OSB comme panneaux de contrevetement, matériau respirant ?

Discussion dans 'Travaux / Gros oeuvre' créé par alise, 26 Août 2008.

  1. alise

    alise Membre

    Bonjour,

    J'aimerais utiliser de l'OSB comme panneaux de contrevetement pour un mur en bois, sous le latage exterieur et éventuellement en revêtement intérieur aussi. (Avec isolation en ouate de cellulose vrac ou panneau de laine de bois entre, j'hésite encore)
    Est-ce que ce matériau est respirant ? Répond-il aux exigences écologiques et bioclimatiques les plus exigentes ;-)

    merci pour vos réponses,
    A.
     
  2. arno

    arno Arnaud Sellé

    On lit sur certains forums (concurrents) que l'OSB n'est pas respirant du tout ... or comme il est mince (9mm) c'est faux. Il est relativement respirant.

    Par contre, pour avoir le côté extérieur plus respirant que le côté intérieur (condition nécessaire pour éviter la condensation de vapeur d'eau dans l'isolant), je vous recommande de placer l'OSB côté intérieur [contrairement à ce qui se fait d'habitude] et de placer côté extéroeir, soit un pare-pluie respirant armé, soit un panneau Agepan DWD , soit mieux mais + cher, un pare-pluie isolant en fibres de bois + latex.

    Un lien vers une exellente fiche technique sur la maison ossature bois :
    "isolation et étanchéité des maisons à ossature bois (Quint Essence Eco Habitat)"

    Mais attention, si vous envisagez de faire une MOB avec moins de 20cm d'isolation ses performances (en hiver) sont maintenant distancées vu les progrès réalisés par les constructions maçonnées.

    Et pour l'été, la MOB n'est pas recommandée si vous habitez sur une zone géographique représentée par une ligne Agen - Toulouse - Narbonne - Marseille et par une ligne Perpignan - Nimes - Montélimar
     
  3. alise

    alise Membre

    merci pour votre réponse, qui entraîne de nouvelles questions :
    - l'osb en intérieur dispense d'un freine-vapeur sur les murs ?
    - on prévoit 14 cm de cellulose en vrac pour les deux murs froids (ouest et nord) derrière des panneaux d'Agepan DWD et 14cm de béton isolant chanvre/chaux/copeaux de bois/terre (j'ai pas encore fait les essais) pour gagner un peu d'inertie sur le mur chaud (sud) et le mur de l'est qui a vocation à devenir plus tard une cloison intérieure (dans plusieurs années...). Sur le toit, 4cm de copeaux de bois+14cm de cellulose en vrac, dans des caissons, isolés par-dessus avec des panneaux fibre de bois homatherm UD protect 25, avant la pose du toit en tuile. Qu'en pensez-vous, ça fait pas assez ?

    On est au-dessus de la zone chaude, à Millau, à 700 m d'altitude. Comme le rez-de-chaussée a des murs de 80cm en pierre, on devrait pas avoir trop à souffrir de l'été trop court du plateau du Larzac, reste à voir comment se comportera l'étage en bois dont on parle. Le plus important c'est de ne pas avoir froid en hiver, et de ne pas dépenser trop de bois.

    A.
     
  4. Calypso

    Calypso Monique Cerro

    Bonjour,

    je m'immisce dans le fil.... :)
    Comment comptez-vous composer votre mélange chanvre/chaux/ copeaux de bois/ terre ?
    Il me semble que les composants méritent réflexion, surtout en 14 cm qui demandent plus d'un an de séchage en 10 cm avant recouvrement et ce, dérrière les panneaux que vous prévoyez...
    Vous êtes sûrs que tout cela est utile et que ce sera efficace ?
     
  5. arno

    arno Arnaud Sellé

    D'un point de vue réglementaire (DTU), non.
    En pratique, il permet de s'en dispenser sauf pour les pièces d'eau (sdb, cuisine) à condition que le pare-pluie soit respirant. Voir la discussion freine vapeur

    Pour les murs cela me semble bien, par contre sur le toit, cela me semble insuffisant. Attention à la cellulose "en vrac". Si vos combles sont en rampants, il faut la faire insuffler sous pression pour ne pas qu'elle se tasse.


    N'oubliez pas, la qualité des menuiseries extérieures et de l'échanchéité à l'air et de la ventilation comptent autant que celle des murs. Ne mettez pas tous vos oeufs dans les murs et dans le toit.


    Exemple les 2 maisons ci-dessous ont la même performance en terme de besoin de chauffage (test d'une maison de 130m² , R+1, bien orientée "à la bioclimatique" sur 40 villes en France) :

    - une maison en ossature bois avec 25 cm d'isolant dans les murs, 35 en toiture avec des menuiseries "correctes" (Uw1.7, Acotherm TH9) et une VMC Hygro B

    - une maison en "simples" blocs béton (parpaings) + 10cm de polystyrène graphité, mais avec des menuiseries "bonnes" (Uw1.3, Acotherm TH11), une VMC double-flux de rendement effectif 75% et une étanchéité à l'air effectuée pour répondre au label Effinergie.


    Certes, les matériaux proposés de la seconde solution ne sauraient satisfaire des maîtres d'ouvrage désireux d'un habitat "naturel", mais ces résultats sont quand même édifiants non ?
     
  6. alise

    alise Membre

    Pour répondre à Calypso :
    Je ne suis sûre de rien, à vrai dire, je n'avais même pas penser au séchage... Ce n'est pas un problème majeur, vu que la maison n'a pas encore de menuiseries et qu'on ne prévoit pas d'y habiter avant l'été prochain (et encore, j'ose pas y croire ... on fait les choses lentement.
    ce forum me permet de lancer des idées et de voir les réponses qu'elles entraînent ;-) le mélange que je cite est tiré de ma non-pratique purement théorique : les copeaux et la terre parce qu'ils sont gratuits, et me semblent complémentaires (isolation-inertie), le chanvre pour accentuer l'isolation et la chaux comme liant...
    mais depuis quelques jours, je me demande si la paille entre notre ossature pour les murs ne serait pas une meilleure solution, à tout points de vue (prix, isolation) sauf peut-être l'inertie.
    encore une fois, je veux bien votre avis.

    Pour répondre à Arno :
    Vos résultats sont en effet très intéressant, sauf que je comprends pas trois trucs : une maison R+1 ? et les codes des fenêtres Uw1.7, Acotherm TH9 et Uw1.3, Acotherm TH11.
    J'attends vos réponses avec impatience, nous avons déjà récupéré nos doubles-vitrages et j'espère qu'ils sont bien... mais le système récup impliquait de pas les choisir et ensuite de faire les encadrements en fonction.

    pour la ventilation, je prévoit une double flux, mais je rame sur le choix, c'est tellement cher ! difficile d'arbitrer entre prix/consommation électrique/économie chauffage

    Pour le toit : j'ai laissé tomber les copeaux de bois, je suis donc à 18cm de cellulose en vrac installée par le haut à la main en partie et vraisemblablement insufflée dans les caissons par en-dessous pour la suite, à cause du temps qui se dégrade.
    Avez-vous des conseils pour la pose par le haut à la main, je l'ai jamais fait !
    Ensuite, la fermeture des caissons rajoute 2,5 cm d'isolant avec les fameux panneaux homatherm udprotect dont personne n'a entendu parlé et que personne ne sait poser... même pas le fabricant apparemment, puisque y'a aucune notice technique sur son site...grrr

    avec l'option paille (bottes de 45cm) dans les murs, faut aussi prévoir un frein-vapeur ?


    merci,

    A.
     
  7. arno

    arno Arnaud Sellé

    Bonjour Alise,

    Excusez-moi pour ces termes abscons :

    - R+1 veut dire rez de chaussée + 1 niveau (en clair une maison avec un Rdc et un étage :)

    - le Uw veut dire le coefficient de conductivité thermique de la fenêtre totale, à savoir les vitrages et les montants (dormants + ouvrants).
    - Ce coefficient est à distinguer du Ug qui est le coef de conducticité du vitrage seul (g comme glass et w comme window).

    Plus les Uxx sont faibles, plus le produit est isolant.

    Exemple : vous mettez un double vitrage 4/16/4 faiblement émissif avec lame d'argon (donc un Ug=1,1) sur une fenêtre en bois ou en PVC, vous allez obtenir un Uw=1,3 à 1,4 (ceci dépend de la qualité des montants : épaisseur du bois, nombres de chambres d'isolation du PVC ...).

    Si vous mettez ce même vitrage sur une menuiserie métallique (alu par exemple), vous aurez du mal à avoir un coefficient Uw inférieur à 1,7 voire 1,6.

    Maintenant, sous vous avez fait de la récup d'un double vitrage, il sera à coup sur "ordinaire" (type 4/12/4 d'il y a 10 à 15 ans) avec un Uw de .... 2,7 soit presque trois fois moins isolant qu'un double vitrage d'aujourd'hui. Si c'est le cas, annulez vite votre commande et optez pour des menuiseries neuves. Il y a des limites écologiques à la récup et le verre se recycle facilement.


    Pour la VMC double flux, de toute manière une VMC double flux est inefficace si vous n'avez pas de stragégie d'étanchéité à l'air pour la maison.

    Mon slogan favori : on demande pas à quelqu'un qui a une trachéotomie de respirer par le nez. Si vous avez plein d'infiltrations parasites, pourquoi voulez-vous que l'air se casse la tête à passer par la VMC s'il rentre + facilement par les murs ou les fenêtres ?

    Donc :
    1) si vous avez des mesuiseries bois réalisées (même avec grande compétence) par le menuisier du coin et qu'elles ne sont pas en bois contre-collé, alors le bois va travailler et il y aura infiltrations parasites au bout de qq années. Idem si vous prenez des mesuiseries coulissantes sauf en hyper haut de gamme.
    2) si vous faites une maison en ossature bois (paile ou autre) , comme le bois travaille, vous aurez des infiltrations parasites qui vont de créer dès que le bois va "travailler", saur à avoir un freine-vapeur de partout avec adhésifs pour l'étanchéité.

    Si ou répondez oui à l'une des deux questions précédentes, vous allez peu profiter de la VMC double flux (souvenez-vous de la trachéotomie !).


    C'est vrai que les décisions sont difficiles à prendre et que l'écologie ou l'efficacité énergétique ne sont pas forcément là où on les attend ....


    Comment se calule le Uw ? les formules sont dans un document Finstral : Informationsduvitrage.pdf
     
  8. alise

    alise Membre

    je regarderai demain pour les fenêtres (je n'habite pas sur le chantier), si y'a quelque chose d'écrit dessus. A priori elles sont toutes neuves, mais faites sur mesure en entreprise de taille moyenne locale puis invendues, et on les a eu pour pas cher ensuite, puisqu'on pouvait adapter nos ouvertures à leurs tailles.

    pour la ventilation: avec 18 cm de cellulose sur le toit + des murs de 80cm en pierre avec enduit intérieur chaux/chanvre et un enduit extérieur au nord au rdc + des murs ossature bois avec 45cm de paille enduite int/ext, je peux considérer que ma maison va prendre l'air, et que donc je n'ai pas besoin de VMC ?

    ça ne m'embête pas particulièrement de ne pas avoir à installer une VMC, mais
    pour quelqu'un qui a lu trois fois les deux bouquins de terre vivante sur la conception bioclimatique et l'isolation écologique et qui prétend faire une maion hyper bien isolée, c'est vraiment déprimant !
     
  9. arno

    arno Arnaud Sellé

    Pour les fenêtres, si elles sont neuves, vous avez une chance :)

    Pour les freine vapeur :
    - si vous avez un isolant situé à l'extérieur de murs maçonnés, ce sont ces murs qui jouent le rôle de freine vapeur, donc pas de souci.
    - dans ce cas, il faut régler l'étanchéité entre le freine vapeur en toiture et les murs extérieurs. Sur des murs rectilignes, un adhésif (p.ex. bitumineux
    )


    Pour ce qui est de la VMC, le livre "la conception bioclimatique", aussi excellent soit-il, ne parle pas du tout de la corrélation entre le rendement effectif d'une VMC et l'étanchéité à l'air.
    Le volume d' "équivalent air froid" qui va pénétrer dans une maison est la somme des volumes d'infiltrations parasites (mauvaise étanchéité) + le volume d'air brassé par la VMC multiplié par (1 - rendement).

    Par contre, dans ce livre, le chapitre sur la Ventilation Naturelle Asssistée (VNA page 201) est très bien fait.
    Mais à mon sens les technologies de murs trombe et de serre bioclimatique sont totalement dépassées de nos jours (ça date de l'époque où justement les vitrages n'étaient pas faiblement émissifs) et ce livre traite encore largement de ces aspects.


    C'est vrai que on peut être déprimé par moment lors d'une telle conception de maison, mais c'est aussi la recherche du saint Graal qui est passionnante. Courage !
     
  10. N°Bis

    N°Bis Membre

    Bonsoir,
    Vous parlez bien de l'utilisation des panneaux comme ''contreventement''??
    Si c'est bien le cas, il me semble qu'il y a des specifications, selon les panneaux, afin de s'assurer de leur résistance.
     

Partager cette page