Il était une fois une prune…qui devint pruneau !

« Pruneaux d’Agen, ça vous va bien », voilà ce que chante d’un air guilleret le slogan publicitaire de la première chaîne. Et sans le pruneau, Agen n’aurait pas aujourd’hui sa notoriété, voire serait méconnue de la plupart des Français. Les Agenais sont donc redevables de leur célèbre gourmandise, et ils le savent !

Au petit déj, prunes ou pruneaux?
Du prunier de Chine au prunier d’Ente

L’arrivée du prunier sur la terre occidentale date de l’Antiquité. Venu de Chine par la route de la soie, cet arbre fruitier prend tout d’abord racine sur le bassin méditerranéen sous l’impulsion des Grecs et des Romains. Mais la culture du prunier débuta dans la province romaine dite « La Narbonnaise » qui s’étendait jusqu’au Quercy actuel. Au retour de la IIIème Croisade, les moines de l’Abbaye bénédictine de Clairac près d’Agen sont inspirés. Ils ne le savent pas encore mais en hybridant des pruniers locaux avec des plans de pruniers de Damas ramenés de Syrie, ils vont être à l’origine du fameux pruneau d’Agen. Une nouvelle variété de pruniers voit alors le jour et les moines choisissent de la baptiser « prunier d’Ente », de l’ancien français « enter » signifiant « greffer ».



Le vent souffle sur les pruniers Quercynois, déportés vers l’ouest


En 1709, un terrible hiver s’amassa sur l’ensemble des pruniers Quercynois. Fortunément, la production ne disparut pas. Elle se délocalisa peu à peu vers l’ouest pour se fixer prospèrement sur les coteaux du Lot-et-Garonne autour de Villeneuve-sur-Lot, et les départements limitrophes. La prune d’Ente nage alors en plein bonheur : rien de meilleur que les terres argilo-calcaires de la Gascogne, de la Dordogne, du Quercy et des vallées du Lot et de la Garonne pour que le prunier soit dans son parfait élément !


La métamorphose de la prune

Laissez une prune se prélasser au soleil et elle se transformera en pruneau. La technique du séchage date également de l’Antiquité. Connu des médecins grecs, romains et arabes plusieurs siècles avant J-C, le pruneau n’est pas tout jeune. Maints auteurs ont vanté les mérites de ce fruit, et notamment Hippocrate avec son ouvrage intitulé « Réflexions sur la théorie et la pratique d’Hippocrate et de Galien avec la méthode de guérir les Malades, par les voyes, de la Tranfpiration & de l’Evacuation ». Dans son paragraphe au sujet de « l’inflammation aux parties externes du corps », Hippocrate mentionne d’ajouter du jus de pruneau dans sa recette médicamenteuse. Aussi, dans son chapitre « De l’évacuation par la casse », il conseille de prendre « à commencer dés le premier jour de la Maladie, une once de Caffe en bol, ou dans un jus de Pruneaux, ou un gros de Senné infufé dans un jus de Pruneaux […] ». Aujourd’hui, les prunes sont généralement réparties sur des claies une fois cueillies. Elles sont ensuite séchées dans des fours à tunnel ventilés entre 20 et 24 heures pour les pruneaux secs et 12 à 15 heures pour les pruneaux mi-cuits à une température de 75°C.


On l’appelle le « pruneau d’Agen »…

Embarquons les pruneaux ! A Agen, sur le port de la Garonne, les pruneaux étaient embarqués sur des « gabarres » à destination des ports de la façade Atlantique de l’Europe. Facile à stocker et à conserver sur de longues périodes, le pruneau était la provision de prédilection des marins au XIXe siècle. En référence au nom de son port d’expédition, le pruneau fut alors associé à Agen. L’appellation « pruneau d’Agen » a perduré au fil des siècles jusqu’à sa reconnaissance officielle par l’Union Européenne en novembre 2002, matérialisée par l’attribution d’une IGP (Indication Géographique Protégée).


Le pruneau pour les gastronomes


Naturel, énergétique, délicieux… il est idéal pour combattre les petits creux sans faire culpabiliser les plus gourmands. Le pruneau est le partenaire type pour grignoter malin et peut être consommé toute l’année. Vous pouvez également l’adopter pour vos plats culinaires, car il se marie aussi bien avec des recettes traditionnelles ou de terroir qu’avec une cuisine moderne, équilibrée et gourmande. Que pensez-vous d’une tarte au chèvre, lard et pruneaux en hors-d’œuvre, de brochettes de canard aux pruneaux ou encore d’une salade de fruits exotiques aux saveurs agenaises pour le dessert ?


Pruneau Show

Chaque été, le pruneau est en fête. Pendant trois jours, on chante, on danse, on se revêtit de violet et surtout on déguste le pruneau dans les rues agenaises… . A cette occasion, de nombreux artistes sont à l’affiche. L’été dernier, Alpha Blondy, Superbus et Murray Head ont endiablé la foule.

Rendez-vous l’été prochain au Pruneau Show 2011, et en attendant allons retrouver les délicieux dérivés du pruneau. Comment résister aux crèmes de pruneaux, aux pruneaux au sirop, aux pruneaux à l’Armagnac, aux pâtes de pruneaux et surtout à l’eau de vie de prunes d’Ente ou de pruneaux ?
Article publié le 28 septembre 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.