Interview d’Alexia Battistin pour Monbeaubeton.com (1/2)

Grande spécialiste du béton « esthétique », Alexia Battistin, rédacteur en chef du site monbeaubeton.com, nous éclaire sur ce matériau que l’on pensait brut et technique et qui se révèle être élégant et technologique.

Tabouret Indiebar, Davide Groppi
Voir plus : béton
Maison.com : Le béton, on a une idée globale de ce que cela représente, mais existe-t-il différents types de bétons ?

Alexia Battistin : Il existe effectivement une grande variété de bétons qui permettent de répondre au mieux aux différentes exigences des chantiers. Le béton traditionnel, c’est un mélange de ciment, de granulats (sables et graviers) et d’eau, auquel on ajoute le plus souvent des « adjuvants ». Les bétons ne sont pas des mortiers, ni des coulis ; ils ne contiennent pas non plus de résine. Les bétons de structures courants répondent aux spécifications de la norme européenne NF EN 206-1.

Mais il existe également des bétons hautes performances (les BHP) qui ont des résistances plus élevées, et des bétons fibrés ultra hautes performantes (les BFUP) qui contiennent des fibres, ont des résistances encore plus élevées et permettent dans certains cas de se passer d’armatures.

Il y a des bétons « spéciaux » pour des usages précis : les bétons de granulats légers, pour l’isolation ou la rénovation, les bétons lourds, pour se protéger des rayonnements (X, gamma), les bétons de ciment prompt naturel pour les travaux nécessitant une prise rapide, ou les bétons de ciment alumineux fondu qui ont une résistance précoce, et enfin les bétons réfractaires qui résistent à des températures jusqu’à 1300 °C.

Maison.com : Couramment le béton est lisse et de couleur grise, mais il existe maintenant des bétons avec du relief et de la couleur ?

A.B. : Oui. Le béton n’est pas forcément gris. Il peut bien sur, être peint ou lasuré, mais il est surtout possible de le colorer dans la masse en jouant sur la teinte des constituants : on choisit la couleur des granulats, celle du ciment -gris ou blanc-, et on ajoute au besoin des pigments de coloration –naturels ou de synthèse- . On peut donc facilement travailler sur une palette de tons naturels ou oser des tonalités plus soutenues : des bleus, des roses, et même des verts fluo !

De plus, pour créer des effets particuliers - transparence, reflet, irisation - d’autres matériaux comme le verre, le métal, la nacre… peuvent s’inviter sous forme d’inclusions.

Ensuite, la surface du béton n’est pas forcément lisse et uniforme ; elle peut être travaillée pour créer un effet décoratif ou simplement jouer avec la lumière.

La technique d’impression / matriçage du béton permet à l’aide d’une matrice (en fond de moule ou appliquée en surface), de donner à la peau du béton (sa surface) l’aspect que l’on souhaite : empreintes végétales, motifs bois, cuir, textile, pierre ou tout autre motif créé à la demande.

Les autres procédés qui permettent d’animer la surface d’un béton sont des traitements chimiques ou mécaniques qui s’appliquent sur un béton frais ou à l’état sec : on peut citer la désactivation, le lavage, le sablage, le grésage, le bouchardage, le polissage… Il s’agit essentiellement d’attaquer la surface du béton pour lui donner un aspect plus ou moins lisse ou rugueux, ou faire apparaitre les granulats en les dégageant ou en les polissant. L’aspect d’un béton poli marbrier est très proche de celle d’un marbre par exemple.

Suite de l'interview

www.monbeaubeton.com
Article publié le 16 décembre 2009

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.