Quels pains pour la fête du pain ?

Du 9 au 16 mai, la fête du pain battra son plein mettant en avant le travail artisanal et authentique de la boulangerie française. Elle sera aussi l’occasion de goûter de nouveaux pains.

La banette O'Maïs de Banette

Si Saint-Honoré est le saint patron des boulangers et que sa fête tombe le 16 mai, la fête du pain dure de son côté une semaine entière. Du 9 au 16 mai prochains, le travail artisanal des boulangers sera mis à l’honneur dans tout l’hexagone.

L’activité de boulangerie-pâtisserie occupe la première place au sein de l’artisanat alimentaire et la boulangerie figure bien sûr comme le commerce de détail le plus fréquenté. 33 000 entreprises regroupent quelques 37 000 points de vente de boulangerie, le secteur emploie 160 000 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 10 milliards d’euros, c’est dire si l’activité est importante et chère au cœur des Français, en particulier des gourmets.

De nombreuses manifestations auront lieu en France pour cette fête du pain.

www.fetedupain.com

 

Rétrodor

Ce sont les minoteries de Viron en Eure et Loir qui sont à l’origine de la fameuse baguette Rétrodor dont la particularité est d’être fabriquée à partir d’une farine sans additif dans un bon goût à l’esprit des années 1930. Outre sa saveur et sa juste cuisson, la baguette pèse 300 g au lieu de 250 g pour ses consœurs et le prix n’est pas supérieur ! En partenariat avec les Gîtes d’Eure et Loir, 1 million de sachets de baguettes pour 1 million de franciliens vont être donnés lors de l’achat d’une Rétrodor et les clients pourront ainsi gagner des séjours en Eure et Loir.

 

Banette

Cette marque-là accompagne de nombreux boulangers et gagnera une légitimité nationale en juillet prochain, lorsqu’elle deviendra le fournisseur officiel du Tour de France. En tête du peloton, Banette mettra à l’honneur ses 3000 boulangers partenaires et leur pain, « carburant-nutritionnel » idéal des sportifs. Mais avant ces tours de pédale, Banette crée un nouveau pain, le Banette O’Maïs, un bâtard recouvert de maïs concassé et élaboré à partir de 27 % de farine de maïs. Authenticité et retrouvailles avec un goût ancien (le « maize » était la nourriture de base des Amérindiens il y a 7000 ans) sont le credo de cette nouvelle saveur de pain (2 € les 280 g).

 

Eric Kayser

L’alsacien a fait bien du chemin depuis ses débuts puisque le nom de Kayser, synonyme de qualité artisanale et de haute gastronomie dans la boulangerie s’affiche à l’international, de Beyrouth à Moscou en passant par Dakar, Athènes et Tokyo. Chaque boulangerie Kayser a son pain « signature » : le Carré Vendôme dans le 1er, la bûche éternelle aux Ternes, la baguette Monge dans le 5ème, le pain Santé Odéon rue de l’Ancienne Comédie, etc.. Mais l’enseigne propose aussi des pains selon les mois de l’année. Pour 2011, janvier a été marqué par le pain sésame torréfié, février par le pain pomme cannelle, mars par la ciabatta graines de courge, avril par l’ekmek aux framboises. En mai, c’est un bâtard Cranberry aux Amandes qui peut apporter une touche nouvelle à votre table lors du petit déjeuner. (3 € le pain du mois)

 

La Flûte Enchantée

Par la qualité de ses gâteaux mais aussi de ses produits panifiés, cette boulangerie du seizième arrondissement, près de la Muette, a largement dépassé les frontières de ce quartier BCBG. En synergie avec Jean-Pierre Crouzet, président de la Confédération Nationale de la Boulangerie Pâtisserie, qui réfléchit aux regards croisés entre les pains des boulangeries française et allemande, La Flûte Enchantée propose un pain de la Forêt Noire, une grosse miche très proche du Pumpernickel germanique. Fabriquée à partir de graines de lin brun et de lin jaune, de tournesol, de sésame, de millet et d’épices, ce pain très dense dans sa mie, à la couleur intensément brune et à la croûte granuleuse, se conserve parfaitement plusieurs jours. (9,30 € le Kg, 01 45 27 05 92).

 

Arnaud Delmontel

Dans le 18ème la queue est toujours longue pour se procurer la Renaissance, la baguette qui a été couronnée en 2007 du prix de la meilleure baguette de Paris. Cette récompense a valu à ce boulanger de servir l’Elysée pendant un an.

 

Dominique Saibron

Artisan original de la boulangerie, Dominique Saibron ne fait pas comme les autres boulangers. Pierre Hermé met au cœur de ses croissants Hispahan un mélange de framboises-pralines-roses et leur confère une saveur rose inimitable ; de son côté, Dominique Saibron ne propose pas de « vulgaires » croissants aux amandes, les siens sont au praliné noisette. Cotôyant son Alésiane, sa baguette créée pour sa boutique du quartier Alésia, il vient de mettre en rayon le Vital Cranberries Bio, un pain santé contenant les petites baies américaines aux vertus antioxydantes (3,75 € les 400 g).

 

Jacquet pour la grande distribution

Deuxième boulanger industriel français, mais premier sur les pains spéciaux en GMS, cette boulangerie familiale à ses origines (1880) compte aujourd’hui près de 1000 collaborateurs et fait partie du groupe coopératif Limagrain.

Sur le marché existaient des petits pains précuits à finir au four, mais cette cuisson nécessitait bien une vingtaine de minutes. Pour faciliter la tache des ménagères, pour avoir un pain croustillant prêt immédiatement au petit déjeuner et au goûter, Jacquet sort PainGril, des petits pains à mettre 2 mn dans n’importe quel grille-pain. Nature ou céréales, le produit qui se garde 3 semaines environ est bon, croustillant ; néanmoins cela est de l’industriel avec ses avantages et ses inconvénients. Vous ne couperez pas aux E 282, E 412, E 262, E 300 pour émulsifier, pour épaissir, pour acidifier, pour traiter la farine, ect…1,49 € les 4 pains et 260 g.

Article publié le 4 mai 2011

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.