Design d’hier et d’aujourd’hui à Bruxelles

L’ADAM Brussels Design museum propose deux nouvelles expositions temporaires et un ouvrage inédit accompagne son panorama de l’histoire du design en Belgique.

Logo du métro de Bruxelles dessiné par Jean-Paul Edmond-Alt dont l’intérieur a été dessiné par le Designer Centre.

100 ans de design

De l’Art nouveau à 1980, l’exposition Panorama, a History of Modern Design in Belgium présente plus de 120 objets dont une trentaine de pièces issues de collections privées et jamais dévoilées à ce jour au grand public. Parmi elles, un tapis de Henry Van de Velde pour le bureau de Napoléon III, réalisé par les ateliers d’art De Coene Frères, à Courtrai. Mais aussi des originaux présentés à côté de documents photographiques qui y font référence. Dans cette exposition, l’histoire du design belge débute avec le travail de Victor Horta, est rythmée par les différentes expos universelles auxquelles la Belgique a participé, l’importance du mouvement Art Déco et surtout la création du Design Centre marquée par la personnalité féminine de Josine des Cressonnières, une des rares femmes belges à s’intéresser au design. Découpé en 5 parties, ce panorama évoque tout d’abord la 1ère Exposition universelle de Bruxelles de 1897, qui met en évidence l’importance du Congo belge et de l’Art nouveau jusqu’à la première guerre mondiale. La 2nde période s’étend de 1925 à 1937, la 3ème relate les années qui ont suivi la 2nde guerre mondiale. La 4ème période évoque les débuts du Design Centre et son âge d’or et on termine avec les années 1980 avant que le design ne devienne fédéral comme la Belgique et que sa promotion soit transférée aux régions. Aujourd’hui, sous le label « Belgium is design » sont représenté 3 régions et son paysage actuel est toujours souligné par la figure de Maarten Van Severen, designer apparu dans les années 1990. Et en Belgique, les prémices du design se sont fait sentir avec l’Art nouveau sur la toile de fond d’une tendance néo-renaissance et néo-gothique. Il faut bien le rappeler : ce sont les bourgeois et industriels fortunés qui ont permis l’émergence du style Art nouveau, et non l’état, qui ne l’a pas soutenu. Au tout début du XXème siècle, deux styles cohabitaient, symbolisés dans cette exposition par deux créations, le bureau d’arrière-garde d’Horta et le fauteuil d’avant-garde de Georges Hobé datés tous les deux de 1902. Entre un rare film publicitaire sur la cuisine Cubex de Louis Herman De Koninck et une photo insolite de l’anti-intérieur de Verner Panton, avec bottes de paille et poules qui picorent, présenté à la Biennale de Courtrai en 1978, ou une armoire très colorée d’Aboe Simbel créée en 1974, 7 ans avant le mouvement Memphis, l’histoire du design belge est unique, iconoclaste, inclassable, surréaliste parfois. Dans les années 1970, elle a connu de grands designers comme Jean-Paul Edmond-Alt qui a notamment créé notamment la bouteille d’eau de Spa…

Dans les années 1960, exposition du Design Centre avec en évidence la vague des objets empilables et composables en plastique dans le domaine des arts de la table.
Afficher la galerie
Dans les années 1960, exposition du Design Centre avec en évidence la vague des objets empilables et composables en plastique dans le domaine des arts de la table.
©Constantin Brodzki

Un ouvrage très complet

Le livre qui porte le même nom que l’exposition n’est pas qu’un simple catalogue. Il continuera à être diffusé en Belgique et en France après l’exposition. Bien que son propos s’associe à la thèse de Katarina Serulus, historienne du design, l’une des auteurs et commissaire de cette exposition avec Thierry Belenger, il englobe en plus la réalité politique et explore la relation qui s’est tissée entre le design moderne et l’Etat belge, depuis la création de ce dernier jusqu’à nos jours. Amélioration du quotidien, outil de propagande ou révélateur des identités nationales, le design belge a aussi été utilisé pour promouvoir la modernité comme en témoigne l’Expo 58 et son emblématique Atomium. A cette époque, l’importance du design belge atteint son point culminant dans un pays qui a  aussi connu ses heures de gloire avec l’Art nouveau et le Modernisme  

Service à liqueur en grès, lauréat du Golden signet en 1957, création Antoine De Vinck.
Afficher la galerie
Service à liqueur en grès, lauréat du Golden signet en 1957, création Antoine De Vinck.
©Antoine de Vinck

Focus sur Componibili

Les objets ont une histoire et chaque objet a son histoire. C’est le cas de Componibili, un élément de rangement composable imaginé par Anna Castelli Ferrieri en 1967. Véritable jeu de construction, ces cylindres empilables en plastique permettent de former des tours de rangement. Equipés de fonds rainurés qui permettent de faire coulisser une porte arrondie avec un simple perçage en guise de prise de main pour l’ouverture et la fermeture, ils sont toujours édités par l’éditeur italien Kartell et ont traversé les dernières décennies en accompagnant notre vie de tous les jours dans toutes les pièces de la maison. A l’occasion de ses 50 ans, des artistes et designers ont customisé ces boîtes et colonnes iconiques de rangement et les ont transformés en support de création libre. Le résultat est tout simplement époustouflant !

Quand la mode rejoint le design, en version imprimé psychédélique par Emilio Pucci.
Afficher la galerie
Quand la mode rejoint le design, en version imprimé psychédélique par Emilio Pucci.
©AZ, Kartell

Panorama, a History of Modern Design in Belgium jusqu’au 7 janvier 2018
A tribute to Componibili, jusqu’au 29 janvier 2018

Sur cette photo, Josine des Cressonnières, secrétaire général très active du Design Centre, le Prince Albert et le président du Design Centre, Pol Provost, qui inaugurent cette institution en 1964.
Afficher la galerie
Sur cette photo, Josine des Cressonnières, secrétaire général très active du Design Centre, le Prince Albert et le président du Design Centre, Pol Provost, qui inaugurent cette institution en 1964.
©Archives des Cressionnières

De style Art nouveau, service à thé et à café, création Delheid Frères dans les années 1930.
Afficher la galerie
De style Art nouveau, service à thé et à café, création Delheid Frères dans les années 1930.
©MKG-MRAH

Le contraste de deux styles : à gauche, de style l’Art nouveau, vase en ivoire sculpté, provenant d’une défense d’éléphant ramenée du Congo belge, avec base en bronze, création Philippe Wolfers en 1895. A droite, exemple de design d’avant-garde et démocratique avec une chaise en bois de peuplier fabriqué en kit par les Meubles Silex à Liège, création de Gustave Serrurier-Bovy en 1906. Collection Province de Hainaut
Afficher la galerie
Le contraste de deux styles : à gauche, de style l’Art nouveau, vase en ivoire sculpté, provenant d’une défense d’éléphant ramenée du Congo belge, avec base en bronze, création Philippe Wolfers en 1895. A droite, exemple de design d’avant-garde et démocratique avec une chaise en bois de peuplier fabriqué en kit par les Meubles Silex à Liège, création de Gustave Serrurier-Bovy en 1906. Collection Province de Hainaut
©Philippe de Gobert

Intérieur reconstitué avec des chaises géométrisantes présentées dans la section belge de la Biennale des Arts Décoratifs de Monza en 1925.
Afficher la galerie
Intérieur reconstitué avec des chaises géométrisantes présentées dans la section belge de la Biennale des Arts Décoratifs de Monza en 1925.
©Collection AAM/Foundation CIVA Stichting

Photo de l’exposition d’ouverture du Design Centre en 1964. Devant, la chaise TBA en métal chromé et cuir de Christophe Gevers, récompensé en 1958 par Le Signe d’Or.
Afficher la galerie
Photo de l’exposition d’ouverture du Design Centre en 1964. Devant, la chaise TBA en métal chromé et cuir de Christophe Gevers, récompensé en 1958 par Le Signe d’Or.
©Constantin Brodzki

Chaise longue de Marcel Baugniet créée en 1928.
Afficher la galerie
Chaise longue de Marcel Baugniet créée en 1928.
©KMKG-MRAH

Dans les années 1970, affiches des expositions du Design Centre par Michel Olyff.
Afficher la galerie
Dans les années 1970, affiches des expositions du Design Centre par Michel Olyff.
©KMKG-MRAH

18 - Victor Horta (1861-1947), desk suite presented in the Belgian section of the International Exhibition of Decorative Arts in Turin, 1902_CopyrightKMKG-MRAH
Afficher la galerie
18 - Victor Horta (1861-1947), desk suite presented in the Belgian section of the International Exhibition of Decorative Arts in Turin, 1902_CopyrightKMKG-MRAH
©KMKG-MRAH

Visionneuse créée par Jean-Paul Edmond-Alt.
Afficher la galerie
Visionneuse créée par Jean-Paul Edmond-Alt.
©Archives Jean-Paul Edmond-Alt

Couverture et page extraite de l’ouvrage Panorama, a History of Modern Design in Belgium publié en juillet 2017 aux éditions CFC. Collectif d’auteurs sous la direction de Katarina Serulus et Javier Gimeno-Martinez. En 1957, la Belgique a même créé son propre prix de design Le Signe d’Or, conçu sur le modèle du Compasso d’Oro, qui récompensait aux produits belges néerlandais ou luxembourgeois créé pour lancer le design belge sur la scène internationale. Dans son jury, rien de moins que Raymond Loewy…
Afficher la galerie
Couverture et page extraite de l’ouvrage Panorama, a History of Modern Design in Belgium publié en juillet 2017 aux éditions CFC. Collectif d’auteurs sous la direction de Katarina Serulus et Javier Gimeno-Martinez. En 1957, la Belgique a même créé son propre prix de design Le Signe d’Or, conçu sur le modèle du Compasso d’Oro, qui récompensait aux produits belges néerlandais ou luxembourgeois créé pour lancer le design belge sur la scène internationale. Dans son jury, rien de moins que Raymond Loewy…
©DR

Portrait d’Anna Castelli Ferrieri, architecte et urbaniste qui, en épousant Giulio Castelli, fondateur de la société Kartell, est devenue une spécialiste du plastique. Elle fut la directrice artistique de cette société de 1976 à 1987.
Afficher la galerie
Portrait d’Anna Castelli Ferrieri, architecte et urbaniste qui, en épousant Giulio Castelli, fondateur de la société Kartell, est devenue une spécialiste du plastique. Elle fut la directrice artistique de cette société de 1976 à 1987.
©AZ, Kartell

Componibili épouse l’évolution de la société. En 1968, la table de salle à manger tente une disparition et la nouvelle génération fustige les habitudes de ses parents. L’art de vivre au ras du sol s’associe à l’esprit des Componibili qui se transforment en table basse pour l’apéro ou dîner au salon.
Afficher la galerie
Componibili épouse l’évolution de la société. En 1968, la table de salle à manger tente une disparition et la nouvelle génération fustige les habitudes de ses parents. L’art de vivre au ras du sol s’associe à l’esprit des Componibili qui se transforment en table basse pour l’apéro ou dîner au salon.
©AZ, Kartell

Clin d’œil en version Smily par Fabio Novembre.
Afficher la galerie
Clin d’œil en version Smily par Fabio Novembre.
©AZ, Kartell

Version d’Angela Missoni qui habille les Componibili avec ses fameuses rayures. En 2017, elle avoue ne jamais s’être séparée de ses Componibili ont éduqué son goût pour le design. Et derrière, version Pop Art pour le designer Mario Bellini qui, 50 ans plus tard, a détourné l’image publicitaire des boîtes Campbell à la façon d’Andy Warhol. Mêmes formes et proportions qui l’ont entraîné à créer la première boîte de Design Soup, rendant aussi hommage à son succès démocratique comme objet de consommation.
Afficher la galerie
Version d’Angela Missoni qui habille les Componibili avec ses fameuses rayures. En 2017, elle avoue ne jamais s’être séparée de ses Componibili ont éduqué son goût pour le design. Et derrière, version Pop Art pour le designer Mario Bellini qui, 50 ans plus tard, a détourné l’image publicitaire des boîtes Campbell à la façon d’Andy Warhol. Mêmes formes et proportions qui l’ont entraîné à créer la première boîte de Design Soup, rendant aussi hommage à son succès démocratique comme objet de consommation.
©AZ, Kartell

Compilation artistique d’œuvres empilées avec la version de Philippe Starck qui pose sur sa table-tabouret Gnomes Napoléon et Attila, un caisson Componibili pour créer une seule œuvre.
Afficher la galerie
Compilation artistique d’œuvres empilées avec la version de Philippe Starck qui pose sur sa table-tabouret Gnomes Napoléon et Attila, un caisson Componibili pour créer une seule œuvre.
©AZ, Kartell

 

Article publié le 1 décembre 2017

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire