Delisle, bronzier d’art depuis 1895

Issu de la 5ème génération, Jean Delisle, 31 ans, a rejoint l’entreprise familiale après 4 années à New York, tout d’abord au marketing chez L’Oréal, puis chez Lalique. Une expérience internationale bien utile dans l’univers de la décoration très haut de gamme.

Cinq bras de bronze dore pour la très chic applique Fifties
Voir plus : applique murale, bronze

Maison.com : La maison Delisle incarne l’Art et le Prestige depuis 1895 ?  

J. D. : Henry Delisle, premier du nom, en est le créateur. Dessinateur de luminaires et mobiliers de la fin du XIXème siècle, il a travaillé avec les plus grands décorateurs ensembliers dont Leleu. A la demande de ses clients, à l’instar du roi de Serbie, il s’est mis à fabriquer meubles, luminaires et pendules. Passionné de classique, il s’est tourné vers l’Art déco ce qu’il a amené à travailler avec Jacques-Emile Ruhlmann et Gilbert Poillerat.

Etant toujours restée dans le giron familial, la maison Delisle détient encore aujourd’hui de nombreux originaux et des modèles uniques avec plus de 10 000 dessins d’archive. Henry Delisle était aussi décorateur du grand duc Paul de Russie, oncle de Nicolas II, d’où les nombreux modèles d’inspirations russe.

En 1910, il restaure les palais de Tsarskoie Selo et Pavlovsk.

Dans les années 60, mon grand père a recréé d’après archives tous les luminaires de l’Opéra de Versailles dans les années 60, celui-ci ayant été dépouillé lors de la révolution française.

Depuis toujours, Delisle assure la production des luminaires à chacune des étapes, de la création à la fabrication, bronze et fer forgé. Parfois, nous sous-traitons à des spécialistes les ajouts de marbre, albâtre cristal de roche, passementerie,… et la marqueterie de paille auprès de Lison de Caunes.

Décorateur du grand duc Paul de Russie, Henry Delisle dessina de nombreux modèles d’inspirations russe
Afficher la galerie
Décorateur du grand duc Paul de Russie, Henry Delisle dessina de nombreux modèles d’inspirations russe
©Delisle

Maison.com : Quels musées et châteaux ont l’empreinte Delisle ?

J.D. : Parmi les nombreux chantiers de prestige, nous sommes fiers d’avoir fourni 4 petits lustres Louis XIV identiques pour les Wrightman Galeries du Metropolitan Museum. Sinon, Delisle a installé une série d’appliques Louis XVI reproduites à partir d’un modèle du musée Fine Arts Museum du Théâtre Florence Gould de San Francisco.

 

Maison.com : Et des hôtels ?

J.D. : Pourles salons et halls de l’hôtel George V à Paris, nous avons conçu l’ensemble des lustres et appliques ; et nous avons installé un immense lustre néo classique dans le grand hall d’entrée. Très récemment et aussi avec le décorateur Pierre-Yves Rochon, nous avons restauré les lustres, appliques et plafonniers de l’ancien hôtel de Talleyrand…et complété avec des appliques Louis XVI pour le hall d’entrée.

Majestueux, le lustre du grand hall de l'hötel George V
Afficher la galerie
Majestueux, le lustre du grand hall de l'hötel George V
©Delisle

Maison.com : Faites-nous part de vos réalisations les plus spectaculaires.

J.D. : Nous terminons actuellement la reproduction de l’horloge extérieure du fronton de la cour carrée du Château de Versailles pour un particulier qui fait construire un grand château avec des douves à Louveciennes ! Nous terminons aussi pour un projet privé la reproduction de la grande lanterne de 1,50 mètre de haut venant de l’escalier des ambassadeurs du Château de Versailles, création à partir de l’archive datant de 1905.

 

Maison.com : Vous avez imaginé et crée des collections dont Papyrus, Structure et Fifties…

J.D. : Avec le décorateur créateur Nicolas Aubagnac, nous avons créé Papyrus, une collection qui a énormément de succès et qui se compose d’un lustre, d’une applique, d’un guéridon, d’une console, d’une suspension et d’une lampe à poser…

Quant à la ligneStructure, cela a été l’occasion de lancer une nouvelle finition mêlant feuilles d’or blanc et d’or jaune pour un effet moderne. L’idée étant de lancer chaque année de nouveaux modèles très différents et contemporains.

Côté rééditions, nous avons ressorti la ligne de luminaires Fifties parce que nous avions eu la chance à l’époque de travailler avec Jean Royère.

 

Maison.com : Les designers ou décorateurs  ont-ils recours à des commandes spéciales ?

J.D. : Christian Liaigre a par exemple dessiné une belle lanterne que nous avons fabriquée pour le magasin Weston et nous avons imaginé un lustre avec Jacques Grange pour les salons privés d’Yves Saint Laurent.

 

Maison.com : Quid de la lanterne Mackintosh?

J.D. : Pour la mairie de Chauny, entièrement construite et aménagée par Ruhlmann, nous avons crée et restauré des lustres, mais aussi une suspension inspirée par Charles Rennie Mackintosh pour les couloirs.

Suspension inspirée par Mackintosh pour les couloirs de la mairie de Chauny construite par Ruhlmann
Afficher la galerie
Suspension inspirée par Mackintosh pour les couloirs de la mairie de Chauny construite par Ruhlmann
©Delisle

Maison.com : Pour vos éclairages, quelles ampoules utilisez-vous ?

J.D : Pour tous les éclairages indirects nous utilisons des Leds. Pour les éclairages de faibles intensités (en dessous de 15 watts), nous utilisons des ampoules flammes… car pour le moment celles-ci demeurent et échappent à la nouvelle législation. Et pour les autres, les fabricants progressent en permanence, mais cela n’est malheureusement pas de notre ressort. Nous sommes victimes….comme les clients !

Article publié le 20 avril 2011

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.