Au cœur du Lubéron

Catherine est passionnée de brocante et de décoration ; il y a quelques années, elle tenait une boutique d’antiquités de charme à Goult et c’est de là qu’est partie sa passion pour les maisons provençales.

La hotte maçonnée est soulignée par d’anciens carreaux de ciments, le massif billot provenant de Savoie permet de découper viandes et légumes. Huiles Olive et vinaigre (Comptoir de Famille)
Après avoir revendu une première maison qui était un peu petite pour sa famille, elle en a acquis une seconde construite depuis à peine 30 ans et sans réelle allure. Catherine avoue qu’elle a davantage été séduite par l’emplacement et la vue sur le village de Roussillon, que la maison elle-même qui ressemblait davantage à un modeste pavillon qu’à un mas provençal.

Une phase de travaux pharaoniques a été lancée afin de doubler la surface de la maison : la plupart des murs a été cassé, l’ensemble des toitures et des charpentes a été reprises maintenant soutenues par des poutres anciennes et doublées de tuiles romaines de récupération. Les murs extérieurs existants ainsi que les nouvelles élévations ont été enduits à la chaux à l’ancienne ; Catherine a su exploiter les talents des entreprises de la région et plus particulièrement ceux de Monsieur Depaule maçon à Cabrières.

L’intérieur de la maison a également été restructuré et chaque pièce a été repositionnée en fonction de la vue et de l’évolution du soleil durant la journée. C’est à cette étape-là que Catherine applique tout son art et son sens inné des volumes. Malgré l’étendue de la tâche, elle a pu se passer d’un architecte car, dès le premier coup d’œil, elle se rend compte du potentiel d’un bâtiment, le plus ordinaire soit-il.

La réhabilitation à l’ancienne d’une maison avec utilisation de matériaux anciens nécessite beaucoup de volonté et de pugnacité pour arriver à ses fins, car il faut dénicher les matériaux, les faire transporter et enfin s’impliquer auprès des entrepreneurs en étant présent à chaque instant pour que le chantier ne soit pas déserté ou qu’une bêtise ne soit faites dès qu’on a tourné le dos.

Sur le devant de la maison, la terrasse a été couverte de béton teinté sur lequel un calepinage de galets aux élégants quadrillages a été inclus ; c’est bien entendu Catherine qui en avait préalablement fait le dessin.

Afin de protéger la maison orientée plein sud du fort soleil à longueur d’année, Catherine a fait fabriquer des treilles sur mesure par un ferronnier de la région ; elle les a ensuite recouvertes de cannisses qui laissent filtrer et tamisent la lumière, puis elle a planté de nombreux pieds de vignes stériles permettant une pousse plus rapide. Cette terrasse se prolonge sur toute la longueur de la maison car pratiquement chaque pièce possède une fenêtre ou une porte fenêtre donnant sur l’extérieur.

Toute la surface intérieure de la maison a été recouverte de terres cuites «à l’ancienne» qui proviennent de chez Chabaud à Apt.

Les poutres du salon qui se prolongent dans la cuisine ne mesurent pas moins de 9 mètres de long. Après les avoir dénichées chez un récupérateur près d’Aix-en-Provence, c’est son maçon qui a bien voulu les transporter ; en revanche les planches entre chaque poutre sont en bois neuf patiné avec amour par Catherine.

La grande pièce à vivre faisant office de cuisine et grande salle à manger est largement ouverte côté cour et côté terrasse. Catherine a su mélanger avec talent la table de salle à manger actuelle qu’elle n’a pas encore eu le temps de patiner et les chaises en tubes 1940, qu’elle a chinées dans un déballage, en les associant à un lustre acheté dans un vide-grenier.

Au-dessus de la cuisinière, la hotte maçonnée en briques et plâtre, dessinée par la maîtresse de maison, est soulignée par d’anciens carreaux de ciments qu’elle a trouvés par un froid d’hiver glacial chez un récupérateur de matériaux. Le billot massif provenant de Savoie où Catherine à longtemps vécu, a su trouver sa place et permet de découper viandes et légumes.

Ca et là les petits meubles et accessoires collectionnés avec patience cautionnent l’authenticité du lieu. Les portes des placards de la cuisine fabriquées par Gérard, le compagnon de Catherine, ont été patinées par cette dernière, dans ce gris foncé indéfinissable tant il s’intègre à l’ensemble. Au dessus, l’évier en pierre semble avoir toujours été là. Le grand vaisselier gris a été déniché chez un garagiste sous un amas de vieilles voitures.

Le salon, largement ouvert sur la salle à manger, peut s’isoler à l’aide de grands volets intérieurs anciens qu’il suffit de déployer afin de soustraire son regard des reliefs du repas.

Même l’escalier de pierre semble être d’origine ; mais en fait, Catherine l’a chiné à Montélimar et fait posé pierre à pierre par Monsieur Depaule. La rampe a été réalisée sur mesure par le même ferronnier que celui qui a fabriqué la treille. Deux petites niches ont été creusées au marteau et au burin dans le mur de parpaings qui a ensuite été terminé à la chaux.

Catherine a donné un coup de fraîcheur à ses vieux canapés qu’elle avait conservés de son ancienne maison, en les recouvrant de lin et les agrémentant de coussins et boutis anciens, le tout dans des camaïeux de lin et rouge. Quant à la table basse, autrefois table haute, elle lui a tout bonnement coupé les pieds. Au fond près de la bibliothèque, une armoire chinée à l’Ile-sur-Sorgue est restée dans son jus, et c’est encore une fois cette teinte grisée qui a inspiré Catherine pour les portes de sa cuisine.

Malgré la grande taille de la chambre, Catherine s’est bien gardé d’ouvrir trop de fenêtres afin de conserver au maximum la fraîcheur. La blancheur des murs est rehaussée par les meubles Napoléon III qu’elle affectionne tout particulièrement, les petits guéridons, les chaises capitonnées, la table de chevet à bobines. Au fond un placard maçonné a été créé juste en fonction de la porte galbée que Catherine avait trouvée dans la région.


ADRESSE DU SHOPPING :

Comptoir de Famille
34, rue Saint-Sulpice
75006 Paris

Sabre
indique ses distributeurs au tel 01 39 23 40 00
contact@sabre.fr

Ex-Sud
info@exsud.com

Bougies la Française
indique ses distributeurs au tel 02 51 42 15 34

Joyeuse
joyeusecompagnie@hotmail.com

l’Authentique
indique ses distributeurs au tel 04 92 68 60 30

Linvosges
www.linvosges.fr

Linum
indique ses distributeurs au tel 04 90 38 37 38
Article publié le 27 décembre 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums
  • skibledtestimony
    skibledtestimony
    Le total look provencal, je déteste. Et l'article est ampoulé; c'est pénible à lire.
  • duc
    duc
    hervé forain

    la critique anonyme j'adore ! et votre style est merveilleux. bonne année

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.