Diane de Valou, l'inspiration entre Jaipur et la Bourgogne

Diane de Valou est peintre. Derrière toutes ses créations, on retrouve l’oeil et la main du peintre, la maîtrise du dessin et le sens de la couleur

Capucines

On pourrait la croire partagée entre deux univers : celui de la peinture contemplative à laquelle elle s’adonne dans sa retraite de Bourgogne, nichée au creux des bois, et celui des décors sur toile qui naissent dans la ruche de son atelier de Jaipur, en Inde. Il n’en est rien, ce sont les deux facettes, différentes et complémentaires, de son aspiration à donner à voir la beauté de la nature, à dispenser du rêve, à partager un art de vivre.
 
Les décors de Diane de Valou, sur toile de lin ou sur tapis de laine, enchantent, animent et colorent les intérieurs qui les accueillent. Tous sont des créations originales, des décors peints à la main d’après ses cartons avec des artisans de Jaipur auprès desquels elle vit la moitié de l’année.

Héritiers d’une longue tradition, ces artisans ont un sens de la couleur, de la nuance et des dégradés qui répond aux vœux de l’artiste. Pour Diane de Valou, rien n’est plus beau ni plus poétique que l’idée qui prend vie par la main de l’homme, pourvu que cette main ait la grâce.
 
Depuis toujours, elle est fascinée par l’Inde, pays enchanté où l’on ose la couleur, où l’on vit au quotidien dans un univers coloré, dont les maisons, les tissus, les vêtements sont gais et éclatants.
 
C’est cette vie, ce chant coloré qu’elle veut nous insuffler avec ses superbes créations. L’élégance passe aussi par la couleur, nous dit l’artiste, dont les décors, d’inspiration essentiellement végétale, sont habités d’une profusion d’herbes et de fleurs libres, délicates et infiniment joyeuses. La matière première en est une toile de lin brute, naturelle, robuste, à la tenue parfaite et qui se prête à toutes les envies. Domestiqués, en rideaux, tendus sur les murs, jetés sur un canapé, encadrés…, ces décors peuvent aussi se faire nomades et se transformer en nappes de déjeuners sur l’herbe ou en tipi d’un jour. Les tapis sont faits d’une laine couleur de lin d’une qualité exceptionnelle, au tissage très serré.

 Une collection à découvrir à Saint Germain des Près dans un lieu de rêve situé rue de Fürstenberg à côté du musée d’Eugène Delacroix, la galerie d’antiquités Yveline, une véritable caverne d’Ali Baba avec une mise en scène des objets exceptionnelle, le tout sous le contrôle d’Anne Thomas

Yveline Rue de Fürstenberg
Afficher la galerie
Yveline Rue de Fürstenberg
©Anne Thomas

Décors peints de Diane de Valou, sur commande. Toiles de lin : 140 ou 240 cm de large. Tapis : à la dimension désirée.

4, rue de Furstemberg, 75006 Paris. www.yveline-antiquites.com 01 43 26 56 91.
 
Biographie de Diane de Valou :Formée au dessin chez Maryse Eloy, Diane de Valou, peintre dans l’âme, a toujours eu le goût du décor. À l’École Camondo, elle apprend l’architecture d’intérieur et continue la peinture, voie dans laquelle elle est encouragée à poursuivre par Andrée Putman. Entrée aux Beaux-Arts de Paris, elle y a pour maître Olivier Debré. Elle trouve son épanouissement dans la peinture à l’encaustique, héritée de techniques antiques, et dans les décors peints sur toile ou laine.  
 

Article publié le 23 juin 2011

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.