L’attraction des Contraires dans un Loft Lillois

Au cœur du vieux Lille, un couple féru des classiques du design a installé son loft en mezzanine dans un ancien atelier textile. Un harmonieux mélange de styles opposés, dans une gamme de blanc, gris kaki et beige. Avec en prime, des astuces d’ aménagement.

Un espace unique pour les pièces à vivre : le parquet d’origine, ciré, et les piliers métalliques ont été conservés pour leur aspect industriel. Côté couleur daphné a choisi une palette en demi-teintes.
Voir plus : style industriel

Daphné n’en démord pas : « Ce n’est pas parce qu’on apprécie l’ancien que l’on ne peut pas être attiré par l’ultra-contemporain. Mais pas en total look. Cela manque de personnalité. Je préfère le jeu des contrastes. C’est même ce qui caractérise mes goûts décoratifs ». Avec son mari Bertrand, ils ont su tout de suite que ce loft était pour eux. Quand bien même il était sale, en mauvais état et peu fonctionnel, il satisfaisait toutes leurs exigences. Et d’abord son emplacement : au cœur du vieux Lille, dans une rue élégante et animée où Daphné la Lilloise a toujours voulu vivre.
 

Une structure spacieuse et surélevée pour respirer et se mouvoir avec fluidité

« Nous étions fixés sur l’idée d’un loft sur deux niveaux, car nous recherchions un espace ouvert avec une belle hauteur sous plafond. Nous envisagions de créer une vaste pièce à vivre, trois chambres avec chacune une salle de bain, sans oublier un bureau pour mon mari, chasseur de têtes à Paris, mais qui reçoit aussi parfois à la maison. Mais nous ne voulions pas d’un endroit aseptisé. Celui-ci associe le charme d’un quartier ancien à la modernité d’ "un lieu industriel". Il n’y en a pas de semblable dans le coin ». Avec des idées aussi précises, Daphné ne pouvait s’en remettre qu’à elle-même pour aménager et décorer son intérieur, et s’est improvisée chef de chantier et décoratrice. Ce qui n’est pas pour déplaire à cette notaire, amatrice de belles choses. Depuis son plus jeune âge, Daphné s’est forgé le goût, en accompagnant dans les salles des vente son père passionné d’architecture. « Il a toujours dessiné lui-même les plans des maisons que nous avons habitées. Enfant, j’ai toujours été entourée de belles pièces de design historique, mais aussi de meubles anciens. »

Des couleurs neutres en camaïeu et des matériaux de récupération

 

Des associations insolites pour composer une harmonie


Pour donner du caractère à son « sweet home », Daphné a joué sur les volumes en rehaussant les plafonds de l’étage, et a misé sur la couleur en composant une gamme de gris, beige, taupe, faux blancs et même un rouge sourd pour le couloir. « J’ai une bonne sensation des couleurs et je sais composer des harmonies. Dans la pièce à vivre, chaque mur a été peint dans un ton différent. Le camaïeu est très subtil, presque imperceptible, mais il nous a permis de jouer plus encore sur les volumes ».

Chaque chambre a été conçue en duplex, comme des studios indépendants : la salle de bain en bas et le lit sur la mezzanine. Seule exception, la chambre du couple, située sur la coursive plongeant vers la pièce à vivre et fermée par des rideaux crème. Daphné a aussi inventé une foule d’astuces d’aménagement et de décoration. Comme elle ne voulait pas de rideaux mais tenait à pouvoir se préserver du vis-à-vis de la rue, elle a conçu des écrans de toile à canevas montés sur des châssis à roulettes qui occultent la vue tout en filtrant la lumière. Pour un éclairage professionnel dans la pièce à vivre, elle a choisi des spots spéciaux et associé à des suspensions industrielles. Jouant des contrastes, elle a acheté matériaux et éléments de décor chez des récupérateurs belges : dans l’entrée, de la pierre de Soignies au sol et des portes d’atelier vitrées à mi-hauteur. Plusieurs escaliers métalliques de brasserie décapés et laissés à l’état brut relient les deux niveaux en différents points. Un vieux billot de boucher, détourné en plan de travail pour la cuisine, a été habillé de grands carreaux d’ardoise, Daphné a aussi dessiné elle-même et fait réaliser des pièces, comme le gros bloc en acier inox, qui trône au centre de la cuisine.
 

Des incontournables du design historique et des classiques contemporains

Côté mobilier, notre décoratrice improvisée marie sans complexe une commode ancienne de famille à des incontournables du design du XXe siècle, comme la chaise longue « LC4 » de Perriand, Jeanneret et Le Corbusier, le" Rocking-chair", la « Chaise » des Eames, ou le lampadaire « Arco » d’Achille et Pier Giacomo Castiglioni. Elle les déniche dans les salles des ventes et les associe à des meubles contemporains, la plupart belges et italiens et à des pièces en bois flotté de Bleu nature. Et comme Daphné entretient le jeu des contraires, elle a détourné en cale-porte de gros galets récupérés sur une plage corse, où elle passe ses vacances depuis l’enfance. Ces rencontres insolites composent un ensemble harmonieux que le regard embrasse d’un seul coup d’œil. Exactement ce que Daphné souhaitait.

Shopping :
- Bleu Nature tel 03 20 11 25 28
- Eden Park 01 53 89 19 72
- Zoeppritz
- Ex Voto tel 01 40 26 47 10

Article publié le 29 juin 2009

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.