A la recherche du Playmobil

Un « mythe ». Il n’y a pas d’autre mot pour évoquer les « p’tits bonhommes » Playmobil. Avec plus de 2,2 milliards de personnages produits depuis sa création, et autant d’accessoires, la marque est aujourd’hui l’un des plus grands fabricants de jouets en Europe.

La nouvelle maison ultra réaliste avec Velux, sonnette...
C’est la crise du premier choc pétrolier qui permet leur invention : il faut inventer un jeu moins volumineux et moins coûteux. Comme quoi, de grandes idées naissent toujours de situations difficiles ! Et c’est ainsi qu’en 1974, Hans Beck, alors designer pour la société allemande Geobra Brandstätter, met au rebut le soldat de plomb et créé une figurine plus petite: un petit personnage de 7.5 cm de haut, en plastique, parfaitement adapté à la main de l’enfant, aux bras et aux jambes articulés, avec une bouille ronde et un léger sourire. Le Playmobil est né et révolutionne le monde du jouet.

Ce nouveau personnage suscite immédiatement l'enthousiasme des enfants. "Depuis toutes ces années, nous n'avons pas touché à la silhouette du personnage - 7,5 cm de hauteur, la tête ronde, presque celle d'un clown... -, car c'est ainsi que les enfants dessinent les humains, avec une tête plus grosse que le corps et des jambes raides", précise Bruno Bérard, directeur de Playmobil France. Malgré tout, les jeux se sont étoffés avec une tête et des mains qui tournent, mais surtout un grand choix de coiffures et de vêtements.


Pour et par les enfants

Plus encore, ce jouet s'accompagne d'accessoires qui permettent aux jeunes enfants de s’inventer les histoires les plus folles. C’est bien là le coup de génie de Hans Beck : en proposant une nouvelle figurine, il invente aussi une nouvelle manière de jouer. Le trait des figurines, volontairement neutre, ainsi que la multitude d’accessoires favorisent le travail de l'imagination des enfants qui recréent d’infinies situations.

Mais la clé du succès du petit personnage est ailleurs : la recherche des nouveaux accessoires et thèmes est inspiré par les enfants eux-mêmes. Ce sont eux qui par courrier envoient des milliers de dessins à l’entreprise. Les designers de l'entreprise étudient alors avec minutie les nombreuses idées qui leur parviennent. Ainsi l’idée de la pyramide égyptienne, en tête des ventes à Noël 2009, est venue des enfants eux-mêmes.


Une maison repensée

Alors que les cow-boys et les Indiens ne sont plus au catalogue (les enfants ne les demandent plus, parce qu'il n'y a plus de westerns à la télévision), la maison Playmobil a dû, elle, être repensée. Jusqu’à peu, cette célèbre maison traditionnelle possédait 2 étages et 5 pièces de couleur vanille. Au rez-de-chaussée, il y avait des bacs à fleurs sur les rebords des fenêtres et l’escalier donnait accès à la porte d’entrée, tandis qu’au premier étage, il y avait un balcon. Enfin, à l’intérieur, les chambres étaient aménagées avec un tapis et des rideaux et toutes les fenêtres et les portes pouvaient s’ouvrir.

Mais, les enfants ne la trouvaient plus assez moderne, et l’équipe Playmobil a donc tout changé pour un toit réaliste (fermé en haut), des fenêtres avec des encadrements sobres, une sonnette d’entrée qui fonctionne vraiment et même des Velux avec stores. Le must reste la véranda toute vitrée, une télévision à écran plat, ou encore la cuisine américaine. Une multitude de nouveautés qui montre que ce jouet en plastique et ses accessoires évoluent au fil du temps et reflètent les transformations de la société.


De nombreux accessoires pour de nombreuses histoires

Cette villa moderne peut aussi être agrémentée d’un kit d’éclairage supplémentaire, de son mobilier de jardin blanc de style anglais, de sa piscine extérieure, de son outillage de jardin ou encore de son garage à voiture et à moto. L’intérieur peut se voir ajouter une buanderie, une salle de bains dernier cri et un bureau hi-tech.

Et s’il prenait l’envie à un Playmobil d’aller voir ailleurs, il pourrait toujours partir en vacances à bord de son camping car où l’on peut ranger les vélos et les bagages sur le toit. Il partirait direction la maison de vacances dans laquelle il pourrait faire griller des saucisses sur son barbecue sous le soleil ou se mettre à l’ombre d’un parasol muticolore.

Ou alors, il pourrait aussi partir à la montagne passer quelques jours dans son chalet en rondins de bois.

Ou alors, il pourrait aussi aller à la ferme s’occuper de ses poules au poulailler, ainsi que de ses chevreaux et vaches. Ensuite, il irait ramasser le foin avec son tracteur rouge. Et l’après midi, il passerait au centre équestre juste à coté, pour faire une balade à dos de cheval ou à bord de sa calèche. Après avoir sauté quelques obstacles, il pourrait soigner son cheval dans la station de lavage…

Ou alors…

L’entreprise reste donc fidèle à son credo : pour résister à l’air du temps, ne jamais être à la mode et ne jamais tomber dans la violence ni l’horreur. C’est aussi en suivant les suggestions des enfants qu’elle y parvient depuis 35 ans.

Pour cet anniversaire, le musée des Arts Décoratifs à Paris présente l’exposition « Il était une fois Playmobil », du 10 décembre 2009 au 16 mai 2010.

Une petite parenthèse pour ceux qui voudraient prolonger le retour dans le monde de l’imagination.
Article publié le 3 mai 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.