Construction d'une villa neuve en moyenne montagne

Discussion dans 'Isolation / Maison Passive / BBC / RT2012' créé par alno83, 18 Août 2010.

  1. alno83

    alno83 Membre

    Bonjour,
    J'ai un projet de construction situé à Seyne les Alpes (1100 m) au dessus de Digne (04). Ce serait une résidence principale. Je suis parti sur la base d'un plan sympa de votre site (RI0910 de 160m2, 2 niveaux). Je m'interroge (entre autres !) sur le système constructif à choisir. J'ai écarté le béton cellulaire, qui me semble friable (?). Les maçons du coin travaillent en brique monomur classique de 37,5 ou 42. Ils me disent que 37,5 c'est suffisant. Mais, comme il peut faire jusqu'à - 24° en l'hiver (quand même !), j'ai pensé à la Bellenberg MZ8 en 36,5 cm (R=4,59). Je n'ai pas encore de devis, mais je pense qu'il doit y avoir un surcoût... On me propose aussi de l'Isoroc (pierre ponce).
    Je suis preneur de tous vos conseils, dont je vous remercie par avance !
     
  2. arno

    arno Arnaud Sellé

    Bonjour,

    Avec l'avènement du label BBC et de la future réglementation thermique 2012 (c'est quand même demain), la maison en brique monomur 37,5 va se trouver réservée aux climats les plus doux (les départements en bordure de la méditerrannée).

    Pour votre configuration, je confirme votre ressenti.

    Lisez notre dossier sur les systèmes constructifs.
     
  3. farmer

    farmer Membre connu

    A alno 83

    Pour la montagne c'est clair il faudraint une brique trés épaisse et de plus isoléepour être BBC encore que je pense que cette zone doit être classée à moins de 65kw/m²an. Mais il y a en plus ceratinement le problème du sismique,le bloc isolasup avec 28cm d'isolant néopor doit permettre de descendre même en dessous de 50kx/m²/an
     
  4. alno83

    alno83 Membre

    A Arno :
    C'est pourquoi j'avais pensé à la MZ8 de 36,5, avec de la laine de roche intégrée ou encore à la Wienerberger PR42 Porotherm avec de la perlite, dont le R est > à 5. Cependant, il semble que, plus épaisse, cette brique entraîne un surcoût au niveau des fondations et, de plus, "mange" de la surface habitable.

    A Farmer :
    Le terrain est situé dans le 04 (Alpes de Hautes Provence), classé en zone H2d dont le a = 0.9 et b = 0.2 (1100 mètres d'altitude) donc on est en principe à 55 kW/m2/an.
    Je suis allé sur le site ISOLASUP. Le système contructif de cette firme girondine semble effectivement très intéressant, mais 2 questions :
    - les maçons du coin ont visiblement l'habitude de travailler en monomur. Je crains qu'ils n'acceptent pas de se lancer dans ce système constructif innovant... En supposant que oui, ne vont-ils pas en profiter pour "m'éreinter" financièrement ?
    - justement, d'après vous, l'ISOLASUP est-ce plus cher à mettre en oeuvre ou équivalent à la monomur ? (matériaux, main d'oeuvre, etc.)
     
  5. farmer

    farmer Membre connu

    A Alno
    Avec une brique de 36 à 1100m d'altitude il faut rajouter c'est sûr de l'isolant et en bonne épaisseur pour faire du BBC alors qu'avec le produit isolasup tu as une résistance th bien supérieure et ton mur en béton armé (parasismique)résiste beaucoup plus que la brique Effectivement pour le prix celui-ci dépend du maçon mais dans les deux cas l'arase de départ doit - être parfaite mais après la main d'oeuvre doit-être fortement réduite demande leur :un fabricant doit pouvoir s'engager en même temps que le maçon!
     
  6. alno83

    alno83 Membre

    Toujours à la recherche d'un système constructif performant adapté la moyenne montagne, je suis tombé sur le site de Wienerberger, qui propose un "mur hybride" (brique monomur + isolant intérieur collé d'épaisseur variable), dont il vante les performances (R=4,41 pour le R25 Th+).
    Pourtant, je lisais ici ou là que ce concept est thermiquement contestable puisqu'il annule, paraît-il, l'inertie de la brique...
    Certains d'entre-vous auraient-ils des retours d'expérience sur ce fameux mur hybride ? (coûts, performances, mise en oeuvre, etc.)
    Merci par avance pour le béotien que je suis...
     
  7. farmer

    farmer Membre connu

    A Alno 83

    A mon avis cela va plus vite,on m'a dit jusqu'à 50m² par jour à 2 faut vérifier mais ce qu'il y a de certain c'est que l'isolation supplémentaire n'est plus nécessaire
     
  8. alno83

    alno83 Membre

    Bonjour,
    Ce petit Up pour un complément d'info.
    Toujours à la recherche d'un système constructif adapté à la montagne, j'envisage le mur hybride R30 de Wienerberger, ainsi décliné de l'extérieur vers l'intérieur :
    - brique monomur R30 (R=2.54)
    - doublage collé TH32 de 8 cm (Rp= 5.09 et Up =0.19 à ce stade)
    - brique de contre cloison de 5 cm. La fonction de cette brique serait d'augmenter l'inertie (puisque le complexe de doublage coupe en partie celle de la R30).
    Deux questions "thermiciennes":
    - l'inertie gagnée par la contre cloison sera-t-elle suffisante en été ?
    - en adoptant ce système, est-ce que je ne risque pas de déplacer le point de rosée dans l'isolant ?
    Merci d'avance pour vos avis.
     
  9. alno83

    alno83 Membre

    Complément d'info :
    Je construis en zone sismique, ce qui exige de nombreux chaînages suppémentaires (verticaux, notamment).
    Avec du monomur pur et simple - même de forte épaisseur type PR 42 : 42,5 cm + perlite intégrée - ma crainte est donc d'avoir autant de ponts thermiques...
     
  10. farmer

    farmer Membre connu

    Pour Alno 83: Construire en parasismique avec une brique monomur ou pas c'est un véritable tour de force et des désagréments assurés:la brique est friable très fragile et réaliser des poteaux et des ceintures devient à la limite de l'impossible,j'ai construis en parasismique sans problème pour moins cher qu'une monomur et mon isolation est faite en même temps.

    Attention il est possible que la loi sur le sismique d'octobre dernier renforce encore les contraintes. Farmer
     
  11. arno

    arno Arnaud Sellé

    Bonjour,

    Notre partenaire architecte (créateur de plans-maisons.com, aujourd'hui décédé) a construit plus de 700 villas en Drôme et Isère, et en zone sismique pour la plupart d'entre elles.

    Il avait complètement abandonné l'isolation répartir en monomur à cause de ces chainages supplémentaires "sismiques" et était resté sur le bloc béton.

    Par contre :
    => utilisation impérative de rupteurs de ponts thermiques sur le pourtour du plancher intermédiaire pour l'étage
    => chape flottante sur isolant (type plancher chauffant) pour diminuer le pont thermique du plancher bas.

    C'est ce que je ferais à votre place, avec 12 ou 14 cm d'isolant sur les murs.
     
  12. alno83

    alno83 Membre

    Bonjour,
    Ce petit "Up", car le temps des devis (et donc des choix...) est venu !
    1) Pour les murs, j'ai un devis concernant de la brique monomur de 30 cm (R30 de Wienerberger) avec une ITE de 12 cm (panneau Ecorock de Rockwool) que je trouve un peu cher :
    - prix du m2 de brique R30 posée : 80,00 euros HT
    - prix du m2 de panneau Ecorock posé : 100 euros HT (il est vendu 28,24 euros HT le m2)
    Ca envoie le bouchon un peu loin, me semble-t-il : qu'en pensez-vous ?
    =>Je crois que je vais me ranger à l'avis d'ARNO et en venir aux blocs béton. Au fait, dans ce cas, quel isolant me conseillez-vous ? En ITE, je suppose...
    2) Pour le toit, j'ai le choix entre :
    a) des panneaux "sandwich" Rexotoit (Unilin)
    b) une isolation traditionnelle entre chevrons ainsi organisée, de l'intérieur vers l'extérieur :
    - parement intérieur (placo...)
    - pare-vapeur
    - panneau de fibre de bois (15 cm)
    - laine de verre sans pare-vapeur (20 cm)
    - écran de sous-toiture idéalement HPV,
    - litelage et couverture en bacs acier
    Pourriez-vous me confirmer la viabilité thermique de cette combinaison ?

    Grand merci par avance de vos réponses...

    Alain
     
  13. farmer

    farmer Membre connu

    J'étais de passage à Marseille et j'en ai profité pour visiter Batimed salon spécialisé uniquement bâtiment.
    J'ai vu des choses intéressantes au niveau de l'isolation de l'enveloppe :Fenêtres performantes et murs isolés parasismiques en béton banché ce qui donne un bien meilleur résultat que tout autre mode constructif absence de ponts thermiques et isolation parfaite autour des fenêtres.Pour moi le projet le plus valable est celui d'isolasup qui m'a bien expliqué et qui a vraiment une connaissance approfondie en contruction et en thermique
     
  14. JPA46

    JPA46 Nouveau membre

  15. farmer

    farmer Membre connu

    Il faut -être téméraire pour construire en briques:
    1° en région sismique
    2° pour mettre toutes les chances de son côté pour obtenir le BBC sauf en plaçant une isolation extérieure.
    Comme il était dit dans une réponse précédente le bloc isolasup est parfaitement adapté et pas cher pour construire facilement BBC et Même Plus. En plus Isolasup me conseille au niveau ventilation chauffage fenêtres et a proposé une étude thermique très peu chère Pourquoi se casser la t^te quand on peut se construire une maison sans fatigue avec l'assurance qualité.!!
     
  16. arno

    arno Arnaud Sellé

    Bonjour Farmer,

    Pourriez-vous nous donner des prix au m² (fourni, posé, coulé, enduit ext. et int.) en fonction du R ou U du mur ?

    Merci.
     
  17. arno

    arno Arnaud Sellé

    Pour répondre au Up d'Alain, le prix de 100€/m² de l'isolant extérieur enduit est plutôt dans les prix bas. Si, si c'est vrai !

    Ca ne sert à rien d'avoir de la brique de 30 si c'est pour mettre de l'isolation complémentaire (qté de matériaux et prix inutile).

    1) Abandonnez l'isolation extérieure,
    2) Restez sur de la brique de 20 à joints minces (R=1) o du béton cellulaire de 20,
    3) prenez des planelles isolantes pour le pourtour du plancher de l'étage afin de limiter le pont thermique du plancher intermédiaire
    4) Profitez du gain pour mettre une chape flottante sur isolant sur le plancher du RDC (type plancher chauffant) pour éliminer le pont thermique du plancher bas
    5) prenez une contre-cloison en remplacement du complexe isolant/plaques de plâtre si vous trouvez un plâtrier et que vous voulez assurer le coup en terme d'inertie.

    Vous aurez un système bien plus cohérent en terme de performance/prix.
     
  18. alno83

    alno83 Membre

    Ce dernier Up pour vous tenir au courant des opérations…
    Notre villa est construite, le second œuvre est pratiquement terminé : nous emménageons fin mai.
    Ayant pensé au départ à la solution « marché de travaux », je l’ai rapidement abandonnée (devis imprécis, non maîtrise des coûts et probablement des délais). J’ai donc opté pour la solution « constructeur » avec la signature d’un CCMI. Franchement, c’est plus rassurant : il n’y a pas de surprise : on a un prix global et on est libre de négocier des avenants (suppléments) en fonction de son budget (en un an que dure une construction le budget évolue !). Les garanties sont appréciables (bancaires). Bref, pour une fois, la loi est bien faite et rassure le candidat à la construction, même s’il y a un surcoût (le constructeur doit être payé), mais franchement (en tous cas, en ce qui me concerne) ce surcoût a été largement justifié.
    Evidemment, tous les constructeurs ne se valent pas et le choix est difficile. Seule une étude comparative très sérieuse des notices descriptives, obligatoires dans un CCMI, peut conduire à un choix judicieux. De plus, il faut que le constructeur assure une surveillance constante des corps de métier qu’il fait intervenir. Dans un CCMI, vous signez une clause de non immixtion dans le chantier, mais cela n’empêche pas le client d’être attentif et de signaler au constructeur tout ce qui lui semble anormal ou illogique.
    En ce qui me concerne, mon constructeur s’est montré ouvert à mes interrogations et y a toujours répondu. Ce dialogue est indispensable pour établir une relation de confiance. Pour ma part, j’ai eu la chance de tomber sur une personne compétente et qui s’est vraiment engagée en tant que maître d’œuvre sur le plan de la qualité des prestations. Ses conseils ont été précieux (même si la fréquentation d’un forum comme celui-ci et la lecture de quelques ouvrages spécialisés sont très utiles).
    Dans la région de Gap (05), il existe plusieurs constructeurs, probablement tous sérieux. J’ai préféré une petite structure, animée en fait par une seule personne. J’étais ainsi certain de n’avoir qu’un seul interlocuteur. Ce constructeur est particulièrement sensibilisé aux problèmes d’isolation et m’a proposé une construction à la norme BBC Effinergie (RT 2012). En effet, il aurait été bien dommage de construire en 2012 une maison non conforme à cette norme, alors qu’elle deviendra obligatoire le 1er janvier 2013. J’ai donc choisi cette solution, qui présente elle aussi un surcoût (20 % environ), mais qu’il faut analyser comme un investissement permettant une diminution sensible des frais d’énergie pour toute la vie de l’habitation. Notre villa est en attente de cette labélisation, délivrée par un organisme certificateur indépendant.
    Venons-en à la solution constructive retenue :
    - Murs hybrides : briques alvéolaires à joints minces Imerys Optibric PV4G de 20 cm avec complexe isolant collé en PUR de 12+1 (R totale du mur = 5,52). Comme le doublage intérieur coupe malheureusement l’inertie de la brique, les cloisons ont été réalisées en Carrobric de 70 (sans supplément par rapport au Placostyle, je précise). De même, pour gagner en inertie, nous avons opté pour un plancher hydraulique chauffant au RDC. Comme nous sommes en zone sismique, le maçon a du se montrer particulièrement performant pour réaliser les différents les poteaux et chaînages obligatoires sans créer trop de ponts thermiques. Ce moment a été le plus critique de la construction. De fait, si ce système constructif est choisi, il convient de s’assurer que le maçon est à la hauteur, sans quoi…
    - Vide sanitaire de 80 cm, plancher sur hourdis polystyrène avec rupteurs de ponts thermiques.
    - Toiture : 40 cm de LDV en couches croisées (R=10)
    - Menuiseries : PVC double vitrage de bonne qualité (Uw=1,4)
    - Chauffage : chaudière à pellets de marque CTC, ECS par un SSC (système solaire combiné) avec ballon de stockage et 3 panneaux capteurs sur le toit.
    - Ventilation simple flux (Microwatt).
    - Ameublement et décoration sont délégués à ma tendre moitié, en attendant la pendaison de crémaillère !
    En tous cas, merci de vos conseils. Ce site m'a été très utile : il m'a notamment permis d'établir les plans de la maison à partir d'un modèle de plans-maisons.com, conçu par l'architecte Alain Meunier, décédé récemment...
    Merci encore,
    Alain
     
  19. alno83

    alno83 Membre

    Un tout dernier Up pour vous tenir au courantde la labellisation BBC Effinergie de notre construction.
    Cep (KWhep/m2/an) = 37,42 < 55 (majoration dûe à l'altitude)
    Test d'étanchéité à l'air (Blower door) : 0,2 m3/(h.m2) < 0,6
    Excellents résultats ! Bravo à toute l'équipe !
    Merci particulièrement à M. Paul Da Rocha, gérant des "Maisons de Paulane", constructeur à Gap, pour ses compétences techniques, le sérieux de son suivi et la qualité de son conseil.
     
  20. arno

    arno Arnaud Sellé

    Bonjour,

    Votre message fait plaisir et montre que l'on peut obtenir une très bonne étanchéité à l'air (presque au niveau maison passive) avec des choix constructifs courants.

    Et cela prouve que votre constructeur a très bien fait son travail.
     

Partager cette page