Un bureau d’enfant

Reclus dans sa chambre, l’enfant se plonge avec délectation dans l’univers ludique ou sérieux qu’il s’est façonné. Meuble qu’il s’appropriera, le bureau d’enfant est reflet de ce microcosme.

Un bureau d’enfant que l’âme d’un bambin transforme (cabane  éphémère à la Villa Noailles)
Voir plus : bureau, pour enfant
Cet article fait partie du dossier Aménager une chambre d’enfant

L’enfant est incliné, quelque peu recroquevillé sur son pupitre. Le dos courbé, les sourcils froncés, il s’ingénie à recopier sans la moindre étourderie orthographique, les mots que dicte posément et distinctement son précepteur. Les liaisons et autres écueils fatals, loin d’être atténués, flottent dans la laborieuse atmosphère de la pièce, avant de s’évanouir, détrônés par une nouvelle tournure syntaxique épineuse.     

Les figures de Julien Sorel chaperonnant la progéniture des Rênal ou de M. Liévin, l’instituteur parisien qui donnait des leçons particulières au jeune Sartre, sont néanmoins surannées. Désuets, les meubles austères sur lesquels les diablotins d’antan passaient des heures douloureuses, se transforment en bureau avenant qu’ils affectionnent.

Un formidable remue-ménage est susceptible d’embarrasser le bureau d’enfant. Des objets hétéroclites, dénichés au hasard des expéditions de votre bambin se côtoient. Des tracés solitaires ou embryons de phrases gribouillés à la sauvette, que lui seul saura déchiffrer, bigarrent le bois, témoin de la minutieuse mémorisation des tables de multiplication.

Établi de fortune pour le bricoleur en herbe ou le féru de maquettes, lieu idéal pour la confection des crocodiles en perle de rocaille ou le tressage des scoubidous, le versatile bureau d’enfant est également le meuble de prédilection de l’écolier studieux.          

Article publié le 11 mai 2011

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.