Le Fauteuil Wassily : le tubulaire révolutionnaire

Tout en sobriété et élégance, le fauteuil Wassily s’est hissé au rang de véritable icône du design en l’espace de quelques décennies.

Les sangles existe en croupons de cuir ou en peau
Voir plus : fauteuil
L’aura de mystère qui entoure le Wassily reste quasiment intacte plus de 80 ans après sa création. Tout en ne présentant que d’infimes variations, les anecdotes, quant à la genèse de sa réalisation et à l’origine de son nom, sont multiples. L’on raconte que c’est le guidon en acier de sa bicyclette qui aurait inspiré à Marcel Breuer cette œuvre qui chamboula l’univers du meuble d’intérieur. Il se dit aussi que Wassily Kandinsky, admirant la forme épurée du modèle que Breuer avait dans son bureau, fit l’acquisition d’un des premiers exemplaires existants après le prototype. L’entreprise italienne Gavina qui réédita le siège dans les années 1960, avant d’être rachetée par Knoll, préféra donc à son nom de baptême B3 celui du célèbre peintre.

Premier fauteuil réalisé en acier tubulaire, son châssis reflète l’esthétique contemporaine des Années folles. Incarnant l’idée d’un certain fonctionnalisme tout en restant esthétique, le Wassily est devenu un symbole classique du modernisme. Glanant des conseils auprès de soudeurs et de plombiers, Breuer se livre à moult expériences et, Copernic contemporain, fomente une révolution depuis les ateliers du Bauhaus.

Le fruit de son obstination est, pour lui, son œuvre la plus extrême, la moins artistique, la plus rationnelle et la plus fortement inspirée par le monde industriel. Le prédicat fonctionnel l’emporte sur la forme ; les lignes pures des tubes en acier lisses et brillants et la réduction des surfaces du siège et du dossier à de minces bandes de cuir de vache confèrent transparence et allure aérienne à la structure.

Lorsqu’il découvrit la première version finie de son fauteuil, ce dernier, pensait-il, ferait l’objet d’un grand nombre de critiques. Et pourtant, les années ne semblent aucunement marquer cette création intemporelle qui remporte le même succès aujourd’hui qu’auprès de la génération qui passait des soirées endiablées à danser le charleston.

A partir de 1605 €
Contact Knoll : 01 44 18 19 99 ou www.knoll-int.com
Article publié le 14 janvier 2011

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums
  • melusine
    melusine
    au fonctionnalisme de la dite structure je préfere la raideur d'un Louis XIII ou le confort d'un fauteuil club mais il est toujours aussi agreable de lire la rédactrice
  • stanislas
    stanislas
    Des goûts et des couleurs, certes, on ne discute pas. Mais penser que ce fauteuil manque de confort, c'est là se méprendre lourdement. Le géni de Breuer, c'est justement de ne proposer que l'essentiel nécessaire à toutes les assises possibles en envisageables. Droite un peu pince sans rire le dos calé sur le dossier, détendu à l'extrême les jambes sur les accoudoires. C'est là la force du Bauhaus : le nécessaire seulement à l'utilisation optimale. Redéfinir l'espace en allant à l'essentiel. Il y a là une pensée presque politique, un souffle démocratique radical qui dérangea fortement les régimes totalitaires qui suivirent.

    Mais c'est aussi le vide que le b3 propose de mettre en scène. C'est d'ailleurs amusant d'observer les réactions des gens, encore ignorants de ce design, au moment de s'assoire. Les heureux possesseurs d'un tel fauteuil vous le dirons : nombreux sont ceux qui préférerons une assise plus conventionnelle, mais personne n'y restera insensible tout-à-fait!

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.