Eric Berthès, designer éclectique

Du mobilier aux arts de la table, en passant par l’orfèvrerie et le high tech, Eric Berthès est une sorte de trublion dans le monde du design car il n’hésite pas à bousculer les codes, détourner les matériaux… avec un brin d’impertinence.

Ancien de Boulle de l'ESDI, Eric Berthès révèle les matériaux

Maison.com : Pourquoi avez-vous choisi le métier de designer ?

Eric Berthès : J’ai choisi ce métier pour pouvoir créer des objets du quotidien et l’embellir. J’ai toujours été fasciné par le travail de la main, par la création d’objets. Des produits justes ont toujours été un moyen d’expression privilégié, particulièrement pour moi qui les ai toujours admirés.


Maison.com : Quelles sont les étapes pour donner naissance à vos projets ?

E. B. : Pour ma part, il est primordial de concrétiser mes idées par le dessin. Cette première étape peut être longue et se traduit par une quantité importante d’esquisses que je modélise ensuite. Enfin, la dernière partie de mon travail consiste en la réalisation de maquettes, fabriquées dans mon studio, la plupart du temps, qui me permettent d’avoir une idée des justes proportions et de l’équilibre général des formes.


Maison.com : Avez-vous des matériaux favoris ?

E. B. : En tant que directeur artistique de l’Orfèvrerie d’Anjou, j’apprécie tout particulièrement l’étain, matière surprenante, qui magnifie l’objet. En effet, il y a encore dix ans, ce matériau avait une image surannée associée au pichet de grand-mère sombre et gris. En enlevant le plomb de la composition, l’Orfèvrerie d’Anjou a véritablement révélé une nouvelle matière précieuse et luxueuse que je décline dans toute une gamme de produits d’arts de la table.

Je privilégie aussi le bois, matériel noble par excellence et indispensable pour mes projets de mobilier que j’ai appris à aimer et travailler à l’école Boulle.


Maison.com : Les savoir-faire des fabricants et artisans influencent-ils votre travail ?

E. B. : Bien entendu. Ces différents savoir-faire influencent mon travail car il est impossible de créer un bon produit sans maitriser les propriétés et contraintes des différents matériaux.

J’ai un grand respect et une très grande admiration pour l’artisanat d’art tel qui se pratique à l’orfèvrerie d’Anjou et que j’ai la chance de pouvoir côtoyer. Avec eux, j’ai développé de nouvelles techniques qui ont permis de teinter l’étain dans une gamme de couleurs infinie. En outre, j’aime détourner des matériaux et des savoir-faire habituellement réservés à d’autres domaines que le design. Ce fut le cas lorsque j’ai autoproduit ma chaise SIALU en tôle d’aluminium utilisée généralement pour les containers d’avion !


Maison.com : Quels sont vos éditeurs ?

E. B. : Mes éditeurs sont Branex, l’Orfèvrerie d’Anjou, Cosi Home pour les cheminées et Revol pour la porcelaine.


Maison.com : Votre actualité ?

E. B. : Je participe à l’exposition «Meet my project » qui réunit des designers du monde entier dans le cadre du « Off » du Salon du meuble de Milan où je présente mes dernières créations pour l’univers de la maison, un bureau et une méridienne.

Je travaille aussi à un projet de concept store d’épicerie de luxe à Paris et à Bordeaux.

Enfin en septembre, sortira un service à café en porcelaine pour Ercuis-Raynaud


Maison.com : Des projets libres à l’édition ?

E. B. : Les pièces présentées dans le cadre de l’exposition «Meet my project», «Carbonized» et «Twistair» sont des projets libres à l’édition (et me permettent d’expérimenter des nouvelles matières comme le carbone pour le piètement du bureau «Carbonized»)


Maison.com : Quel est l’objet que vous auriez aimé avoir créé ?

E. B. : J’ai encore du temps pour le réaliser…


Maison.com : Un rêve, une envie ?

E. B. : J’ai très envie d’aménager un hôtel et de jouer des contraintes propres aux spécificités de ce lieu.

Editer mes collections de mobilier est, aussi, une idée qui me tient à cœur.


Maison.com : Votre parcours en quelques dates ?

E. B. : Je suis diplômé de l’école Boulle et de l’ESDI. Ces deux écoles m’ont appris, pour la première le travail du bois dans le plus pur respect de l’artisanat, du savoir-faire et de la tradition et, pour la deuxième, la modélisation et l’approche industrielle. J’ai toujours voulu être indépendant, c’est pourquoi je travaille depuis dix ans dans mon studio de création, « Planet design » que j’ai fondé en 2000.

Article publié le 21 avril 2011

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.