Isolation extérieure en liège

Discussion dans 'Travaux / Gros oeuvre' créé par jonneve, 20 Janvier 2010.

  1. jonneve

    jonneve Nouveau membre

    Bonjour,

    Je voudrais réaliser une isolation extérieure en liège sur l'une des façades de ma maison. Cette façade est face à une route assez bruyante, donc l'isolation phonique est au moins aussi importante que l'isolation thermique.

    Je me demandais donc comment procéder, et je voulais demander conseil ici pour avoir un conseil compatible avec un vieux bâtiment (le mur est en tuffeau de 30cm). Certains préconisent des solutions très techniques avec beaucoup de plastique et de ciment, j'avoue que ça me plaît pas trop...

    Donc mes questions sont les suivantes :

    - Comment bien faire coller le liège au mur? Je pense faire une pose collée, car c'est mieux que des chevilles, surtout phoniquement (à moins de prendre des vis/chevilles spécialement conçues pour, mais là je crains que ça coûte très cher). Mais je me demande ce que je peux utiliser pour coller ça... J'ai entendu dire que certains le collent à la chaux, d'autres simplement à l'argile... Qu'en pensez-vous.

    - Deuxièmement, il y a le problème de la partie souterraine. Pour bien faire, je devrais descendre de 30-50cm sous le sol extérieur, afin de bien isoler la dalle (thermiquement, mais aussi, surtout, phoniquement). Mais le problème c'est que le liège a beau être imputrecible, je doute qu'il résiste éternellement avec les pieds sous terre -- il va finir par se déségréger me semble-t-il. De plus, il y a le problème de capillarité : il me semble que le liège va avoir tendance à pomper l'eau du sol. Et le liège n'est pas non plus très respirant (ça va, mais bon...)... Donc je me demande s'il ne serait pas judicieux d'arrêter la couche de liège un peu au-dessus du niveau du sol, puis de le prolonger avec un isolant en vrac (peut-être du liège aussi, ou de la pouzzolane...) sur la partie enterrée, avec éventuellement un petit écart entre les deux afin de faire rupture de capilarité et pour encourager une bonne respiration.

    Ou alors, devrais-je arrêter de me soucier pour rien et faire descendre le liège à 30cm sans rien lui faire de particulier?

    Pour compliquer encore un peu le truc, je me dis que si je creuse de toute manière au pied du mur, autant en profiter pour y installer un petit drain, qui se jetera dans le drain périphérique principal. Du coup, J'imaginerais creuser sur une largeur de 20cm au pied de mon mur, à pas loin de 50cm de profondeur, j'y mets une plaque de liège de 10cm contre le mur, je mets un drain au fond (dans un géotextile), recouvert de graviers (donc sur 10cm environ de large) envelloppés aussi dans le géotextile, puis je mets quelque chose de respirant (des pavés?) par dessus le géotextile sur les 20-30 derniers cm. Ca paraît bon? Je suppose que le drainage réduit quand-même les risques de remontées capillaires et de désagrègement du liège dans le temps. Par contre, si je fais ça, comment protéger le liège (poinçonnement?) ? Faudrait-il l'enduire à la chaux?

    Merci d'avance!
    Jonathan Neve.
     
  2. lucf

    lucf Modérateur

    Bonjour.
    Vous devriez trouver un grand nombre de réponses à vos questions ici:
    http://www.eosphere.fr/COCON-Etudier-les-impacts-d-une.html

    L'utilisation du liège (relativement fermé à la vapeur d'eau) est à examiner avec soin (étude spécifique à faire pour valider le bon comportement du mur dans le temps).
    La fixation par collage seul, n'est généralement pas recommandée. Il est préférable de cheviller et coller !

    La réalisation d'un drain au pied d'un mur ancien peut être dangereuse (risque de déstabilisation). Il est recommandé d'écarter le drain du mur (ce qui ne diminue en rien son efficacité). Vous trouverez à ce propos des informations ici: http://www.tiez-breiz.org/ (rubrique drains).

    L'isolation acoustique réclame une excellente finition (le moindre trou engendre une très nette dégradation des résultats). Un matériau rigide qui n'est pas bouveté /rainuré n'est donc sans doute pas le mieux adapté pour cela. Une pose en 2 couches avec des joints non alignés est probablement un gage de réussite.

    Tout ce ceci n'est qu'un avis bien sûr, des acousticiens vous donneront beaucoup plus d'informations.
     

Partager cette page