Nichoir ou cabane à oiseaux ?

Allure helvétique délicieusement kitsch, abri en osier, nichoir en bois ou terre cuite, les cabanes à oiseaux ont le vent en poupe. Si cette tendance reflète l’engouement des Français pour leur jardin, elle est aussi une alternative à la disparition des sites de nidification naturels qui fondent comme peau de chagrin.

A l’arrivée de l’automne, videz le nichoir des éléments hétéroclites apportés par les oiseaux pour faire leur nid, et nettoyez-le, avant de le recouvrir d’une couche d’huile de lin pour le protéger
Les oiseaux du jardin sont disposés à jeter leur dévolu sans exclusive sur les lieux les plus insolites qui soient, afin d’y élire domicile. Le rouge-gorge est à même de s’octroyer avec désinvolture une vieille botte abandonnée ou un arrosoir qui n’a plus répandu d’eau depuis des lustres. Le gobe-mouches gris peut, quant à lui, emménager juste au-dessus d’une lanterne, et les mésanges, prêtes à se faufiler partout, s’adjugent toute cavité munie d’un orifice étroit. Une boîte aux lettres, un bidon métallique peuvent alors se voir préférés à la cabane soigneusement installée par vos soins, phénomène déstabilisant s’il en est. Que l’oiseau retienne le logement proposé s’apparente alors à une récompense.

Eclectisme des lieux choisis, éclectisme des espèces d’oiseaux ayant des besoins spécifiques quant aux dimensions (trou d’envol, cavité…), au type de matériau ou encore à la méthode de fixation de la cabane. Pour assurer le succès de la nidification, des trous d’évacuation doivent être installés au fond du nichoir afin de prévenir l’humidité. Enfin, haro sur les peintures, lasures et autres vernis non-biologiques potentiellement nocifs pour nos volatiles, et préférez aux couleurs vives qui ravissent l’œil, des teintes plus naturelles qui intégreront la cabane à son environnement. Mal conçues ou mal pensées, les installations que vous brûlez de voir hantées par de graciles locataires se révèlent être des pièges pour ces derniers. Tenez à l’écart félins, belettes et serpents en optant pour un emplacement optimal hors de portée des pernicieux prédateurs.

A l’instar de Descartes qui recommandait à la princesse Elisabeth de « regard[er] la verdeur d’un bois, les couleurs d’une fleur, le vol d’un oiseau » afin de bien employer son temps et d’oublier sa mélancolie l’ombre d’un instant, observer les oiseaux vous délectera. La discrétion est de mise, soyez vigilants et n’importunez pas impunément les parents veillant sur leur couvée. Le ballet effectué par les délicats volatiles et l’envol des timides jouvenceaux du nichoir ne pourront que vous charmer.

Vous pouvez vous fabriquez vous même un Nichoir pour oiseaux

Ou vous pouvez vous procurer une cabane à oiseaux sur les sites suivants:

www.lpo-boutique.com
www.natureetdecouvertes.com
www.truffaut.com
www.botanic.com
Article publié le 1 mars 2011

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.