Le siège « Thinking Man’s Chair » de Jasper Morrison

Pour l’intérieur ou l’extérieur, le siège « Thinking Man’s Chair » du designer Jasper Morrison joue sur la simplicité d’une ligne tout en courbes, comme pure expression visuelle, laissant libre cours à sa fonction.

Jouant sur la courbure de ses lignes, la « Thinking Man’s Chair » de Jasper Morrison se fait l’écho d’une œuvre centrée sur la fonction. Cette chaise se veut comme un instant de relaxation, où ces deux plateaux servent à poser les boissons.

Né à Londres en 1959, Jasper Morrison est diplômé de la Kingston Polytechnic Design School et du Royal College of Art, avant de partir pour Berlin, compléter ses études à l’université des arts. En 1986, il monte son propre bureau de design, où l’artiste laisse la part belle à la fonctionnalité, dans une esthétique emprunte de sobriété. Cette épure se manifeste par la simple expression de formes classiques, dont l’innovation se situe dans le choix des matériaux ou des techniques utilisées. Dès ses débuts, la chaise est devenue l’un de ses meubles de prédilection, un sujet qu’il aime à réinventer tout au long de sa carrière. Indispensable au quotidien, le siège correspond à sa recherche d’un design nécessairement utile, où la qualité se doit d’être de premier ordre.

Conçue en 1986, le siège « Thinking Man’s Chair » marque la première collaboration du designer anglais avec l’éditeur Cappellini. L’élégante chaise longue est fabriquée à partir de tubes d’acier pour la structure et de lattes pour le dossier et l’assise, munie d’accoudoirs dont les disques servent de plateaux. Il s’agit pour le designer anglais de créer une chaise composée uniquement d’éléments structurels, qui s’inspire d’un meuble antique où l’assise manquait. Il utilise l’acier tubulaire, comme un rappel aux siège des années 20 et 30, dont Jasper Morrison apprécie une modularité des formes qui se soumet à la fonction. Pour rester dans la modernité, il décide de laquer la chaise en gris foncé, vert, blanc ou plâtre. La version terre-cuite permet de mettre à jour des inscriptions relatives au processus de conception soulignant la courbure des lignes.

Le nom du modèle est relatif au slogan d’une marque de cure-pipes à l’époque de création, signifiant à l’origine « la fumée de l’homme pensant ». Considéré comme le pionnier de la « Nouvelle Simplicité », la « Thinking Man’s Chair » incarne une simplicité visuelle, où la courbe se suffit à elle-même. La forme sinueuse des accoudoirs répond à celle de l’assise, dans un écho qui offre du rythme à la structure. Dessinée dans la plus simple géométrie, la courbe apporte un sentiment de douceur, autour d’un minimalisme sensible. Invitation à la méditation, elle sert à recevoir le corps pour un moment de détente, où l’esprit pourra se laisser aller à la rêverie. A l’intérieur ou à l’extérieur de la maison, la chaise trouve sa place dans n’importe quel espace, où ses deux plateaux servent à poser un verre et une bouteille.

A l’origine conçue pour une foire au Japon de 1986, la chaise longue « Thinking Man’s Chair » était destinée à être produite en série limitée. Mais victime de son succès, elle est toujours disponible chez Cappellini et ce depuis 1988.

www.jaspermorrison.com  
www.cappellini.it

Article publié le 16 juin 2012

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire