Comment bien isoler les murs d'une maison en pierre de taille

Discussion dans 'Isolation / Maison Passive / BBC / RT2012' créé par lapin7, 14 Septembre 2008.

  1. lapin7

    lapin7 Membre

    Bonjour,
    je viens d'acheter une maison en L, construite en 1860. La maison est faite a 80pourcent de pierre de taille (epaisseur 35cm) et pour 2 mus les 20pourcent qui restent en grés (60cm d'apaisseur). J'ai decider d'investir dans un placher chauffant avec pompe a chaleur air/eau et pour l'eau chaude unh ballon solaire, le tout accoupagné d'un poele a bois.

    Mon souci est que ma maison est avec une grosse inertie , je souhaite garder cette inertie tout en l'isolant au niveau des murs.

    J'ai pensé faire un doublage interieur avec du béton cellulaire sur la periferie de la maison. Mais je ne sais pas si cela est le meilleur moyen de l'isoler tout en la laissant respirer. Et si ce moyen est le bon je souhaiterais trouver un isolant a prix raisonnable pour mettre entre mon mur de pierre et ce mur en beton cellulaire.

    Merci d'avance, en esperant avoir été assez complet.
     
  2. Calypso

    Calypso Monique Cerro

    Bonjour,

    je sus très partagée à propos de l'isolation des murs en pierre. En les doublant pour isoler, on perd leur inertie naturelle et on créé des possibles condensations invisibles.
    Finalement, si on y gagne en termes de chiffres et de calculs, on perd en confort réel. Voir l'article Performances thermique des bâtiments anciens en matériaux naturels - Citemaison.fr

    Le BC est un bon matériau qui convient bien à ce type de maison. On place alors derrière du liège en plaques sans lame d'air. Mais je reste convaincue qu'un enduit isolant de type terre/paille sur les murs nord et ouest est aussi efficace, plus écologique et bien plus économique.
     
  3. lapin7

    lapin7 Membre

    Bonsoir,
    Merci de la rapiditée de la reponse, elle me conforte dans mon orientation de rénovation. Je suis d'accord avec vous sur le principe de l'inertie lourde de ce type d'habitation, cependant lors de la revente de ma maison, le diagnostiqueur tiendra compte de l'isolation de la maison pour placera mon bien sur le pictogramme qui va de A à G.

    Malheureusement a ce jour les isolations torchis et autre ne sont pas reconnus ou quantifiable dans les calculs thermique. En faisant des simulations d'isolation de differentes sorte, on arrive a des ecarts important de consomation d'energies.

    La methode 3cl avec ses evolutions quasi hebdomadaire, permet a mon avis assez bien de calculer la consomation estimative de la maison, meme si a l'heure d'aujourdui les isolants enduit ne sont pas repertorié.

    Encore merci pour votre avis.
     
  4. Calypso

    Calypso Monique Cerro

    Bonjour,

    oui, en effet, le jour d'une possible revente, les critères du diagnostiquer ne seront pas adaptés aux maisons anciennes... ça, c'est sûr !!

    Je pense en effet qu'il ne faut pas hésiter à garder ses factures de chauffage de façon à pouvoir argumenter.... parce que je ne pense pas que la notion de "sensation de froid" soit acceptée.

    Pourtant je connais cette sensation de froid à 19° en milieu humide qui pousse à monter le chauffage alors qu'à 17° dans une maison bien régulée hygrométriquement, la sensation n'existant pas, la consommation est réduite.
     
  5. lapin7

    lapin7 Membre

    Je suis d'accord avec vos propos. Je suis moi méme diagnostiqueur immobillier, je vois de nombreux cas de maisons mal ou pas isolées avec dans certains cas des amenagements qui ont créer et vont créer de grand désordre dans le bati.

    Néanmoins je pense qu'un miminum d'isolation est nessecaire, le plancher et le toit sans oublier les meunuiseries. La mise en place d'une bonne ventilation permet de bien reguler l'hygrometrie dans l'habitation.

    Reste que les murs, méme a inertie sont deperditifs et que la presence d'un isolant non permeable et respirant peu apporter un plus en terme de consomation d'energies.

    De la méme maniere, je reprend votre dernier paragraphe qui reprend le conseil que nous donnons a tous nos clients, c'est a dire de fournir les consommation ssur plusieurs années de la maison a l'acheteur potentiel. (consommation en litre/kw/m3 ou stere de bois)

    En esperant que nos logiciels de DPE intergrent un jour des valeurs d'isolation pour les enduits ou torchis.
     
  6. Calypso

    Calypso Monique Cerro

    Bonsoir,

    je ne cesse de le dire :

    Maison bien chaussée et bien chapeautée avec de bonnes lunettes... (dicton paysan)... nous sommes effectivement d'accord :)
     
  7. adriano

    adriano Membre

    Nous voulons isoler extérieurement un mur en pierre situé au nord: enduit terre/paille est la solution? quelle épaisseur? qu'elles sont les proportions de terre, paille et chaux aérienne?Cordialement,
     
  8. Calypso

    Calypso Monique Cerro

    Bonjour,

    l'enduit terre paille, en 6 à 8 cm, s'avère est un très bon correcteur thermique. Il faut ensuite l'enduire d'un enduit de finition à la NHL 2 pour lui éviter les agressions de l'eau.

    Exemple de proportions avec une terre argileuse à 30% :

    2 vol de sable 0/4; 3 vol de paille; 2 vol de terre, 1 vol de CL 90
     
  9. arno

    arno Arnaud Sellé

    Bonjour,

    Certes, l'influence des isolants tels que enduits terre/paille est sans doute défavorisée dans les calculs thermiques ne faisant pas intervenir les transferts de vapeur d'eau dans les parois (c'est le cas de tous les calculs thermiques actuels).

    Pour autant, à mons sens, faire de gros travaux pour juste ajouter 8 cm d'un matériau qui n'apporte qu'une résistance thermique complémentaire de 0.47 m²K/W par les caluls, et même en supposant que l'effet réel soit double c'est à dire R=1 , alors ...

    - soit vous ne comptez pas votre temps et faites vous-même en vous disant "advienne que pourra"

    - soit vous faites intervenir un pro et vu la main d'oeuvre nécessaire, ça risque de coûter entre 60 et 120€HT /m². Une telle somme pour gagner un R quand bien même serait-il de 1, personnellement j'oublirais tout de suite ! En plus, un tel travail ne respectera pas l'arrêté du 3 mai 2007 qui impose une résistance thermique minimale dans le cas de travaux de rénovation de R=2,3 (cela dit, vous pourrez toujours dire qu'il s'agit d'un enduit décoratif non isolant).

    Quitte à mettre un échafaudage et à refaire l'enduit et à payer des artisans, autant gagner en R.

    Pour info, le célébrissime énergéticien français Olivier Sidler préconise dans le cas de travaux de rénovation un R d'au moins 4,3 (soit 17 cm d'isolant fibreux ou bien ... 73 cm d'enduit terre/paille !!).
    Si vous vous contentez du minimum réglementaire, R=2,3 cela donne donne un enduit terre/paille d'une épaisseur de 40cm tout de même.

    Maintenant, avant de se lancer à corps perdu dans l'isolation par l'extérieur, et pour répondre à la question d'adriano, il faut voir si l'isolation par l'extérieur d'un mur nord est utile ou non et se poser quelques questions :

    Point 1 : Isolation par l'extérieur et inertie pour un mur nord :

    Comme il s'agit d'un mur nord, et en supposant que votre maison est bien orientée, vous devriez avoir des pièces "techniques" côté nord et non des pièces de séjour. Donc pas occupée en permanence, et avec de petites ouvertures, donc moins enclines à chauffer l'été donc nécessitant moins d'inertie dans les murs.
    Si ces hypothèses sont vraies, isolation par l'extérieur pas obligatoire pour ce qui est de l'inertie.

    Point 2 : Isolation par l'extérieur et pont thermique du plancher intermédiaire :

    L'isolation par l'extérieur va présenter un intérêt si les deux conditions sont réunies :
    - votre maison a un étage au dessus du RDC (ou +)
    - le plancher de l'étage est en maçonnerie.

    Si vous avez une maison de plain pied ou avec un étage sur plancher bois, l'isolation par l'extérieur n'apportera rien en ce qui concerne la rupture du pont thermique du ou des planchers intermédiaires

    Point 3 : Isolation par l'extérieur et pont thermique autour des menuiseries :

    Si vos menuiseries sont côté intérieur, vous ne pourrez pas isoler efficacement les retours de fenêtre et vous aurez donc un pont thermique autour de celles-ci, donc l'avantage de l'isolation par l'extérieur pour les ponts thermiques des planchers (voir point 2) risque d'être anihilé par le surcout de ponts thermiques autour des menuiseries.

    A mon sens, une bonne isolation par l'extérieur va de pair avec le changements des menuiseries que l'on met au nu extérieur des murs. C'est beaucoup plus efficace et en plus cela diminue de 30% facile le prix de l'isolation par l'extérieur car bcp + simple à appliquer.

    Point 4 : état actuel du mur extérieur

    - a-t-il un "cachet" particulier qui serait perdu avec une isolation par l'extérieur ?

    - au contraire a-til de toute manière besoin d'un ravalement ce qui fait qu'un bête enduit décoratif non isolant serait peut-être une occasion manquée ...









     
  10. adriano

    adriano Membre

    Bonsoir Calypso

    après l'enduit terre paille, combien de temps après je peux faire l'enduit de finition?

    Cordialement,
     
  11. Calypso

    Calypso Monique Cerro

    Bonjour,

    avant toute chose, je voudrais quand même dire que je suis de ceux qui prônent l'isolation, essentielle pour réduire la consommation d'énergies fossiles. Mais ma spécialité étant le bâti ancien, autant j'insiste lourdement sur l'isolation au toit, je préconise le changement des huisseries, autant je reste mitigée concernant les murs. Les chiffres donnés par Arno sont très largement en défaveur du terre paille mais les chiffres obtenus sont la résultante de chiffres entrés dans les données. Arno lui-même est d'accord pour dire que les valeurs de ce type de produits sont sûrement dévalorisées. Jusqu'à quel point ?
    En ce qui concerne les travaux d'Olivier Sidler, il me semble bien que le chiffre que tu donnes Arno, correspond aux rénovations des maisons construites après 1945 (petits collectifs et maisons individuelles). Le cas du bâti ancien antérieur à 1945 étant très spécifique, (il est classé le plus souvent en C ou D sans aucune isolation), il donne lieu à des études approfondiespar ailleurs (voir ici) et, à ce que j'en sais (corrige-moi, arno, si je me trompe) pas concerné par la RT 2012. En tout cas, Sidler est aussi de ceux qui prennent des gants quant aux caractéristiques du bâti ancien et leur isolation. Il n'est peut-être pas obligatoire d'en passer par l'isolation nécessaire à d'autres types constructifs ? En tous cas, les factures de consommation des propriétaires de bâti ancien antérieur à 1945 qui ont isolé au toit et changé leurs huisseries mais dont les murs ne sont pas isolés à fond semblent aller dans ce sens. Il faut dire qu'il est relativement facile de passer à A ou B quand on se situe en C ou D sans aucune isolation.
    Peut-être un jour aurons-nous une explication à des faits avérés qui, sur le papier, paraissent impossibles ?

    Pour répondre concrètement à Adriano, il faut attendre un séchage très avancé du corps d'enduit : 45 jours sont en général nécessaires mais tout dépend du taux hygrométrique ambiant, de la quantité d'eau que le mur a ingéré à l'arrosage avant enduit et de l'hygrométrie de l'enduit. En fait, dès que l'enduit vous paraît sec ( il ne reste aucune trace d'eau en surface) vous pouvez faire l'enduit de finition. N'oubliez-pas qu'il faut arroser avant ! :)
     
  12. jambe

    jambe Membre actif

    Salut Monique,

    petite question : qu'est-ce que ça fait si le corps d'enduit n'est pas complètement sec avant l'enduit de finition, quels sont les risques?

    ici, tu réponds 45 jours, sur ta fiche tu dis 3 semaines, et moi j'ai fait un enduit d'entre 3 et 5 cm de terre-paille-chaux, il y a 3 semaines, mais il a fait bien froid entre temps, et j'avais prévu dans mon planning un peu serré de faire la finition le week-end prochain...

    Et question subsidiaire vu que je n'arrive pas à remettre la main sur ton bouquin, quelle est la recette de l'enduit de finition?
    (pour le corps d'enduit, j'ai mis 2.5 paille + 2.5 gros sable + 2.5 terre + 0.5 CL90)
     

Partager cette page