Isolation: Laine minérale ou nouveaux isolants !!!!!

Discussion dans 'Isolation / Maison Passive / BBC / RT2012' créé par counouche, 11 Septembre 2008.

  1. counouche

    counouche Nouveau membre

    Bonjour, je souhaiterais, si vous le pouvez, avoir vos lumières sur le sujet cité en objet.

    Je vais construire une M .O.B, et suis en pleine réflexion sur l'isolant.

    La résistance thermique R des laines minérales, de verre spécialement est meilleure que tout autre isolant, mais c'est en fait son coefficient de conductivité qui est meilleur (appelé lambda).

    J'ai du mal à comprendre, et je m'en excuse, que l'on prèche les ouates de cellulose et autre laine de mouton et chanvre, alors qu'ils ont des lambdas de 0,041 voire 0,043w/m2K....Pour rappel, les laines de verre ont des lambdas de 0,032 est Isover commercialise le TGR (Très Grande Résistance) avec un lambda de 0,030..


    Plus la résistance thermique (R) est élevée, plus celui-ci isole, et comme ce R se calcule en divisant l'épaisseur du matériaux (en métres) par son lambda, plus le lambda sera élevé, moins bonne sera la résistance thermique.

    Enfin, le coefficient U de la paroi est égal à l'inverse de R, donc encore une fois, plus R est grand, meilleur est l'isolant.
    Enfin, je ne rentre pas ici dans les classements Euroclasses de réaction au feu, catastrophiques pour les "nouveaux isolants" et ce sans pare vapeur.

    Peut-on, svp, m'expliquer pourquoi une maison isolée avec un isolant intérieur (lambda de 0,030w/M2.K), avec une ventilation duble flux (hygro B), serait moins saine qu'avec un "nouvel isolant".
    Alors si quelqu'un peut m'éclairer..

    Merci d'avance.
     
  2. arno

    arno Arnaud Sellé

    Bonjour,

    Je vous propose de lire à tête reposée notre dossier "en quoi construire les murs de votre maison".
    Vous verrez que le lambda d'un isolant ne fait pas tout et que la densité d'un isolant améliore l'efficacité estivale même si c'est au détriment de son lambda.

    Ainsi, le polystyrène est un isolant extrêmement bien adapté pour les hourdis de vide sanitaire (car la température y est quasi stationnaire), mais à mon sens déjà moins adapté pour les murs et encore moins pour les rampants de toiture qui subissent de forts rayonnements solaires et de fortes variations de températures l'été que le polystyrène, trop léger, ne saura pas bien amortir.

    Puisque vous êtes en train de lire ce message sur un ordinateur, c'est un peu comme trouver le bon compromis entre la rapidité de la carte graphique et la performance du processeur...
     
  3. thierrym

    thierrym Thierry Mouchard

    Bonjour,

    Pour ma part je préconise l'emplois de laine de bois dans les murs qui est nettement plus dense (50kg/m3 environ) que la laine de verre et donc qui apporte plus d'inertie thermique. La laine de bois est aussi un bon régulateur hygrométrique (à condition d'utiliser un freine vapeur et non un parre vapeur qui lui est totalement étanche). Il est possible de parfaire cette isolation en utilisant des panneaux de fibre de bois (nettement plus dense (250kg/m3) qui seront installé sur le coté extérieur des murs, derrière le bardage. Cela vous apportera un bon déphasage pour les chaleurs estivales.
     
  4. counouche

    counouche Nouveau membre

    Bonjour et merci de vos réponses.

    Je dois reconnaître, et j'en suis désolé, que je ne suis convaincu par ces dernières.

    Certes, nous sommes d'accord que le déphasage est important mais de là à amoindrir la résistance thermique de l'isolant, je reste perplexe. De plus, pour augmenter le déphasage, ne vaudrait-il pas mieux réfléchir sur le revêtement de la paroi intérieure?

    Je dois vous dire que j'habite dans le nord de la France, en Normandie, et qu'il est souhaitable de réfléchir au confort d'hiver plus qu'à la fraîcheur d'été.....Eté que nous ne voyons pas tous les ans.
    Notre soucis majeur est donc de limiter les consommations énergétiques, et donc la note de chauffage, et encore une fois, je reviens, et m'en excuse, à la résistance thermique du matériau, au calclu de la paroi: U....

    Merci encore.

    fabrice LAPORTE
     
  5. arno

    arno Arnaud Sellé

    Vous avez raison de souligner votre lieu géographique, car les solutions d'isolation tant que le bâti que sur les isolants en dépendent fortement.

    D'ailleurs, le CSTB dans le site rt-batiment.fr déconseille fortement (certes en termes politiquement corrects) la construction ossature bois en zone méditerranéenne pour des raisons de surchauffe d'été, ce que les simulations thermiques confirment. Voir le document ST 2008-001 : Solution technique relative au respect des exigences de la RT2005 pour les maisons méditerranéennes individuelles non climatisées

    Donc pour en revenir à votre question, effectivement, pas de risque de surchauffe chez vous... du moins si vous limitez les ouvertures à l'ouest et excluez les fenêtres de toit (mais ceci est indépendant des isolants).

    Donc, d'un point de vue rapport isolation/prix (si l'on exclue le déphasage) les isolants conventionnels sont effectivement imbattables.

    On peut toujours parler du cycle de vie complet (énergie nécessaire pour fabriquer l'isolant par rapport aux économies réalisées) ... mais il est vrai que vu le prix élevé des isolants d'origine végétale, c'est un argument difficile à faire passer quand on boucle le budget de construction d'une maison.
     
  6. maisonbbc-toulouse

    maisonbbc-toulouse maisonbbc-toulouse

    Bonsoir,
    Je reprends ce fil qui date un peu mais il y dedans plusieurs éléments en contradiction avec des résultats que je souhaite vous faire partager.
    En cours de conception d'une maison BBC, je travaille actuellement sur l'isolation et le confort d'été.
    j'ai lu plusieurs fils de discussion, et j'avais fortement tendance à utiliser des matériaux à forte densité pour augmenter l'inertie et donc améliorer le confort d'été.

    Le système constructif est classique : brique de 20 cm + laine de roche + placo (ou brique en option)

    Des éléments comparatifs sur le sujet, avec les données de mon projet, basés sur une simulation thermique dynamique arrivent à la conclusion suivante :
    - le taux d'inconfort est rigoureusement identique avec une laine de roche de 25 kg/m3 ou une laine de roche de 55 kg/m3 dans les murs (mais qui coute 2 fois plus cher)
    - le fait de mettre une laine très haute densité sur le toit (120kg/m3) apporte un gain peu sensible (pour un cout 4 à 5 fois plus élevé)
    - les besoins de puissance (kwh) sont légèrement supérieurs avec une densité de 55 kg/m3 par rapport à une densité de 25 kg/m3.

    En conclusion , sur un système constructif classique, la densification de l'isolant semble être peu efficace pour améliorer l'inertie. Il doit falloir utiliser des matériaux avec des densités "réellement" plus élevées
     
  7. arno

    arno Arnaud Sellé

    Bonjour MaisonBBC,

    Je suppose que vous faites référence à des simulations faites sous Pleiades+Comfie.

    Pour réaliser l'étude "maison passive" disponible sur Citemaison, effectivement nous avons constaté que Pleiades+Comfie réagissait assez peu selon la densité de l'isolant intérieur.

    Pour les lecteurs de ce post, je vous recommande d'utiliser la calculette "parois opaques" qui permet en quelques clics de calculer l'inertie surfacique apportée par une paroi opaque (pour ce faire, ne tenez pas compte des choix de ponts thermiques proposés par cette calculette). Les algorithmes utilisés sont ceux de la norme internationale ISO13786.

    Autres pistes pour le confort d'été sous les rampants de toiture : un isolant mince posé en tant que pare-pluie (prendre des isolants micro perforés)
     

Partager cette page