Fort Royal ou l’imagination française au pouvoir !

Le propose de Fort Royal : regrouper des talents dans le riche domaine des métiers d’art. Fort Royal cherche toujours à développer la culture qui berce les entreprises d’excellence et de luxe dédiées à la maison, au jardin et aux loisirs associés. Rencontre avec ces acteurs ambassadeurs du patrimoine Français dans le monde.

Ébéniste de haute facture, Craman Lagarde reproduit à l'identique les meubles de styles avec bronzes, marqueterie de bois, insertions de nacre, porcelaine émaillée...
Voir plus : commode, ébéniste

Benoît Marq, Atelier Simon Marq, maîtres verriers à Reims depuis 1640Comment expliquez-vous votre métier aujourd’hui ?

Benoît Marq : Notre métier est associé à la grande tradition des Maîtres Verriers, tradition remontant à plusieurs siècles. Très axé sur le vitrail religieux, tel qu’il était travaillé à l’origine, nous avons mis, depuis la seconde moitié du XIXème siècle, notre savoir-faire au service de la commande décorative privée et du mobilier. Le métier s'exprime aujourd'hui dans deux disciplines principales :

  • La restauration et la protection de vitraux du XIIème siècle à nos jours avec toutes les techniques actuelles.
  • Depuis1957 jusqu'à aujourd'hui (l'Atelier Simon Marq ayant été précurseur de cette démarche) la réalisation et la création de vitraux en collaboration avec des artistes contemporains (Marc Chagall, Juan Miro, Georges Braque, François Rouan, David Tremlett, Hans Erni, Imi Knoebel, parmi beaucoup d’autres), qu'ils s'agissent de vitraux religieux ou de commandes laïques de décoration et de mobilier. J'ai également introduit une part de conceptions personnelles dans cette discipline.

Notre priorité est bien sûr la qualité du travail, comme étant la résultante d’une expérience familiale remontant à 1640 d'une part, et d'autre part d'une constante recherche technique et artistique permettant d'adjoindre au savoir-faire traditionnel, les résultats de l'innovation technologique contemporaine.

Depuis1957, l'Atelier Simon Marq confie à des artistes contemporains comme Marc Chagall, Juan Miro ou encore Georges Braque, la création de vitraux.
Afficher la galerie
Depuis1957, l'Atelier Simon Marq confie à des artistes contemporains comme Marc Chagall, Juan Miro ou encore Georges Braque, la création de vitraux.
©DR

Comment assurez-vous la transmission ?

Benoît Marq : La transmission a d'abord été familiale de pères en fils depuis 1640. Aujourd'hui elle se prolonge par l'engagement et la formation d'apprentis issus d'études artistiques et techniques. L'acquisition de l'Atelier Simon Marq par le groupe Fort Royal en février 2012 permet de mettre en place une véritable politique de formation de jeunes à nos savoir-faire pour assurer la pérennité de notre métier dans un contexte économique où un artisan isolé rencontre souvent des difficultés à assurer cette transmission.

Vitraux religieux ou de commandes laïques de décoration et de mobilier, Atelier Simon Marq.
Afficher la galerie
Vitraux religieux ou de commandes laïques de décoration et de mobilier, Atelier Simon Marq.
©DR

Jean Jicquel, Jardins du Roi Soleil, Serrurier d'Art :

Jardins du Roi Soleil a pour objectif de faire connaître et vivre auprès du grand public le style du mobilier d'ornement des jardins du Château de Versailles, le parangon du jardin français classique. L'aventure a commencé par la fabrication de caisses à orangers adaptés à partir des modèles conçus au XVIIème par André Le Nôtre pour l'orangerie de Versailles. Serrurerie au départ, puis fonte et menuiserie. Aujourd’hui, ces savoir-faire s'appliquent également à la conception et fabrication de vases, bancs, treillages et éclairages inspirés des modèles d'époque. 

Caisses d'orangers pour l'Orangerie du Château de Versailles, Jardins du Roi Soleil.
Afficher la galerie
Caisses d'orangers pour l'Orangerie du Château de Versailles, Jardins du Roi Soleil.
©DR

Notre métier consiste à fabriquer ces produits dans le respect des traditions artisanales, à partir de matériaux nobles, pour offrir la qualité de la haute facture et faire perdurer une qualité d'exécution qui a fait la renommée de notre artisanat d'art français.

Notre objectif de transmission est autant culturel que technique. L'apprentissage en alternance, au sein des ateliers, le Compagnonnage sont pour nos métiers les véritables garants de la survie et de la pérennité de ces savoir-faire traditionnels.

Les Jardins du Roi Soleil, c'est aussi la conception et fabrication de vases, bancs, treillages et éclairages inspirés des modèles d'époque.
Afficher la galerie
Les Jardins du Roi Soleil, c'est aussi la conception et fabrication de vases, bancs, treillages et éclairages inspirés des modèles d'époque.
©DR

Jean-Paul Craman, Craman Lagarde, Maître Ebéniste :

Notre métier est un métier d'art, résolument artisanal, qui s'inscrit dans le respect d'une tradition française inégalée, et qui revendique son évolution dans la modernité. Nous maîtrisons parfaitement la reproduction de meubles d'époque, la marqueterie et la bronzerie associées, mais nous souhaitons vivement (la tendance actuelle va dans ce sens dans le secteur du Luxe) mettre ces savoir-faire, cette haute facture, au service de la création contemporaine. A ce titre, une part de plus en plus importante de notre travail consiste en des collaborations avec des designers, des décorateurs et des architectes pour réaliser du mobilier, des aménagements intérieurs, des intérieurs de yacht, etc. Le niveau d'exigence de ces commandes nous pousse à améliorer encore la qualité de nos réalisations et à introduire dans notre travail une part croissante d'innovation, mais toujours dans le respect des fondamentaux qui donnent leurs lettres de noblesse à nos métiers d'art.

Désireux de poursuivre la création, Craman Lagarde fait appel à des designers tels Jean-Marc Gady pour concevoir de nouveaux meubles à l'instar de la commode Destiny qui mêle tous les savoir-faire du maître ébéniste.
Afficher la galerie
Désireux de poursuivre la création, Craman Lagarde fait appel à des designers tels Jean-Marc Gady pour concevoir de nouveaux meubles à l'instar de la commode Destiny qui mêle tous les savoir-faire du maître ébéniste.
©DR

La transmission de notre savoir-faire reste, quant à elle, très traditionnelle : formation dans nos ateliers d'apprentis issus de cursus professionnels, accueil d'aspirants-compagnons, etc. La qualité de la formation que nous dispensons est garante de notre capacité à répondre à la demande, et donc de la pérennité de l'entreprise.

Rampe d'escalier ouvragée et dorée, atelier Crézé.
Afficher la galerie
Rampe d'escalier ouvragée et dorée, atelier Crézé.
©DR

Rémi Crézé, Serrurier et Ferronnier d'Art :

Le métier de serrurier consiste à travailler et assembler du métal froid, préalablement façonné. Le métier de ferronnier consiste à travailler le métal à chaud, à le façonner à partir de la forge. Ces deux pratiques sont indissociables pour qui veut s'adonner à la restauration des monuments historiques ou à la réalisation de nouvelles créations. Tel que nous le pratiquons, en tant que compagnons, ce métier d'art comme tous ceux dont la formation est issue du compagnonnage est avant tout un mode de vie, une manière d'être, un moyen d'évolution pour l'individu. C'est également le moyen d'accéder à une forme de liberté et de sécurité personnelle : un compagnon trouvera toujours du travail où qu'il aille.

Une des grandes valeurs du métier, tel que nous le pratiquons, c'est le travail en commun, en équipes constituées d'individus de compétences et de niveaux d'expériences différents, qui prennent en charge un travail de sa conception à sa pose : celui qui forge sera aussi celui qui va sur le chantier. C'est une responsabilisation complète de l'équipe en charge d'un projet, d'un bout à l'autre de la chaîne. C'est une culture du travail qui est une garantie exceptionnelle de qualité pour le client.

La structuration des équipes telles que je les ai décrites, des compagnons aux aspirants et aux apprentis, est notre meilleur outil de transmission, non seulement des techniques et des savoir-faire, mais aussi de cette véritable culture artisanale que nous envie le monde entier et qu'il faut absolument préserver. A ce titre le projet que mène Fort Royal porte une réelle dimension culturelle et patrimoniale.

Fusils de création et entretien d'armes anciennes chez Darne.
Afficher la galerie
Fusils de création et entretien d'armes anciennes chez Darne.
©DR

Hervé Bruchet, Darne, artisan armurier 

Le métier d'armurier traditionnel est aujourd'hui très confidentiel dans la fabrication d'armes de chasses. La plupart des marques fabriquent industriellement. Néanmoins un savoir-faire comme le nôtre reste précieux pour les amateurs de produits d'exception, et pour les vendeurs de fusils, car il faut assurer l'entretien des armes traditionnelles en service, dont le nombre reste très important. Les mécanismes Darne étant uniques à nos produits, il nous faut perdurer pour assurer la survie de ce patrimoine qualifié d'exceptionnel par tous les connaisseurs.

Néanmoins, le métier que je fais aujourd'hui est très différent de celui que faisait mon père : de son temps il fallait fabriquer pour une demande constante de produits bien définis. Aujourd'hui je me dois d'innover, de concevoir des armes d'un concept nouveau, de monter en gamme, de le faire savoir. Il faut se rapprocher des clients. La plupart des armes que nous fabriquons maintenant sont entièrement sur-mesure, adaptées aux goûts de chacun, dans le respect bien sûr de ce qui a fait et fait notre réputation. 

Les artisans-armuriers sont formés à l'Ecole d'armurerie de Saint-Etienne, puis viennent en apprentissage dans les quelques rares ateliers ayant survécu à l'industrialisation quasi totale de cette profession. C'est chez les artisans que les apprentis acquièrent leur véritable savoir-faire qui deviendra spécifique, dès lors qu'il sera appliqué à une typologie d'armes et de mécanismes, différents dans chaque maison.

www.fort-royal.com
Showroom ouvert au public
du lundi au vendredi de 10h à 18h
le samedi sur rendez-vous
32, bd de la Bastille 75012 Paris
Tél. : 01 83 64 89 12
Fax. : 01 43 44 44 52

Article publié le 2 mai 2012

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire