validation des données d'un constructeur - améliorations

Discussion dans 'Isolation / Maison Passive / BBC / RT2012' créé par fabien.oudot, 14 Février 2009.

  1. Chrisgac

    Chrisgac Membre connu

    ABSOLUMENT NON ne dites pas cela les allemand vont franchir la ligne Magino !

    Le I4 et Q4 si vous voulez.... Allez inventons le R4 ......

    Le n50 est une série de meures partant de 20Pa de pression jusqu'a 50 et l'on divise le débit mesuré par le volume mesuré.
    Le résultat est donc un renouvellement d'air si il fait 2 vous renouvelez le volume d''air de la maison 2 fois/heure

    Le I4 est une version française on déduit par une droite formée sur une échelle logarithmique une mesure (virtuelle et oui ya pas que dans la finance) à P=4 (estimation sous 4Pa) 100000 Pa = 1bar car sous cette pression la mesure reél est impossible.
    On divise ensuite la mesure par la surface déperditive ! soit des m3/h/m²
    Cequi est un peu imbecile !

    Il arrive souvent que le n50 baisse alors que le I4 monte et inversement .....

    Donc pour résumer : Il existe un n50 allemand mais comme on est à la ramasse en france on invente un autre test !
    De plus, pour ne pas froisser les capitalistes qui veulent des rendements de 20% dans les entreprises, je vous parie que ce test ne sera pas aobligatoire en 2012 !

    J'arrête si non je sors le fusil ......

    Mais il y a une chose que les gens du monde réel peuvent faire .... exiger eux même leur réglementation. Mobilisons nous ....
     
  2. Chrisgac

    Chrisgac Membre connu

    Fabien,

    la mousse PU en bombes est une résine qui gonfle avec l'humidité elle n'a rien a voir avec la mousse pu que vous trouverez autour d'un frigo ou chauffe eau. Elle isole 4 fois mieux est plus dense très forte durée de vie.

    ISOTEC c'est un panneau en mousse PU recouvert d'un film alumium gaufré de 3.9 m x 34 cm muni d'un liteau métalique. Il se pose en travers et par dessus les chevrons comme un lambris. Donc à suivre vous coupez le morceau trop long pour le poser a l'autre bout et ainsi de suite.
    Ce système coupe tous les ponts thermiques contrairement aux trilate ou autre qui se posent sur des poutre / solives .

    Le coût du PASSIF ?

    Arno à raison, m^me si l'effet tunel de son shéma montre que l'on réduit les cout au niveau des 18 kwh/an/m² il est vrai que les efforts en termes de constructions sont sévères.

    Il vaut donc mieux viser un bon BBC quit a voir un besoin en chauffage de 150 €/an.

    Pour la maison d'antoine, les clients ont allumé le poël au moment de la période de froid. Mais c'est surtout pour eux la présence d'une flamme dans le salon qu'ils recherchent. En effet la PAC suffisait.

    A remarquer aussi que la pac prend son air dans le vide sanitaire de la maison. Elle n'a jamais gelé lorsque dehors tout était blanc à -7°C ...

    Pas con ! Et en été il se transforme en puits canadine sans les inconvénient du peuits plein d'eau
     
  3. SebMP35

    SebMP35 Membre connu

    Voila le peu que je sais et mon point de vue :
    Le test dans ma maison c'est 10 essais avec des différences de pression d'environ 18 Pa a 70 Pa. Le tout est tracé sur un graphique log et cela fait quasiment une droite ...

    On peux donc trouver par interpolation la valeur a 50 Pa de différence de pression ou a 4 Pa. L'avantage a 50 Pa c'est que c'est au milieu de la plage de mesure.Effectivement suivant la pente de la droite il peux y avoir variation de Q4 (et oui c'est la dénomination actuelle) en sens inverse de celle de n50. Pour en avoir parlé avec les 3 testeurs présent chez moi, je ne crois pas que ce soit souvent.
    Comme je l'ai deja expliqué on divise le résultat par le volume de la maison dans un cas n50 et par la surface déperditive hors plancher bas dans l'autre. Cela signifie que l'on fait intervenir la compacité dans l'affichage du résultat ou de la différence de résultat.
    Maintenant, a quoi servent ces mesures .... a avoir des labels ... la belle affaire .... et dire le mien est mieux que le tient .... encore mieux !
    Non elles servent de façon utile a 2 choses il me semble :
    -Prévoir les déperditions aérauliques.
    -Valider la bonne mise en oeuvre.
    Dans le deuxieme cas, il faut avoir le chiffre le plus bas possible avec les contraintes de la construction.....

    Prévoir les déperditions aérauliques. .... La maison n'est pas soumis en permanence a une difference de pression de 50 pa, ni de 4 pa ... donc les débits a ces pressions n'ont aucune importance REELLE. Et oui dans le monde reelle, il n'y a ni 4 Pa, ni 50 pa, ni autre chose de fixe !! Cela varie en fonction du vent, de la difference de temperature entre l'extérieure et l'intérieure bref pas simple !

    Dans les methodes de calcul RT2005 et phpp, on prend respectivement le Q4 et le n50 et ce n'est que la donnée d'entrée du calcul de perte.Dans phpp, il y a une "bête" formule qui en fonction de l'exposition au vent et de la valeur du n50 donne la perte aéraulique.Dans la rt2005, il y a un fichier horaire de vent, une estimation de la depression du au vent, a la température et un calcul avec la valeur du Q4 des pertes aérauliques.
    Lequel des 2 donnent au final le résultat le plus fidèle, j'aimerais savoir mais mon petit doigt me dit que ce n'est pas demain que j'aurais des arguments convaincants.
    Bref faites tout pour améliorer le résultat dans l'unité que vous voulez, ce n'est pas l'important.prenez exemple sur les allemands qui ont de bons résultats et plus d'expérience que les français ... mais ne prenez pas le modèle passif allemand comme l'optimum pour une construction en France. Ce n'est deja pas forcément l'optimum en Allemagne.
     
  4. fabien.oudot

    fabien.oudot Membre

    Merci pour votre réponse, Chrisgac.
    La mousse PU, il semblerait que ce soit utilisé de longue date, notamment pour la réalisation des toits-terrasses. Donc en effet, aucun soucis niveau résistance mécanique et durée.

    Une maison à 150 €/an de chauffage : je vote tout de suite (dit-il en regardant sa belle facturette edf fraichement arrivée, réclament 600 euros pour les 2 derniers mois)! Mais c'est le coût annoncé pour la maison quasi-passive en bois dans le Doubs, qui faisait l'objet d'un sujet dans l'émission zone interdite d'hier soir, dimanche 22, sur M6 (vous avez peut-être eu la curiosité de la regarder?).

    La construction décrite par Antoine me plait bien. A suivre si je concrétise un nouveau projet. Pour l'instant, j'en suis à déménager - je laisse ma maison inoccupée et vide derrière moi. Il faudra que je la vende (la location à distance, trop de soucis à mon goût) lorsque le marché aura repris qques couleurs. Après, j'essaierai sans doute de me lancer.

    Pour revenir brièvement à cette émission sur M6, elle était intéressante pour le néophyte que je suis, car on y voyait la mise en oeuvre des tests dont vous débatez avec SebMP35. Impressionnant l'utilisation des petits générateurs de fumée, on voit tout de suite où ça fuit. J'ai noté au passage qu'une maison bois qui était parfaitement étanche (j'aurais tendance à dire hermétique plutôt) lors de sa construction, ne l'était plus du tout qques années plus tard car le bois avait "joué". Avec de la maçonnerie, on doit limiter ce risque (sauf à rencontrer des problèmes de terrain argileux, qui arrivent à faire craquer la maison de toutes parts - il y en a dans l'Hérault).
     
  5. arno

    arno Arnaud Sellé

    Pour une fois qu'M6 sort de son D&Co ... y'a plus qu'à faire un coup de M6Replay.fr !!

    Effectivement, l'étanchéité à l'air est plus difficile à atteindre dans les maisons ossature bois que dans les maisons maçonnées ... et dans le cas présent, je suppose que Fabien fait référence aux maisons en bois empilé (madriers ou rondins) qui effectivement ont de gros problèmes d'étanchéité aux jonctions avec les fenêtres car les madriers ou rondins se tassent dans le sens perpendiculaire aux fibres (la maison rapetisse) ... mais pas les fenêtres !
     

Partager cette page