L’art de la porte chez Passage

Depuis 12 ans déjà, deux architectes DPLG David Laredo et Antoine Adda ont fondé Passage pour répondre aux attentes d’une riche cliente américaine désireuse d’avoir de belles portes sur mesure dans son futur appartement. Afin d’avoir du choix et surtout de pouvoir les voir, le tandem d’architectes donna naissance à Passage, un showroom unique et très professionnel où toutes les sortes de portes réalisables sur-mesure se côtoient, des plus inventives aux plus contemporaines avec une immuable exigence de qualité.

Bel habillage pour cette porte coulissante en mosaïque de bois de châtaigner provenant de la tempête de 1999.
Cet article fait partie du dossier Poignées de portes

Quel est le concept de Passage ?  

David Laredo : Antoine Adda et moi nous sommes associés en 1994 pour fonder une agence d’architecture. 15 années durant, nous avons dessiné des plans, construit des bâtiments, allant de plus en plus souvent de la conception jusqu’à la décoration. Les chantiers qui étaient au démarrage traditionnels, sont devenus au fur et à mesure des années beaucoup plus haut de gamme. Le métier d’ébénisterie avait été pillé en France par les industriels contrairement à l’Espagne, l’Italie, la Malaisie… C’est alors que nous avons décidé de créer un lieu spécifique dédié à l’univers de la porte en glanant des idées à travers le monde et en s’inspirant des véritables traditions qui subsistent dans de très nombreux pays tout en les remettant au goût du jour. Nous nous sommes efforcés dans un premier temps de travailler avec des fabricants qui possèdent un réel savoir-faire dans un style de portes, comme Rimadesio ou Lualdi, et qui savent pour autant faire du sur-mesure sans pratiquer des prix excessifs. Puis nous avons décidé ensuite de créer nos propres modèles.

Le duo fondateur: David Laredo et Antoine Adda
Afficher la galerie
Le duo fondateur: David Laredo et Antoine Adda
©DR

Quelles sont les étapes pour donner naissance à vos projets ?

D. L. : Nous travaillons pour moitié avec des architectes et pour moitié avec des particuliers. Le mieux est de venir avec un plan et des photos pour la première étape afin de procéder au repérage des modèles. Le second rendez-vous servira au chiffrage et à établir un pré-choix et c’est au troisième rendez-vous que nous dépêcherons nos équipes sur place  pour finaliser les cotes, puis ensuite poser.

Habillée de béton mélangé à de la résine, la large porte sur pivot devient un élément architectural important
Afficher la galerie
Habillée de béton mélangé à de la résine, la large porte sur pivot devient un élément architectural important
©DR

Avez-vous des matériaux favoris ?

D. L. : Chez Passage, nous affectionnons certes les belles portes, mais aussi les beaux matériaux, les finitions rares et les traitements de surfaces originaux. Nous proposons par exemple des portes en acier Corten, un acier auto-patiné qui prend sa résistance en rouillant dehors durant 3 semaines. Nous aimons aussi les portes gainées de cuir, en acier plié, les placages d’essences de bois raffinées telles que le noyer, les portes habillées de feutre, intégrées dans des boiseries en bois griffé, coulissante en cote de mailles, recouverte de béton léger, de métallisation sur bois pour un effet luxueux… Les portes peuvent être réalisées en verre sablé double face, verre sérigraphié de couleurs différentes sur chacune des faces… Nous travaillons avec des designers comme Lili Latifi qui crée des solutions textiles pour l’architecture intérieure comme des inclusions de papier japonais ou de dentelle dans l’épaisseur du verre de la porte. La tempête de 1999 nous a donné l’idée de créer un habillage de porte en mosaïque de bois de châtaigner.

Côté technique, rien ne nous effraie car nous sommes coutumiers des grandes dimensions, portes sur pivot déportées avec un pivot axial à 360°, porte roto-basculante dans les deux sens pour économiser 50% de débattement pour les espaces étroits, portes en applique, portes à la fois coulissantes et pliantes… Nos portes coulissantes sont toujours suspendues pour éviter les rails au sol disgracieux. La mode étant aux ouvertures à galandage, portes coulissantes permettant de dissimuler les panneaux dans l’épaisseur des murs, cette technique est dorénavant souvent présente dans nos projets.

La célèbre poignée de porte Lama dessinée par Gio Ponti dans les années 30 et toujours éditée chez Olivari
Afficher la galerie
La célèbre poignée de porte Lama dessinée par Gio Ponti dans les années 30 et toujours éditée chez Olivari
©DR

Vous présentez une très belle sélection de poignées, quincaillerie, quelles en sont les modes et les nouveautés ?

D. L. : De tout temps, il y a eu des créations dans l’univers des poignées de portes et de fenêtres, correspondant époque par époque aux différents styles et courants artistique. Récemment, Philippe Starck avait initié une mode de poignées rondes et organiques dessinées en 1992 pour FSB. Maintenant, la mode est aux poignées plus rectilignes et géométriques avec des rosaces carrées. Les finitions du moment sont sans hésiter l’inox, le nickel mat ou brillant, et bien entendu le chrome.  Le spectre de notre offre est très large : des modèles très contemporains comme ceux de Valli Colombo et Olivari, mais aussi des modèles plus exclusifs et des rééditions des grands classiques du design du XX° siècle.

Côté quincaillerie, le pêne magnétique connait un franc succès. Discret et silencieux, il permet que la serrure reste en arrière lorsque la porte est ouverte, et ne s'avance que si la porte est complètement fermée. Ceci permet une fermeture douce et silencieuse en évitant notamment les marques sur le dormant. 

Version dressing, les panneaux d'albâtre coulissent avec élégance pour venir masquer les étagères
Afficher la galerie
Version dressing, les panneaux d'albâtre coulissent avec élégance pour venir masquer les étagères
©DR

Votre plus belle porte ?

D. L. : La plus belle porte que nous avons réalisée était sur pivot à 360° et faite de résine et d’acier sur moulage d’écorce, pour donner l’effet d’un arbre métallique. Elle fut exposée au château de Versailles lors d’une exposition sur les portes et le franchissement.

Sinon, nous devons livrer prochainement, en partenariat avec l’Atelier Alain Elouz, une série de portes coulissantes rétro-éclairée en albâtre d’une épaisseur de 40 mm. Chacun des panneaux vaut environ 4500 € !

Votre actualité ?

D. L. : Pour le célèbre hôtel Murano, nous devons refaire des portes monumentales en finition métallisée sur bois. Chaque ventail mesure 1 mètre de large et 2,80 mètres de haut.

Un rêve, une envie ?

D. L. : J’aimerais réaliser une porte végétale coulissante avec de véritables végétaux. Le projet est un peu complexe car il faut apporter à la fois de l’eau, de la lumière…et que la porte coulisse aisément. Et sinon, lancer un concours dans les écoles de design sur le thème de la porte. 

www.passage-porte.com

Article publié le 4 janvier 2012

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.