argile et fondation chaux

Discussion dans 'Travaux / Gros oeuvre' créé par poussin, 21 Mars 2008.

  1. poussin

    poussin Membre connu

    bonsoir

    j'ai assisté aux sondages sur 'mon' terrain = horreur, 5 m d'argile en profondeur pour 2 sondages, alors que des rochers affleurent et que pas mal de gens croyaient que le socle rocheux n'était pas loin...
    alors comme j'ai toujours en tête ma petite idée de fondations cyclopéennes et que la chaux et l'argile ne font pas bon ménage, je cherche une solution car je vois venir le verdict du géotechnicien pour les fondations: béton, surcoût (6 à 15 ke) .

    ce qui serait bien, c'est un matériau qui joue le rôle de "tensio-actif" ou "émulsifiant", comme par exemple quand on veut faire une mayonnaise, on mélange du vinaigre et de l'huile non miscibles, on ajoute un émulsifiant (moutarde) dans une proportion et un ordre précis.

    le ciment prompt naturel (ou autre matériau?) peut il jouer ce rôle (à petite dose) et parvenir à rendre miscibles la chaux et l'argile, tout en conservant la plasticité de la chaux et son pouvoir de ne pas retenir l'eau capillaire (ce qui n'est pas le cas du ciment) et évitant les tassements différentiels ?
    (j'ai 15 % de pente.)

    çà m'arrangerait que ce matériau existe, car je venais d'avoir l'avis favo de la dde pour implanter la maison où je veux...

    merci d'avance pour vos avis
     
  2. Calypso

    Calypso Monique Cerro

    Bonjour,

    quand tu dis "la chaux et l'argile ne font pas bon ménage", il faut que tu précises. Ca pourrait mettre le doute dans bien des têtes !! :)

    Je suppose donc que tu parles de la chaux hydraulique (NHL) qui, effectivement, ne se mélange pas à l'argile ce qui n'est pas le cas avec de l'aérienne (CL).
    Les fondations des romains étaient faites avec de l'aérienne et du tuileau pour contribuer à son hydraulicisation.

    Voici ce que je lis dans le bouquin de Jean et Laurent Coignet : "La maison ancienne" Ed Eyrolles:
    "Si le fond de fouille est argileux, on réalise un radier qui peut être constitué de pierres plates de 18 à 20 cm d'épaisseur ou d'une grille de charpente en bois tant-plein-que-vide, dont les intervalles sont remplis par un empierrement maçonné."
    Il y est aussi expliqué comment réaliser des fondations sur pieux particulièrement adaptées dans les terrains dits "mauvais sols" tels les sols argileux.

    Je pense que tu pourrais envisager un mortier CL/argile pour tes fondations mais quant à dire que ce soit approuvé par la règlementation....

    Je ne peux répondre plus concrêtement à ta question mais je sais qu'il existe une formulation de ciment prompt naturel avec la chaux pour créer des mortiers très résistants et pourtant respirants.
     
  3. poussin

    poussin Membre connu

    merci Calypso pour cette lueur d'espoir.

    c'est vrai que je ne sais pas quelle chaux était utilisée pour ce que j'ai vu, mais le mélange avec l'argile du chemin autour (chemin que les gens voulaient rendre carrossable) ce mélange, des années après ressemblait à de la patouille sous la pluie, avec des gros creux...

    je ne savais pas que l'aérienne pouvait se mélanger à l'argile, et pour moi son abréviation c'est CAEB.

    je sais aussi qu'il existe de l'hydrolique naturelle XHN, et artificielle XHA qui serait plus dure.
    quant à la règlementation et moi...çà fait deux, et je ne veux pas faire de radier (courants d'air sous la maison) ni sur pieux parceque çà me donne l'impression de faire une cabane sur pilotis pas solide...
    je continue mes recherches.

    s'il y a d'autres avis, welcome !
     
  4. Calypso

    Calypso Monique Cerro

    petite précision :

    la XHN est l'ancienne appélation de la NHL, la XHA est une chaux artificielle. Le terme CAEB est aussi l'ancien terme pour la CL 90. Mais cette dénoination est encore courante. Voir l'article "chaux aérienne ou hydraulique".

    Tous les enduits chaux/terre se font avec de l'aérienne car elle stabilise la terre argileuse. C'est la pratique la plus ancienne en terme de construction puisque qu'avant les études de Vicat au début du XIX° siècle la chaux hydraulique n'était pas vraiment efficiente.
     
  5. poussin

    poussin Membre connu

    me revoilou...

    j'ai le résultat du géotechnicien: bonne nouvelle, pas besoin de fondations monstrueuses à priori donc pas de surcout!
    reste juste: avec quel matériau faire l'armature?
    pour reprendre le cas de P Charmeau que tu citais : j'ai visité sa maison et il a eu des tassements différentiels car terrain aussi en pente, donc fisssures mais je ne sais pas si c'est à cause du chataignier qui aurait kc ou si c à cause d'autre chose?
    le bambou, comme je vois sur +sieurs sites: c'est lisse, et la chaux risque de glisser? (avis d'un archi qui comparait avec les tiges métal qui sont rugueuses)
    alors armer avec du mélèze ? (imputrescible résistant et grande longueur)

    qu'en penses tu ?
    ah si seulement le métal ne rouillait pas en présence de chaux...
     
  6. Calypso

    Calypso Monique Cerro

    Bonjour,

    eh bien déjà, la nouvelle est excellente !! Et oui, ça nous arrangerait bien que le métal ne rouille pas en présence de la chaux !! :)) Je suis bien d'accord avec toi !! Encore que si ça n'était qu'un problème de rouille... C'est surtout un souci de points durs dans une structure souple: c'est antinomique !

    La chaux ne glisse pas sur le bambou, vu sa structure, s'il est posé sec et fendu en deux puisqu'elle s'introduit dans le creux interne... Et puis, le matériau est poreux et la chaux y adhére mécaniquement naturellement. Rien à voir avec un matériau comme le métal qui lorsqu'il est lisse ne donne aucune prise et nécessite donc des stries.
    Et quand bien même, encastré et pris qu'il est dans une dalle ou dans un enduit très épais, par quel phénomène pourrait-il se détacher ou bouger ?

    Je ne comprends pas les réticences sur les sites dont tu parles...

    Par rapport aux bois (châtaignier, mélèze...), on peut craindre son retrait naturel: il se gorge d'eau, gonfle et ensuite évapore l'eau, créant un vide entre lui et la dalle, aussi minime soit-il. Encore qu'alors il fonctionne comme un joint de dilatation naturel puisque la chaux elle, gonfle et se rétracte. J'ai jamais fait avec des branchages de ce type, mais je sais que c'est possible avec certains d'entre eux.

    A propos des fissures chez P. Charmeau: le souci avec les armatures, c'est de faire le bon calcul. Il peut aussi y avoir des erreurs. C'est pareil avec le ciment et les dalles ou fondations en ciment armé qui fissurent j'en connais plein !!
    C'est pas parce qu'on fait ce qu'il faut qu'on le fait bien.... et qu'on est sûr de réussir :(.
    Tout compte: le dosage, le séchage, la taille de l'armature, l'état du terrain, les conditions climatiques... C'est pas forcément une cause mais toute une somme de causes... Il est sûrement entrain de réfléchir à ce qui s'est passé et quelle(s) mauvaise(s) appréciation(s) dans sa réflexion initiale a engendré ce phénomène.

    Et puis il faut le dire, comme on renoue avec des techniques oubliées, on est beaucoup dans l'expérimentation, avec tous les risques que ça comporte... :) J'en ai souvent fait les frais :))
     
  7. poussin

    poussin Membre connu

    ok super.
    donc maintenant,j'approfondis la question "bambous".
    je ne savais pas qu'on pouvait les utiliser coupés en 2 dans le sens de la longueur.
    j'ai vu des photos où ils étaient coupés en petits morceaux et reliés avec des ficelles(?) pour faire des échelles comme en spéléo... et je ne vois pas en quoi çà aurait raidi les fondations?
    en tous cas comment faire aux angles et la maison? pour relier les bambous des ficelles çà me semble léger? et y aura pas de triangulation comme un solivage donc les angles sont fragiles à mon avis.
    y a des jours, j'ai envie de faire une maison ronde !
     
  8. Calypso

    Calypso Monique Cerro

    salut !

    arf !!! :))) oui, mais faire des angles ronds ça poserait aussi des soucis !! :))))

    Coupés en petits morceaux ? j'ai jamais vu sur chantier ! On emploie des longueurs qu'on relie, en laissant des longueurs avant noeuds, comme des croix, avec de la corde de chanvre. Avec des noeuds de marin ça teint impeccablement ! :)
     
  9. poussin

    poussin Membre connu

    avec la paille on peut construire en rond...
    bon en regardant de + près le dossier géotech, je crois que je vais renoncer au terrain. (lotissement = problème de distance entre la route et le décaissement, dissolutions des cavités du sous-sol, j'ai la "totale").
    retour à la case départ...gros, gros soupir !
    j'peux p'être mettre une annonce: cherche terrain...(je rigole!)
     
  10. Calypso

    Calypso Monique Cerro

    Bonjour,

    je plaisantais poussin par rapport aux angles (je n'en connais pas de ronds) !!! :)))

    bon.... tout redémarre alors ? tu es sûre que tu ne veux pas retaper de l'ancien ?
     
  11. poussin

    poussin Membre connu

    renover? ah non ! c pas du tout du tout dans mes prix...ou il faudrait hériter du terrain sur lequel y a déjà une maison à retaper?

    tout redémarre? faut il se résigner à faire du béton armé?
    je pensais aussi d'après un bouquin que j'ai pris à la biblio, qu'il faudrait que j'arme aussi mon sous bassement ET ma dalle !

    autre hypothèse: une dalle chaux + bambou, simplement posée, car après tout, on n'a rien pour s'ancrer, donc pourquoi faire des fondations ? il manque le hérisson. A "coincer" entre 2 dalles chaux?

    reste le "problème" du hors gel, mais je crois que je vais faire un autre post pour ne pas faire de hors sujet
     
  12. Calypso

    Calypso Monique Cerro

    Bonjour,

    les anciens construisaient souvent sans fondations. Beaucoup d'acheteurs actuels en sont étonnés. Mais leurs murs faisaient 60 cm et le matériau choisi très costaud. Quant aux dalles, ils n'en faisaient pas, ils posaient les terres cuites sur lit maigre fait de sable et chaux.

    Peut-on construire ainsi de nos jours ? C'est une grande question !!
     

Partager cette page