Voiture électrique : bilan carbone et perspectives

Discussion dans 'Commentaires des articles' créé par arno, 1 Août 2011.

  1. arno

    arno Arnaud Sellé

  2. Dindorf Michel

    Dindorf Michel Nouveau membre

    En sous entendant une entraide pour l'énergie et pas des guerres pour l'énergie...
    Nous avons sur Terre, 15 100 000 kilomètres carrés de désert chaud, plus des petits déserts chaud de moins de 50 000 km2
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_principaux_déserts_par_superficie
    Ces grands et petits déserts reçoivent toutes variantes confondues d'environ 1093,6 x 8 x 3600 x 15,1 x106 x 106 x 365 = 17,3 x 1022 Joules par an
    (soit environ 500 fois le besoin énergétique annuel de l'homme )

    Certes, pour capter cette énergie abondante, il y a des rendements bien inférieur à un, il y a des pertes de transport entre les déserts tropicaux et les villes nordiques...
    Si l'on équipait 15% des déserts avec 75% de perte de conversion, puis à nouveau 75% de perte dans le transport, puis un rendement d'utilisation de 25%... l'énergie solaire thermique seule, pourrait être suffisante pour nos besoins actuels, sans géothermie, sans éolien, sans hydrolienne, sans hydraulique, sans usine marée motrice, énergies douces qui pourraient compléter les besoins, sans CO2. (et bien sûr sans pétrole, ni charbon, ni gaz, ni nucléaire)

    Certes, il faut s'assurer, par exemple, qu'un générateur à vapeur solaire ne coûte pas plus d'énergie à fabriquer, à transporter, à entretenir que l'énergie qu'il va effectivement donner pendant sa durée de vie... une étude et une vérification citoyenne sérieuse doit s'appliquer à tous les systèmes proposés. Il ne faut pas confondre rentabilité économique et rentabilité énergétique. Rien à faire que cela créer des emplois s'il n'y a pas auparavant une rentabilité énergétique certaine !

    (Il y a du pétrole qui peut coûter énergétiquement 1,3 litres de pétrole pour extraire un litre de ce pétrole profond... ce n'est pas rentable énergétiquement... mais si l'on attribue des subventions en amont comme en aval avec de l'argent public, ce pétrole peut devenir économiquement très rentable(!) pour celui qui l'extrait comme pour celui qui le vend... mais l'opération sera déficitaire énergétiquement... )

    Comme la filière du charbon, du gaz ou du pétrole, l'aménagement de telles installations solaires ne peut pas se faire instantanément, et utiliserait les énergies polluantes mourantes.
    Michel Dindorf
     
  3. Dindorf Michel

    Dindorf Michel Nouveau membre

    Oups ! Je précise que je parlais de l'énergie solaire thermique !
    MD
     
  4. DebraV7NF8

    DebraV7NF8 Nouveau membre

    Bonjour

    Concernant le rendement de la compression de l'air, pourquoi ne pas envisager une station de remplissage individuelle qui permettrait de produire de l'air comprimé ( 50%) et de la chaleur pour la production d'ECS (50%) ?
    L'énergie consommée serait convertie en totalité. Si le rendement du véhicule se limite à 40%, on a globalement 30% de perte ( 60% de 50%). Qui dit mieux ? Surtout si l'électricité est d'origine renouvelable.
    Si en plus on utilise une pompe à chaleur, on peut refroidir l'air et on facilite sa compression.
     
  5. Dindorf Michel

    Dindorf Michel Nouveau membre

  6. aircars.tk

    aircars.tk Nouveau membre

    Effectivement, quand on a une unité de compression dans son garage on peut récupérer la chaleur de la compression pour le chauffage de la maison et de l'eau, et on peut utiliser le froid de la décompression en roulant dans sa voiture à air comprimé, comme clim gratuite. Ainsi il y a très peu de pertes. En plus, à l'EPFL de Lausanne, Sylvain Lemofouet a développé un compresseur à pistons liquides qui atteint une efficacité de bien plus que 50 %. Sa startup Enairys installe un premier appareil sur le site photovoltaïque de Mont-Soleil. Je dispose de photovoltaïque sur mon toit et d'un garage, et je suis impatient de pouvoir me déplacer en Airpod à l'air comprimé par le soleil. Voyez mon site www.aircars.tk pour ceux qi veulent se tenir au courant des dernières nouvelles au niveau des voitures à air comprimé. Merci
     
  7. snow62fr

    snow62fr Nouveau membre

    Des chiffres bizarres :

    Il est tout à fait exact qu'il serait très difficile de fournir toute l'électricité nécessaire si tout le monde roulait à l'électricité, que les batteries posent de sérieux problèmes; et que dans la plupart des pays où l'électricité est produite avec du gaz, du charbon, ou du fuel il vaut mieux mettre directement le fuel ou le gaz dans le véhicule (voire transformer le charbon solide en liquide).
    En France et dans d'autres pays où l'on émet peu de CO2 en produisant l'électricité (nucléaire, hydraulique, éolien) , la situation est différente. Et certains chiffres sont erronés dans l'article :

    - le contenu en CO2 du kwh électrique français est en moyenne de 80g, il varie de 40g à 200g environ selon les heures. Une voiture qui consomme 300Wh par km (estimation un peu élevée) émettrait donc en moyenne 0.3*80=24g de CO2/km, ou en pointe 0.3*200=60g de CO2/km, on est loin des véhicules à essence qui peinent à descendre en dessous de 100g.
    Dans l'article, le 126g CO2/km contient la fabrication du véhicule électrique alors que le 130g CO2/km du véhicule à essence n'en tient pas compte….

    - Sur le coût de l'électricité, cet article est complètement faux: le kwh électrique coûte, en France, 0.11€ en heures pleines. Un véhicule qui consomme 300Wh/km, soit 0.3kwh/km, revient donc à 0.3*0.11 = 0.033€/km, soit 3.3€ au 100km (moitié moins s'il est chargé en heures creuses) ; à comparer à un véhicule essence/diesel qui consomme au moins 5l/100 à 1.3€ , soit un minimum de 6.5€ au 100km.

    Bref, le véhicule électrique n'a rien de miraculeux mais, associé à des éoliennes, du nucléaire, de la géothermie profonde, des centrales solaires dans le désert… , il sera quand même bien utile quand le pétrole va manquer et que son prix va exploser, c'est à dire dans moins de 10 ans;
     

Partager cette page