierre Marcolini ? Ses carrés fins à l’ancienne (4 millimètres d’épaisseur et 6 gr. de douceur !) ses tablettes carrées dessinées par Yan Pennor’s, ses jolis coffrets noirs à lettres blanches qui cachent de petits trésors de bonbons de chocolat et ses boîtes initiatiques font la joie de tous à Bruxelles comme à Paris. « Un cadeau sans écrin, ça n’existe pas », a l’habitude de dire Pierre Marcolini. C’est pourquoi on en trouve des ronds, des carrés, petits ou grands.

Une pile de carrés.
Voir plus : chocolat
Star au Japon où il est vendu dans six boutiques, « l’homme chocolat » comme ses fans l’appellent, est né en 1964 à Charleroi en Belgique, alors que sa famille - originaire de Vérone - avait émigré en Belgique après la guerre. Ancien apprenti de chez Wittamer à Bruxelles, Champion du monde de Pâtisserie en 1995, cet amoureux des « caraques » et des « pralines » est devenu en vingt ans un orfèvre chocolatier qui compte parmi les plus audacieux du moment.

Créatif, imaginatif, poète et rêveur à sa façon, Pierre Marcolini n’en finit jamais de se mettre en question et de redéfinir son métier de créateur pur chocolat. Il fait venir ses fèves de grands crus de propriétés les plus performantes, et aujourd’hui son ancienne épouse Nico reste l’ambassadrice de la marque dans le monde ; on la voit sur le terrain, à Madagascar, en Amérique du Sud ou à Sao Tomé, à la recherche des plus attrayantes cabosses. Son maître mot ? « Exigence ».

Après une première boutique, à Saint-Germain-des-Prés, dans un quartier qui a vu naître aussi les premières boutiques du pâtissier Pierre Hermé et du chocolatier Patrick Roger, il fallait cette fois, sur la rive droite, un quartier chic et touristique qui puisse accueillir un nouveau comptoir sophistiqué. Le quartier de l’Opéra était idéal. Il n’a pas été choisi à la légère et se retrouver à côté du flamboyant Hôtel Scribe, à deux pas de sa maison de thé, est une aubaine qui dans le long terme devrait être payante.

Pâtisseries, confiserie, carrés, bonbons de chocolat
Ce splendide comptoir des chocolats de 120 m2 a été dessiné par l’architecte-décorateur belge Olivier Lempereur qui a misé sur la transparence, des tons contrastés de gris, de blanc et de noir, ainsi que sur des matières chaudes : l’érable et le mélèze.

Un « carré VIP »
Les gammes de grands crus d’origine sont mises en valeur, d’abord dans un premier espace composé d’étagères remplies des fameuses tablettes carrées et d’un joli comptoir de bonbons de chocolat, de confiseries et de guimauves acidulées. Un deuxième espace est réservé plutôt aux pâtisseries (tartes, macarons, éclairs…), avant le salon privé voulu par le chocolatier comme un carré très « VIP » où chacun peut venir déguster et composer sur mesure sa propre « Malline » (« malle » et « praline »), qui est la marque de fabrique de la maison. L’opération est filmée et relayée sur écran plat…

Notre conseil : tester les 18 « Grands Crus de Propriété », comme celui de l’hacienda Puerto Romero d’Equateur, « Los Rios », dégageant une belle acidité, ou le Venezuela Puerto Cabello du village d’Occumare, un criollo à 72 % de teneur en cacao. Du noir suave qui nous fait voyager dans le goût le plus onctueux.

Et comme l’a confié Pierre Marcolini un jour au site belge www.psy.be : « Le chocolat peut être terriblement masculin quand, le matin, vous mangez un carré de Madagascar à la véritable puissance virile. Et puis, le soir, lorsque vous êtes sur des notes de Java, vous êtes dans la féminité absolue ».


Chocolats Pierre Marcolini
3, rue Scribe, Paris 9e
Tél : 01 44 71 03 74
Ouvert du lundi au samedi de 10h à 19h.
Article publié le 27 juillet 2009

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.