Laurier rose : invitez le Midi au balcon

Les fleurs du Midi font toujours envie aux jardiniers du nord. Si, sous des cieux propices, le laurier-rose s'étale en haie, plus au nord, c'est en bac qu'il sera plus à son aise. Les variétés naines s'adaptent à tous les balcons ensoleillés.

Laurier rose aux variantes infinies.
Ces lauriers-là ont plus d'une palme à faire valoir. Palme pour l'éclat de leurs couleurs. Fidèle à son nom, il décline une palette traditionnelle qui décline le rose sur tous les tons, se perdant du côté du blanc ou du rouge. Puis récemment, voilà notre laurier-rose qui flirte avec le jaune.
D'abord timidement le rose virant au saumon avec 'Petite Salmon' (double), puis franchement jaune pâle avec 'Angiolo Pucci' (double).

Palme de l'élégance quand sa fleur se fait double avec 'Rosée du Ventoux' rose magenta - le seul nain parfumé ! et 'Ville de Carpentras' qui tire sur le saumon.

Palme, encore, de la longévité en bac. Choisissez-le nain à port compact et il se portera comme un charme en bac. A condition de soigner les arrosages. N'allez pas penser que ces origines méditerranéennes l'ont accoutumé à la sécheresse. En revanche c'est un amoureux de la chaleur : ses racines adorent se chauffer au soleil, rien ne vaut un bon récipient en métal pour abriter sa motte : une bassine de zinc, un vieux bidon rouillé, très tendance récup'...

Ne le croyez pas si fragile que cela vis-à-vis du froid. En hiver rapprochez-le d'un mur bien exposé, entourez son pot de plastique à bulles, et dans les régions les plus froides - nombreuses périodes de froid prolongé aux alentours de -8°C -, enveloppez son feuillage dans plusieurs épaisseur de voile d'hivernage.

Le saviez-vous ?
Si le Laurier d'Apollon a la part belle dans la cuisine, bannissez le laurier-rose de la proximité du fourneau ! Tout est toxique en lui : ce "lait" qui s’écoule de ses plaies est un véritable poison. Feuilles et branches tombant dans un cours d'eau sont capables d'y empoisonner les poissons.

L'astuce Maison.com
Gare aux cochenilles ! Elles affectionnent particulièrement le revers de leurs feuilles coriaces. Un indice ? La suie qui semble soudain recouvrir le dessus du limbe. Un coup d'oeil au revers pour confirmer le diagnostic et traitement immédiat ! Pulvérisez à plusieurs reprises un insecticide puissant à base d'huile blanche.
Article publié le 15 octobre 2009

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.