Formation maisons passives

Discussion dans 'Isolation / Maison Passive / BBC / RT2012' créé par arno, 25 Novembre 2008.

  1. arno

    arno Arnaud Sellé

    Extraits du Programme du module de perfectionnement :
    - bases de physique pour la construction passive
    - exigences pour la maison passive et possibilités pour y répondre (construction bois et maçonnées)
    - détails de construction adaptés à la maison passive
    - visite de chantiers en cours
    - planification :de l'avant projet à la réception et certification
    - ateliers : élaboration par les stagiaires de détails d'exécution, puis discussion , contrôle et validation de ces détails

    Intervenants:
    - Jean Claude Tremsal, spécialiste de la construction de bâtiments écologiques à basse consommation d'énergie, gérant de OZE (objectif Zéro Energie), organisme de formation agréé numéro 41 88 00983 88. Membre du bureau de l’association La Maison Passive France.
    - Gerrit Horn, ingénieur, architecte, gérant du bureau d'études allemand Bau.werk spécialisé en maisons et bâtiments passifs.
     
  2. regis70

    regis70 Nouveau membre

    Bonsoir
    Arno, cette formation t'a-t-elle été utile ? Peux-tu nous faire un retour d'expérience ?
     
  3. arno

    arno Arnaud Sellé

    Grâce à cette formation, j'ai enfin compris l'origine de la sacro-sainte limite des 15kWhm².an pour le besoin de chauffage des maisons passives.

    En fait, la spécification de besoin initiale du Passivhaus Intitut a été de :
    - pouvoir chauffer par l'air
    - et avec un débit d'air compatible avec le renouvellement d'air hygiénique, ce qui permet de chauffer via les arrivées d'air d'une VMC double-flux
    - et avec une température d'air chaud dans les conduites pas trop chaude pour ce cela ne sente pas la poussière brûlée => soit quelques 50° de mémoire.

    Des simulations thermiques effectuées, cela a induit un besoin de puissance de chauffage de 10 W/m²
    Des retours l'expériences en la matière en sont découlés les 15 kWh/m².an

    Maintenant, à mon sens on voit sur beaucoup de blogs des personnes qui décrient le BBC comme une mauvaise réinvention de la roue puisque le label allemand Passif existait.

    Je suis personnellement convaincu que le passif a ouvert une formidable voie et mis l'accent sur les critères importants (étanchéité à l'air par exemple). Pour autant, ces visites ont a confirmé mon impression que l'optimum écologie/confort/investissement/consommation se situe probablement entre les performances d'une maison passive et celle d'une maison BBC. D'ailleurs, il semblerait que l'association de la maison passive belge veuille alléger les contraintes de certification.

    Pour en revenir à la formation, elle inclut deux volets très intéressants : de nombreuses visites de sites en construction et terminés (j'ai eu la chance de le faire en période froide où il faut quand même chauffer les maisons passives :), ainsi qu'un test en vraie grandeur d'étanchéité à l'air.

    Ce que je n'aime pas dans le BBC, c'est une étanchéité à l'air pas assez forte (la valeur a été choisie pour améliorer graduellement le savoir faire français) et la possibilité de compenser un bâti pas très bon par du photovoltaïque, ce qui va à l'encontre de la démarche Négawatt et le fait que les VMC double flux et les apports solaires ne soient pas assez valorisés.
     
  4. SebMP35

    SebMP35 Membre connu

    Retour d'expérience trés interressant.Il y a 2 ou 3 points que je ne comprends pas dans le dernier chapitre.Pourquoi vous dite que les apports solaires et la double flux ne sont pas assès valorisé ?Effectivement, la compensation par du photovoltaique est possible dans la limite de 12 kWh/m2. Cela limite le travail sur la bati. Dès que le credit d'impot et le tarif de rachat baisseront (comme en Allemagne), ce ne sera plus un problème puisque l'amélioration du bati sera plus rentable.Je ne vois pas l'intérêt d'être a 15 kWh/m2 si ces derniers sont fournis par de l'électricité ... Concernant l'étanchéité a l'air, effectivement la valeur française n'est pas ambitieuse. Rien n'empêche de faire mieux ce qui est probablement plus rentable que de mettre du photovoltaïque.
    Maintenant, le passage d'un n50 de 2 a un n50 de 0,6, c'est 3,5 kWh/m2 environ.Le n50 de 2 correspond sur ma maison a un Q4 de 0,5. Faire de l'étanchéité a l'air "passive" rapporte donc 3,5 kWh/m2 en Bretagne. Cela rapporte encore moins dans un climat plus chaud comme a Nice (2 kWh/m2 voir moins). Je ne dis pas qu'il ne faut pas le faire. Sans changer de technique sur ma maison, avec un peu plus de soin et de reflexion/connaissance du problème, le n50 de 1,2-1,5 était accessible sans surcoût avec les mêmes artisans, mêmes techniques. Le n50 de 0,6, cela impose de vrai changement. C'est juste plus long a mettre en place.
     

Partager cette page