fondations romaines ou cyclopéennes

Discussion dans 'Isolation / Maison Passive / BBC / RT2012' créé par poussin, 6 Novembre 2007.

  1. poussin

    poussin Membre connu

    bonjour
    J'ai entendu parler des fondations romaines, écologiques: chaux, pierres, bambous, et utilisées pour des terrains argileux.
    Je voudrai savoir si on peut aussi en faire sur sol sablonneux-acide, et si çà permet de lutter contre d'éventuels glissements de terrain.
    Quelle profondeur respecter ? dessus j'envisage une maison d'environ 60 m2 en ossature bois + bottes de paille, avec un hérisson drainé, une dalle chaux-isolant. je pense que c'est léger.
    Est-ce donc la solution sachant que je ne veux pas de semelle en béton ?
    J'ai à priori éliminé les fondations cyclopéennnes, que je n'ai vues faire que sur du terrain calcaire (?)
    D'avance merci pour vos retours d'expérience car les fondations sont un des points importants pour la construction.
     
  2. Calypso

    Calypso Monique Cerro

    Bonjour,

    leur adhérence au terrain grâce à ses constituants qui respirent et bougent comme le terrain dans lequel elles sont implantées permet d'éviter les effets "cassants" des mouvements du terrain. Bien des maisons semi-enterrées réisistent aux poussées du terrain contre lequel elles sont adossées. Je ne crois pas pour autant qu'on puisse aller jusqu'à dire qu'une fondation cyclopéenne puisse en empêcher les glissements... on pourrait dire qu'elles les absorbent.

    Je pense en effet, que ce serait une solution intéressante pour le type de construction que tu envisages, d'autant que tu pourrais du coup, faire un soubassement en pierre, très intéressant pour éloigner la paille du sol.

    Je suppose que c'est la constitution acide du terrain qui te tracasse. Il faut voir... quel taux d'acidité ? Quels constituants ?
     
  3. poussin

    poussin Membre connu

    merci Calypso.
    j'ai entendu parler du terme acide mais je suppose que c'est le géologue qui me dira le taux. çà a un lien avec le pH? pour moi c'est "acide" parceque dessus pousse une végétation spécifique (noyers, châtaigniers, fougère, pommiers). je sais déterminer les % de limon-argile-sable-cailloux mais parmi ces constituants j'ignore le(s)quels sont acides.
    ce qui m'inquiète le + pour le moment c'est le sable qui pour moi apporte un aspect "glissant" aux terrains.
    le terrain est en pente, mon proprio est + au dessus et m'a dit qu'il avait dû creuser jusqu'à 2 mètres (gloups) mais comme en contrebas du mien se trouve la route et qu'on voit quelques cailloux affleurer, çà me rassure un peu et je pense que je n'aurai pas à aller si profond. (enfin, j'espère!...)
     
  4. Luc

    Luc Invité

    Le bilan environnemental de fondations en béton est catastrophique (1 m3 de béton de ciment = environ 235 kg de carbone soit 860 kg de CO2 dans l'atmosphère selon l'ADEME) !
    www2.ademe.fr/servlet/getBin?name=CD6902D1AAFD8740470C44C136A32C451169215062423.pdf

    L'architecture traditionelle a pourtant montré que des fondations peu profondes et légèrement souples (maçonnerie à la chaux) donnent toute satisfaction durant des siècles.

    Par ailleurs, des informations sur les fondations alternatives sont disponibles sur le site de ARESO http://areso.asso.fr/rubrique.php3?id_rubrique=38

    Enfin, Barbara Jone de Amazonails développe des fondations originales sur gabions (à partir de pneus remplis de gravier fortement tassé) qui ont reçu l'approbation des organismes officiels de construction en GB.
    Voir http://www.strawbalefutures.org.uk/Clowbeck.html

    Dans ce dernier cas, il faut toutefois prendre en compte qu'un bâtiment décollé du sol peut présenter un manque d'inertie et donc de confort d'été dans les régions ou l'été est chaud.
     
  5. Calypso

    Calypso Monique Cerro

    Bonjour,

    oui, poussin, ça a un lien avec le PH.

    L'expérience de patrick charmeau (voir le lien areso donné par luc ) est très intéressante surtout en ce qui concerne la possibilité "d'armer " le béton de chaux avec du châtaignier et du bambou. On peut quand même concevoir que tout le monde n'aie pas envie de se lancer dans l'extinction de la chaux vive... ;)
     
  6. poussin

    poussin Membre connu

    merci Luc et Calypsoc'est justement P Charmeau qui m'avait donné l'idée.
    Quant aux pneus, hélas nous ne sommes pas en GB (mais ni les romaines ni les cyclopéennes ne sont reconnues en France) tout çà pour obliger les gens à tout bétonner...grrr. Chez moi y'aura pas un gramme de béton, car qui a la certitiude que le béton 1) empêche les remontées capillaires (nombreux bâtiments avec auréoles en bas de murs) 2) soit solide (nombreux murs fissurés)?
     
  7. Calypso

    Calypso Monique Cerro

    Bonsoir,

    le ciment n'empêche pas les remontées d'humidité, il empêche surtout leur élimination par évaporation contrairement à ce que permet la chaux. Quant à sa solidité, effectivement, on déplore des fissures sur les bâtiments construits au début du siècle dernier, à l'apogée du béton armé.
    Quel dommage ! Ne parlons pas de ses dégâts sur le bâti ancien rénové dans les années 50, en toute bonne foi d'ailleurs, par des maçons formés exclusivement au ciment...
    On en revient, heureusement, mais il en est encore pour prétendre que la chaux, ça ne tient pas.... :)
     

Partager cette page