Lego, ou jouer à construire sa maison

Les maisons Lego nous prouvent une fois de plus que les Danois savent y faire en architecture ! D'abord constituées de quatre murs, de deux fenêtres et d'un toit, elles se sont vite adaptées à toutes et à tous. Petite histoire et tour d'horizon de la construction, dans les deux sens...

Construisez LA maison !
La firme danoise s'est toujours démarquée de par son invitation à l'imagination. Les briques modulables Lego s'imbriquent toutes entre elles, rendant les possibilités d'assemblage quasi infinies ! Souvenez-vous des seaux de briques à 2 ; 4 et 8 plots, combien avez-vous monté de cabanes jaunes, rouges et bleues ? La création libre est l'apanage de la marque. Si elle naît en 1932, il faut attendre les années 60 pour qu'apparaissent les premières habitations en Lego.

Les toutes premières maisons de plastique ont été construites par les enfants ! Vous-même avez certainement déjà utilisé vos briques pour monter un cube, puis un toit, alors qu'il s'agissait de pièces destinées à une voiture. Sans pour autant brider cette créativité naturelle, Lego lance alors ses propres maisons.

L'année 1969 voit l'arrivée de Duplo, sous-marque de Lego adaptée aux très jeunes enfants. Les pièces surdimensionnées rendent le jeu plus sûr, et sont d'ailleurs compatibles avec les Lego d'origine. La transition n'en est que facilitée ! Simples et spacieuses, les maisons Duplo permettent aux petites mains de construire facilement tout en laissant une belle marge d'imagination.

En 1971, Lego tente de séduire un public plus féminin avec l'introduction de meubles et de maisons de poupées. Le rose domine, on se croirait dans la maison Barbie de Mattel. Concurrence oblige, les personnages jaunes qu'on aime tant prennent en taille et en couleurs, des accessoires non assemblables font leur apparition. Les mauvaises langues crient à la perte de l'esprit Lego, tandis que les plus ingénieux y voient un défi d'imagination plus complexe.

Avec le temps, la technologie et les fans de Lego toujours plus nombreux, la gamme des maisons s'enrichit d'accessoires de plus en plus modernes. On retrouve la tondeuse à gazon, puis l'ordinateur, le téléphone, l'antenne hertzienne et même la parabole satellite ! Les créations, chacune uniques en leur genre, représentent tous les types d'architecture. Du manoir style gothique à la maison de quartier anglais, en passant par le style canadien, sans compter les innombrables constructions amateurs qu'on trouve sur le net.
Parmi les sites les plus connus, [B]brickshelf.com[/B] rassemble plus de 3 millions de photos. Petit coup de cœur pour le café, avec les touristes qui bronzent, les techniciens qui installent l'antenne parabolique, le chef qui vide les poubelles et même le ramoneur ! Plus impressionnants, le quartier londonien et la ville en Lego démontrent l'appel à l'imagination de la marque.

Le géant danois a d'ailleurs créé son département Architecture Lego, qui reprend des œuvres architecturales renommées. On trouve parmi celles-ci le musée Guggenheim de New York et la maison Fallingwater de Frank Lloyd Wright, mais aussi l'Empire State Building et le John Hancock Center ! Bien d'autres sont encore en cours de création, vous pouvez suivre le développement sur le site architecture.lego.com (site en anglais).

Dernière (façon de parler) curiosité dans le registre des maisons Lego, la maison grandeur nature entièrement en briques Lego. Il s'agit du défi fou lancé par James May, présentateur vedette en Grande-Bretagne du James May's Toy Stories. Six semaines, 2 000 volontaires et 3,5 millions de briques ont été nécessaires pour bâtir cette maison à un étage. Le mobilier est également en Lego, il aura fallu pas moins de 500 000 briques pour l'assembler. On compte un lit, plusieurs tables et chaises, des luminaires et même des toilettes, le tout ordonné par la designer Christina Fallah. La pièce maîtresse : un magnifique Egg Chair en briques rouges. Une fierté danoise dans l'autre.

Chose surprenante : la maison était tout à fait habitable par temps chaud, car pourvue de luminaires et d'un système de plomberie... en Lego! Si James May a pu prendre une douche Lego et passer une nuit sur le lit en briques, « dur comme un lit d'hôtel français » (merci James), il n'a cependant pas fait de démonstration des toilettes. L'architecte de la maison multicolore, Barnaby Gunning, propose une explication : « Vous avez déjà essayé de vous asseoir sur une lunette à picots ? »

La maison Lego fut malheureusement rasée le lendemain de sa construction, après de nombreux débats publics : sa conservation aurait coûté 50 000 livres... A quand le gratte-ciel Lego ?

Photos de Nilu Izadi
www.christina-fallah-designs.com
www.barnabygunning.com
Article publié le 10 mai 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.