La Maison Martin Margiela investit la Maison Champs-Elysées, futur hôtel 5 étoiles au cœur de Paris

La beauté n’est décidément pas raisonnable. En 1864, la Duchesse de Rivoli, Princesse d’Essling, Grande Maîtresse de la Maison de l’Impératrice Eugénie, fait construire son hôtel particulier, ici, au 8, rue Jean Goujon à Paris dans le 8ème arrondissement... Jules Pellechet est l’architecte français en charge de cette construction de style haussmannien qui s’achèvera en 1866. Acheté en 1919 par l’Association des Centraliens pour y intégrer les activités des anciens élèves de l’École Centrale de Paris, et servira jusqu’en 1989. Le lieu sera agrandi par la suite et en avril 2011 voit le jour un hôtel et restaurant avec dix salons de réception et devient alors Maison Champs Elysées.

Pierre de Mareuil et cabochons noirs, rampe en bronze doré pour l'escalier majestueux

Une création généreuse et contagieuse !!!

« Pour ce projet d’hôtel, Maison Martin Margiela crée un univers théâtral où réalité et faux-semblant se mélangent. Le décor est comme une succession de mises en scène où les références se superposent afin de créer une ambiance atypique où passé et présent s’opposent harmonieusement. », ajoute Maison Martin Margiela.

La Maison selon Martin Margiela

La Maison Champs-Elysées est constituée de deux bâtiments, l’un datant de l’époque Napoléon III, l’autre plus récent. Maison Martin Margiela, désignée à la suite d’un concours, intervient sur la partie ancienne et repense l’espace pour créer des suites, un restaurant, un fumoir, un bar et une réception.

Dès le hall d’entrée, le sol est constitué de dalles de pierre de Mareuil parsemé de cabochons en marbre noir. Au centre,  se trouve la réception en forme de prisme miroité. Ce grand losange démultiplie l’espace à l’infini. Sur les murs blancs, une multitude d’appliques en métal brossé éclairent des traces de tableaux absents.

Dans le Salon Blanc, le sol et le plafond se répondent par un effet de dédoublement en trompe-l’œil noir et blanc. Au sol, un tapis de laine est imprimé d’un plafond de style classique français, tandis que le plafond est orné d’un papier peint imprimé de ce même plafond. Des boiseries classiques françaises de couleur blanc cassé parcourent les murs, eux-mêmes exposant les marques d’un passé inexistant dont seules les traces de tableaux et leurs éclairages subsistent. Des tables basses, telles des volumes miroités, servent de traits d’union à des canapés ‘Groupe’ Margiela houssés de toile de coton et lin blanc se faisant face.

Le fumoir est noir. La dominante noire et les fauteuils club en cuir brun foncé regroupés autour de petites tables basses cubiques en miroir confèrent à ce salon un véritable style anglais.

Le restaurant Le HUIT (80 couverts)

Le restaurant joue sur les contrastes des matières et sensations : le sol en béton ciré et les murs en béton banchi s’opposent au mobilier en apesanteur. Les tables carrées et les fauteuils houssés de coton blanc et posés sur un socle en métal mat créent une illusion d’optique de flottaison apportant au lieu une note de surréalisme. L’ensemble des assises sont de facture classique mélangeant bergères Louis XV, fauteuils Louis XVI de salon, fauteuils Louis XV violonés et fauteuils Louis XVI médaillés.

Le fond présente des portes classiques françaises en bois, mais surdimensionnées. Les moulures, serrures et crémones jouent l’oversize. Le restaurant offre une vue sur un mur végétal à travers la réalisation d'une grande verrière et un accès au jardin.

Les suites à moulures interrompues

Ces trois suites aux moulures en bois sans cesse interrompues, tel un travail non-fini, ou en progrès, déclinent un camaïeu de blanc, allant du gris très clair au beige clair. Le salon et la chambre à coucher sont départagés par un grand volume central dont les extrémités latérales coulissent pour permettre une séparation complète ou partielle. Le plafond est blanc optique et la moquette en laine beige très clair. Les salles de bains sont intégralement faites de mosaïque de pâte de verre poudrée. Un miroir éclairé d’une série d’ampoules, comme les miroirs de loges d’artistes, est positionné au-dessus d’une grande double vasque en faïence blanche. Une grande baignoire et une douche à l’italienne viennent compléter le tout.

La suite ‘salon doré’

Tous les murs sont recouverts de papier peint réalisé à partir de photographies en noir et blanc du salon doré au second étage. Les voilages sont imprimés de ces mêmes motifs. Ainsi, les perspectives et la richesse de l’ornementation du style Napoléon III sont  reproduites en trompe-l’œil sur l’ensemble de la suite. Côté chambre, une grande bibliothèque murale remplie de livres divers s’installe en tête de lit. Les commodités, dont les quatre murs sont recouverts de tranches de magazines d’éditions différentes, prolongent cette idée de bibliothèque. Le sol est un parquet à l’anglaise en chêne vieilli.

La salle de bains est aussi intégralement recouverte de mosaïque de pâte de verre poudrée.

La suite ‘Cabinet de curiosités’

Le noir s’impose de manière omnipotente dans cette suite. Tel un cube de carbone, les murs sont peints en noir, tandis que le parquet à l’anglaise en chêne est teinté noir.

Côté salon, un mur entier est dédié à un cabinet de curiosités exposant divers objets et œuvres. Les rideaux sont taillés dans un drap de laine noir à fines rayures tennis blanches rappelant un tissu classique de costume d’homme. La salle de bains est en mosaïque poudrée.

La suite ‘houssée de blanc’

Dès l’entrée, les tableaux, les objets et le mobilier sont méthodiquement houssés de coton blanc. Au plafond de la chambre, une série d’ampoules en gypse phosphorescent de l’Oural se révèle la nuit et encadre un large miroir. Le sol est un parquet à l’anglaise en chêne vieilli.

Les chambres trompe-l’œil

Ces dix chambres sont toutes réalisées sur le même modèle. La moquette en laine beige clair est imprimée d’un tapis persan dans les tons de rouge, façon descente de lit en trompe-l’œil.


Une visite s’impose !


Hôtel La Maison – Champs-Elysées
8, rue Jean Goujon
75008 Paris
Tél : 01 40 74 64 65 / Fax : 01 4074 79 66
 resa@lamaisonc.com
www.lamaisonchampselysees.com

Article publié le 24 juin 2011

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.