Retour aux sources !

Pour faire ressurgir en nous des sensations primitives, un tapis en peau de bête à mettre à nos pieds pour le fouler avec volupté ou pour s’allonger dessus dans un "peau à corps" au toucher unique.

Peau de vache !
Voir plus : tapis
En septembre dernier, Elizabeth Leriche, «tendanceuse» légitimée pour le salon Maison&Objet, signait une mise en scène des plus primitives : le retour de la caverne pour signifier une intimité protectrice.


Si les formes premières sont archaïques, elles témoignent de leur authenticité et leur utilité dans un monde voué à une quête de changement effréné. A l’heure des grands frimas et sous le ciel de notre hiver 2010, la fourrure signe son retour côté mode et les peaux de bête s’installent dans la maison. A la différence près que l’univers de la maison signe un retour aux origines plus nuancé et respectueux de la nature. Nous ne verrons ici que peaux de bêtes comestibles et recyclables : vaches, moutons, agneaux, taureaux… cohabitant plus naturellement avec le matériau bois ou pierre, ou encore avec des matières naturelles comme la laine ou le feutre.


Sans culpabilité aucune, le tapis se caresse dans le bon sens du poil réveillant en nous notre part animale, comme le souligne Elizabeth Leriche dans sa scénographie : «un monde trop lisse a envie de sauvagerie et de chevaucher à nouveau la vitalité de l’instinctuel».


Les peaux de bête sont signées “Un amour de tapis” peau de vache 160 x 230cm – 349 €, peau de vache zébrée 160 x 230cm – 429 €, peaux de mouton 70 x 140cm – 129 € -
Un amour de tapis // http://www.unamourdetapis.com/ // N° lecteur : 0 800 100 742
Article publié le 8 décembre 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.