Extension: monomur terre cuite vs BC - quid du confort et de l'isolant

Discussion dans 'Isolation / Maison Passive / BBC / RT2012' créé par pascalboht, 26 Janvier 2009.

  1. pascalboht

    pascalboht Nouveau membre

    Bonjour,
    Je suis un particulier en réflexion sur le choix de matériaux de construction pour une extension (d'une maison centenaire en R+1 prox Lyon construite en 50 cm de mâchefer avec un R auto-estimé à env. 1,3, je dispose d'une Hsp de 3,2m et n'ai pas de VMC hormis une VMC élec rajoutée uniquement dans la sdb actionnée avec l'éclairage) et hésite entre le monomur en terre cuite de 37,5 cm ou le béton cellulaire de 36,5 cm pour l'extension qui sera construite sur les faces Est et Sud (2 chambres à l'étage et un séjour au Rdc - je suis chauffé au fuel et aucun changement n'est prévu pour l'instant à ce niveau ni l'installation d'un puit canadien).
    Question : Votre comparatif des systèmes constructifs par ville est très instructif en ce sens (ainsi que vos forums), mais je me demande quel est la nature précisement du composant béton cellulaire qui est utilisé dans votre étude, s'agit-il du 400kg/m3 ou de la récente composition en 350kg/m3 qui obtient des valeurs plus performantes ?

    Par ailleurs, très sensible au confort (en été notamment), donc aux questions d'inertie, d'amortissement et de déphasage (on se sent très bien en été dans la partie existante de la maison, qui ne subira aucun travaux de renforcement d'isolation, ni de l'ext, ni de l'intérieur - j'ai toutefois installé des doubles vitrages argon et isolé la toiture en 10cm de laine de roche +10cm de chanvre posés au sol), j'ai la farouche conviction que toute isolation raportée sur les parois opques de l'extension contribuerai à 'trop' l'étanchéifier (rappel : absence de VMC) et notamment par rapport à la construction existante (j'aime utiliser le comparatif de la basquette semelle caoutchouc par opposition à la semelle cuir offrant une meilleur perspirabilité et donc un meilleur confort, surtout si une moitié de la maison serait basse conso et pas l'autre - d'où quid de la course au R ? où doit-on fixer le curseur pour rester dans le raisonnable) et ne contribuerai pas à obtenir un niveau de confort équivalent à la partie existante en été. En revanche j'ai bien conscience de l'enjeu lié à la déperdition thermique en hiver et je suis donc également soucieux d'atteindre un R optimum.
    Question 1: Quel serait votre conseil ? Sachant que mon archi avait prévu à l'origine un mur en agglo de 20 + isol par l'intérieur (par souci de budget). En creusant j'ai d'abord tiqué sur l'isol par l'int (je suis d'origine allemande...), puis sur la nature de la structure porteuse. Mes recherche m'ont amenées à tout étudier (yc l'ossature bois avec des devis d'allemagne et de france) au monomur sans isolation raportée qui me semble un compomis simple et sain (avec un confort en été à priori supérieur et un coût inférieur aux syst oss. bois de qualité - à condition de trouver un maçon sérieux avec des références à son actif tout en étant raisonnable au niveau prix). J'hésite donc encore entre le BC en 36,5 (séduisant notamment par son R = 4,24) que me déconseille mon archi pour cause de moins bonne gestion de l'hygrométrie...?! et d'une moins bonne stabilité (construction en R+1) que la terre cuite qu'il me conseille en 37,5. L'autre intérêt du BC est évidemment la facilité de réaliser des saignées et les finitions que j'envisagerai de pouvoir faire moi-même à contrario de la terre cuite.
    Question 2 : Si vous confirmez que le BC s'avère moins conseillé par rapport à la terre cuite, que pensez-vous de la Bellenberg qui en 42,5 obtient un R de 4 et permettrait ainsi d'atteindre un meilleur score qu'en 37,5 ? (malheureusement cette brique ne figure pas dans votre étude) ?
    Question 3 : Quid de mes 'appréhensions' ou 'à priori' sur l'isolation rapportée par rapport au confort ? Le partagez-vous, ou pensez-vous qu'il s'agisse d'un sentiment injustifié et que dans ce cas un système de type en PV3 en 20 + isol ext au mini de 11cm serait davantage approprié ?

    Merci d'avance pour votre conseil
     
  2. arno

    arno Arnaud Sellé

    >> nature précisement du composant béton cellulaire qui est utilisé dans votre étude
    Il s'agit bien du BC en 350 kg/m3

    >> toute isolation raportée sur les parois opques de l'extension contribuerai à 'trop' l'étanchéifier
    L'étanchéité d'une construction est indépendante de son épaisseur d'isolant (les isolants fibreux sont très perméables à l'air). Pour atteindre des bonnes performances, une bonne étanchéité à l'air est indispensable et contrôlée pour les labels Passif et BBC. Donc une ventilation qu'elle soit mécanique ou non est très vivement conseillée.

    Le béton cellulaire est hydrophile donc il faut utiliser l'enduit extérieur préconisé par le fabricant.
    Pas de problème pour la stabilité (voir les avis techniques) ... et match nul pour béton cellulaire et monomurs de terre cuite en zone sismique où le supplément de poteaux de béton armés font baisser leurs perfos.

    Match nul également pour les saignées électriques où l'utilisation d'une rainureuse est indispensable.

    Donc, pour le même prix grosso modo que le monomur de terre cuite, le béton cellulaire isole 30% plus, a une énergie grise presque moitié moindre et se découple plus facilement. L'inertie apportée est légèrement moindre comme l'indique nos simulations thermiques dynamiques.
     

Partager cette page