Inspiration slave avec la poupée russe en déco

Toujours en perpétuelle évolution, la décoration se tourne vers les pays de l’est comme nouvelle source d’influence, avec les poupées russes. Evocation de l’enfance, sa forme et son concept sont à l’origine de nouvelles inspirations.

Dessinées par la Maison Martin Margiela, ces matriochkas jouent sur l’anonymat avec leur aspect uniformément blanc, dont le seul indice identitaire réside dans leurs formes plantureuses. Elles conservent un esprit traditionnel, puisqu’elles sont réalisées en Russie.

Une histoire venue du froid

D’origine slave comme son nom l’indique, la poupée russe possède plusieurs dénominations, de la matriochka à la poupée gigogne. Statuette en bois creuse à trois dimensions, la poupée légendaire s’ouvre en deux horizontalement, pour révéler dans son intérieur une figurine de même type mais de plus petite dimension. Ainsi de suite, chacune renferme une série de poupées à la taille décroissante. En russe, la matriona est une femme de la campagne à la corpulence robuste, ce qui explique la conception traditionnelle de ces poupées. De formes ovales, l’ensemble de la figure est élaborée dans l’arrondi, avec un simple fuselage pour marquer une différenciation entre la tête et le corps. Si elle représente généralement une femme, il n’existe pas de réelle codification en matière de poupées russes, puisque certaines représentent indistinctement des hommes, des enfants et même des bébés. Gorbatchev, Lénine et d’autres anciens dirigeants russes possèdent leur propre effigie de matriochkas.

La poupée russe s’imprime en textile avec le fauteuil Matriochka de Laissez Lucie Faire, sur un joli médaillon Louis XVI. Sur une structure en hêtre massif, l’assise est imprégnée de couleurs chatoyantes, à la personnalité marquée.
Afficher la galerie
La poupée russe s’imprime en textile avec le fauteuil Matriochka de Laissez Lucie Faire, sur un joli médaillon Louis XVI. Sur une structure en hêtre massif, l’assise est imprégnée de couleurs chatoyantes, à la personnalité marquée.
©DR

Symbole de fécondité, la poupée russe serait influencée par l’univers du théâtre, grâce à la Mère Gigogne, qui se distingue par le nombre important de ses enfants. Si ce personnage est attesté dès le XVIIème siècle, la première poupée ne semble avoir été créée qu’aux alentours de 1890. Son créateur semble être le peintre Serguei Malioutine, qui s’inspire de poupées en bois japonaises pour réaliser le même jouet dans une version russe. Présentées à l’Exposition Universelle de Paris en 1900, elles remportent la médaille de bronze, lui conférant une grande popularité dont la Russie s’empare comme d’un artisanat spécifique. En tilleul ou bouleau, leur valeur artistique tient principalement au travail de la figuration, dont la peinture peut être élaborée dans les moindres détails.

En alignant les photophores Bougies Russes de Stephan Lanez pour Marcel by, vous pouvez créer un charmant chemin de lumière, où le verre s’amuse avec sa transparence pour offrir un objet hors du commun même lorsque la flamme est éteinte.
Afficher la galerie
En alignant les photophores Bougies Russes de Stephan Lanez pour Marcel by, vous pouvez créer un charmant chemin de lumière, où le verre s’amuse avec sa transparence pour offrir un objet hors du commun même lorsque la flamme est éteinte.
©DR

Un vent russe souffle sur la décoration

Objets ornementaux par excellence, les matriochkas envahissent dès le début du XXème siècle les intérieurs, d’abord comme jouets, puis comme simples statuettes décoratives. Mais peu à peu, elles vont devenir une source d’inspiration majeure, grâce à leur apparence et leur principe d’emboîtement. Placées les unes à côté des autres ou dissimulées les unes dans les autres, les matriochkas deviennent un objet modulable, qui appelle à de nombreuses variations. Ses différences de tailles permettent de jouer sur un effet de rythme dynamique, où le même motif se répète dans une certaine irrégularité. Le concept d’objet emboîté trouve son origine en Russie avec les œufs de Fabergé, dont la réalisation débute à partir de 1885. Devenu un incontournable des meubles modulaires, les créations gigognes permettent à une série de meubles de s’emboîter ou de s’encastrer, afin de servir uniquement lorsque le besoin s’en fait sentir. Dans un gain de place non négligeable, les tables et les chaises se rangent et se dérangent au gré du rythme de vie de chacun.

La Matriochka devient un rangement grâce à Cerise sur la Déco, qui n’hésite pas à se servir de la légendaire poupée comme d’une boîte pour les cure-dents. Elle fera sensation sur la table à manger avec sa figuration sage et apaisante.
Afficher la galerie
La Matriochka devient un rangement grâce à Cerise sur la Déco, qui n’hésite pas à se servir de la légendaire poupée comme d’une boîte pour les cure-dents. Elle fera sensation sur la table à manger avec sa figuration sage et apaisante.
©DR

En tant qu’élément décoratif, la poupée russe est devenue un simple motif, qui s’imprime sur toute sorte de supports. Le travail de ses couleurs vivifiantes permet d’insuffler de la bonne humeur à une décoration un peu trop classique où le blanc se fait trop présent. Appartenant à l’univers de l’enfance, la matriochka rappelle des sentiments de douceur, accentués par la courbe de ses formes. Chaleureuse, elle incarne une certaine gaieté et une joie de vivre dans ses couleurs chatoyantes et son visage bonhomme. Ses impressions sont relayées dans l’univers des luminaires, où la mise en marche permet de diffuser une douce lumière pleine de sérénité. En outre, son costume folklorique renvoi une image empreinte d’exotisme, où la culture slave est à l’honneur. Parfois un peu kitsch, son ornement à été revisité de mille et une manières, laissant le choix parmi de nombreuses variantes, de la plus traditionnelle à la plus contemporaine.

Ce duo allume-feu Matriochkas de Fogo permet de réussis son feu à tous les coups, sans papier ou petit bois. Grâce à une pierre à feu volcanique dans la grande, les bûches s’enflamment, alors que la petite sert de rangement aux briquets et allumettes.
Afficher la galerie
Ce duo allume-feu Matriochkas de Fogo permet de réussis son feu à tous les coups, sans papier ou petit bois. Grâce à une pierre à feu volcanique dans la grande, les bûches s’enflamment, alors que la petite sert de rangement aux briquets et allumettes.
©DR

Jouet culte de la Russie, la matriochka ne laisse pas insensible, et sa bonhommie rappelle les souvenirs d’enfance. Chaleureuse par ses formes et ses couleurs, elle n’en reste pas moins un objet intelligent, qui annonce le concept modulaire grâce à ses emboîtements.

www.fr66.com
www.trendy-tub.com
www.fleux.com
www.fogo.fr
www.slokoski.com
www.laissezluciefaire.com
www.marcelby.fr
www.cerisesurladeco.com

Fondé sur un principe écologique, le Trendy-Tub est réalisé en carton et métal recyclés, décoré d’une poupée russe en papier. Modulable, le meuble sert de table d’appoint, de siège ou de coffre à rangement.
Afficher la galerie
Fondé sur un principe écologique, le Trendy-Tub est réalisé en carton et métal recyclés, décoré d’une poupée russe en papier. Modulable, le meuble sert de table d’appoint, de siège ou de coffre à rangement.
©DR

Article publié le 30 juillet 2012

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire