Les tableaux s’illuminent pour « Dix heures dix »

Depuis une dizaine d’années, la designer française Catherine Grandidier se fait un nom dans le monde de la création et du design, grâce à ses luminaires en général et ses tableaux lumineux en particulier.

Panneaux articulés pour l'Urbain
Voir plus : éclairage
Fascinée par les objets lumineux et leurs mouvements, la créatrice réalisa ces objets uniques après la récupération d’objets usuels. Sa volonté est de créer un effet de surprise pour susciter la curiosité.
Editée par Sedap, la collection est très étoffée. Elle rassemble jusqu’à 5 variantes de tableaux lumineux. Une ressemblance est claire à travers chaque modèle mais chacun possède sa particularité qui fait de lui un objet unique.

L’applique Métalo est en aluminium peinte ou imprimés de sérigraphies. Elle est composée de petits caches carrés et orientables disposés en relief sur un grand support également carré (82 x 82 cm). Le décalage recherché par la designer et créé par le relief surprend l’œil de l’observateur. L’applique Métalo est disponible en deux versions ; Métalo 4 et Métalo 9, l’une rouge, l’autre blanche. Petit plus pour ceux qui la veulent dans les deux tons : la version bicolore.

Pour le modèle Lumières cachées, le principe est le même mais il est réalisé en bois et les petits caches sont en pâte à papier travaillés un à un. Grâce à un variateur, la source lumineuse se sectionne en neuf degrés d’intensité. C’est un tableau lumineux avec un véritable pouvoir éclairant permettant de jouer avec l’intensité de l’éclairage.

L’Urbain est un tableau lumineux qui se compose de 12 petits panneaux articulés que l’on ouvre et referme pour réaliser un jeu d’ombres et de lumières. Une douce lumière jaillit derrière chaque petit panneau et propage une ambiance joyeuse au sein de la pièce. Ce tableau en acier laqué est aussi grand (100 cm x 70 cm) qu’une belle toile habillant le mur. Plutôt original, ce modèle Urbain se présente également en deux versions, une blanche et une multicolore.

Moins connus, mais tout aussi admirables, sont les appliques "L’homme qui court" et "Lumières volées". Toutes les deux réalisées en bois enduit, Catherine Grandidier signe deux modèles tout à fait exceptionnels. Dans la première version, la lumière illumine et redonne vie à une pellicule sépia d’Edward Muybridge de la fin du XIXe siècle qui décompose le mouvement de la course à pied. Dans la deuxième version, le principe est le même mais avec 5 photos du vieux Paris. A travers les deux versions, le jeu de lumière d’un bandeau constitué de photos sur un fond en bois enduit diffuse une ambiance magique à votre intérieur.

Voilà donc une collection de tableaux lumineux très originale et d’une grande finesse réalisé par la designer Catherine Grandidier. Une gamme de luminaires qui plaira inévitablement aux amateurs d’art décoratif bien insolite.
Article publié le 28 décembre 2009

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.