Guy Degrenne, une référence française de qualité

Cette griffe d’arts de la table, qui a rendu l’orfèvrerie accessible à tous, dans les années 1950, fête ses 70 ans.

Théière Salam héritage avec cloche entièrement martelée à la main durant huit heures par un des artisans expérimentés de Vire. Cette édition limitée à 50 exemplaires numérotés est une déclinaison du modèle créé en 1953 et inspiré des théières bédouines. Et elle est toujours équipée d’une poignée généreuse et d’une cloche tapissée de feutrine qui conserve une température optimale de la boisson, deux fois plus longtemps qu’une une théière classique.
Voir plus : art de la table, théière

Une personnalité hors normes

D’origine normande, la marque Guy Degrenne est née en 1948, à Sourdeval. Au sortir de la seconde guerre mondiale et dans une période de pénurie, elle a basé son essor sur l’acier inoxydable massif et son potentiel dans la fabrication des ménagères et couverts à prix démocratisés. Depuis les années 1980, et grâce à la fameuse publicité du lycée Malherbe, on sait que le petit Guy Degrenne dessinait déjà des couverts sur ses cahiers d’écolier et qu’il faisait le malheur de son instituteur et de ses parents. Mais on peut lui reconnaître un certain flair. Il a su habilement faire glisser ses créations de l’univers strictement domestique vers le milieu professionnel de l’hôtellerie et de la restauration. Et s’il était un excellent dessinateur et designer, comme on pourrait le qualifier aujourd’hui, il était aussi un excellent gestionnaire et un chef d’entreprise économe… enfant de la guerre et adulte de l’après-guerre. Le soi-disant « cancre autodidacte » a tout de même de même obtenu un diplôme de l’ESSEC.

Couverts Normandy, nés en 1948, dans leur écrin en édition limitée. Ils ont été remis au goût du jour, tout en restant fidèle au dessin original et aux valeurs d’excellence, de durabilité et d’innovation.
Afficher la galerie
Couverts Normandy, nés en 1948, dans leur écrin en édition limitée. Ils ont été remis au goût du jour, tout en restant fidèle au dessin original et aux valeurs d’excellence, de durabilité et d’innovation.
©Claude Weber

Une communication audacieuse

Guy Degrenne savait aussi s’entourer de personnes de talent. C’est ainsi qu’il a confié sa première campagne publicitaire TV à Claude Chabrol, en 1974, alors que le jeune réalisateur faisait ses débuts. Il a été le premier des orfèvres populaires à investir dans la communication visuelle pour valoriser ses produits avec des idées très inventives pour l’époque. En se présentant aux téléspectateurs, dans ses films publicitaires ou en faisant appel à des vedettes pour vanter la qualité de ses créations, il a su marquer les esprits. Très tôt, il a aussi négocié la transition entre son entreprise familiale, qui a racheté nombre de ses concurrents, et la nouvelle donne économique des holdings.

L’estampille Guy Degrenne, une maison de tradition qui a reçu le label Entreprise du Patrimoine Vivant, avec une fabrication 100 % made in France, à Vire et à Limoges.
Afficher la galerie
L’estampille Guy Degrenne, une maison de tradition qui a reçu le label Entreprise du Patrimoine Vivant, avec une fabrication 100 % made in France, à Vire et à Limoges.
©Claude Weber

Une évolution par la diversification

Au début des années 1980, rachetée par le groupe Table de France, la maison Guy Degrenne se diversifie, s’internationalise et se développe dans le secteur de la grande distribution. En rachetant une usine de porcelaine près de Limoges, elle développe une activité de céramique de grande qualité, tout en accédant rapidement au 2ème rang des porcelainiers français. Et l’association de l’acier, de la porcelaine et du verre lui permet de créer un véritable univers autour des arts de la table. Sa première boutique en nom propre ouvrira en 1996, un an avant son introduction sur le Second Marché de la Bourse de Paris. Aujourd’hui, les nouvelles gammes de vaisselle, ustensiles culinaires et couverts sont créés avec la collaboration de designers comme Philippe Starck qui a revisité l’image de l’iconique couteau économe. Depuis avril 2018, un nouveau concept de magasin se déploie, tandis que la marque séduit, depuis plusieurs années, les grands chefs. A l’occasion de ses 70 ans, Guy Degrenne a choisi de revisiter deux pièces iconiques de son patrimoine : les couverts Normandy et la théière Salam. Mais Guy Degrenne, c’est aussi une entreprise qui perpétue des métiers de tradition, des savoir-faire qui perdurent, des artisans spécialisés et passionnés. Et il ne faut pas oublier de leur rendre hommage, à toutes les étapes de fabrication d’un produit qui véhicule cette belle image de marque et de qualité.

Contact : www.guydegrenne.fr

Bien rangés dans les fours à Limoges, les pièces prêtes à cuire qui ont subi une étape de finition pour éliminer les imperfections et coutures des moules.
Afficher la galerie
Bien rangés dans les fours à Limoges, les pièces prêtes à cuire qui ont subi une étape de finition pour éliminer les imperfections et coutures des moules.
©Claude Weber

A gauche, à Limoges, le geste maîtrisé de Christelle Baille, décalqueuse chez Guy Degrennne depuis 23 ans. Elle effectue la pose de décalcomanies (ou chromolithographie) en les trempant dans l’eau pour détacher le motif de son support et l’apposer ensuite, sans guide, sur la pièce en porcelaine. A droite, également à Limoges, Cécile Souton responsable de la finition, depuis 29 ans. Son travail, à dimension artistique, peut donner forme à des grosses pièces ou à des détails comme un bec de saucière.
Afficher la galerie
A gauche, à Limoges, le geste maîtrisé de Christelle Baille, décalqueuse chez Guy Degrennne depuis 23 ans. Elle effectue la pose de décalcomanies (ou chromolithographie) en les trempant dans l’eau pour détacher le motif de son support et l’apposer ensuite, sans guide, sur la pièce en porcelaine. A droite, également à Limoges, Cécile Souton responsable de la finition, depuis 29 ans. Son travail, à dimension artistique, peut donner forme à des grosses pièces ou à des détails comme un bec de saucière.
©Claude Weber

Version anniversaire de la théière Salam Normandy avec un motif inspiré des maisons à colombages traditionnelles normandes. Sa couleur bleu gris rend hommage à la mer normande et son décor unique, apposé sur sa cloche au miroir parfait, apporte une touche graphique et moderne.
Afficher la galerie
Version anniversaire de la théière Salam Normandy avec un motif inspiré des maisons à colombages traditionnelles normandes. Sa couleur bleu gris rend hommage à la mer normande et son décor unique, apposé sur sa cloche au miroir parfait, apporte une touche graphique et moderne.
©Claude Weber

A gauche, dans l’atelier de gravure, étalon d’une matrice estampage de décor d’une fourchette. A droite, Denis Richard, le plus ancien employé de l’usine de Vire qui fabrique des couverts depuis 44 ans.
Afficher la galerie
A gauche, dans l’atelier de gravure, étalon d’une matrice estampage de décor d’une fourchette. A droite, Denis Richard, le plus ancien employé de l’usine de Vire qui fabrique des couverts depuis 44 ans.
©Claude Weber

La fabrication des couverts qui nécessite nombre d’étapes comme le découpage des bobines d’acier en lopins, refoulage, forgeage à chaud, laminage, détourage, trempe, émouture…
Afficher la galerie
La fabrication des couverts qui nécessite nombre d’étapes comme le découpage des bobines d’acier en lopins, refoulage, forgeage à chaud, laminage, détourage, trempe, émouture…
©Claude Weber

Aujourd’hui, la Maison Degrenne symbolise la diversité avec l’étiquette de l’Art de Vivre à la française, avec une fabrication made in France et ses différents univers comme le « Quotidien Design », « Artisanal nature » et « Tradition Gourmet ».
Afficher la galerie
Aujourd’hui, la Maison Degrenne symbolise la diversité avec l’étiquette de l’Art de Vivre à la française, avec une fabrication made in France et ses différents univers comme le « Quotidien Design », « Artisanal nature » et « Tradition Gourmet ».
©Claude Weber

Le travail de fabrication des couverts, bien que mécanisé, est un métier exigeant qui requiert de grandes compétences techniques et la plus grande attention.
Afficher la galerie
Le travail de fabrication des couverts, bien que mécanisé, est un métier exigeant qui requiert de grandes compétences techniques et la plus grande attention.
©Claude Weber

Article publié le 21 août 2018

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire