Le tabouret Nagato de Christian Liaigre

De par son minimalisme et son abstraction, le tabouret Nagato a sa place parmi les classiques du design. Portrait d'une bille de bois pas comme les autres.

Le tabouret Nagato fait penser à un morceau de la Colonne sans fin de Constantin Brancusi
En tant qu'hommage, et en tant que création révolutionnaire, le tabouret Nagato a gagné ses lettres de noblesse dans le monde du design. Si aujourd'hui certains voient dans le Nagato un tabouret bio-écolo, Christian Liaigre n'en avait sûrement que faire à l'époque. A sa création en 1983, il s'agissait en fait d'un hommage au célèbre sculpteur Constantin Brancusi. Ce dernier a particulièrement influencé le designer de par son expérimentation de l'art abstrait.

Abstrait, c'est le mot pour le tabouret Nagato. Un « simple » tronçon de chêne sculpté suffisait-il pour faire une œuvre d'art, un objet de design ? Pour l'époque, le minimalisme de l'objet a fortement marqué les esprits. En effet, quoi de plus simple qu'un tabouret à un seul pied, qu'une bille de bois massif ? La brutalité à peine taillée pour en définir la force, ou plutôt les forces de gravité. On pourrait presque y voir un écho à la chaise Standard de Jean Prouvé...

Résolument moderne, le tabouret Nagato conserve toutefois l'aspect rustique du bois massif. Deux propriétés qui lui ouvre les portes de toutes les pièces à vivre : en bout de canapé, dans la chambre en chevet, dans la salle à manger en tabouret d'appoint. Mais s'il est fonctionnel, le Nagato ressemble plus à une sculpture qu'à un tabouret. Aussi, vous pouvez tout aussi bien le placer en hauteur, dans un coin, ou l'orner d'une belle lampe.

www.christian-liaigre.fr
Article publié le 4 octobre 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.