Le paillage de votre potager bio

Afin de ne pas laisser le sol à nu – ce qui n’existe d’ailleurs pas à l’état naturel – et de maintenir l’humidité de la terre, on a recours au paillage – ou mulch en anglais. C’est une technique qui consiste à recouvrir le sol de matériaux organiques, minéraux ou plastiques pour le nourrir et limiter l’évaporation.

Le paillage protège naturellement la terre
Voir plus : potager
Un paillis s’installe au printemps, après avoir enlevé les herbes indésirables. Le paillis a de nombreux avantages, mais pour être efficace, il doit avant tout être suffisamment épais : une couche de 3 à 5 cm d’épaisseur.

Au potager, le paillage permet principalement de réduire les arrosages en limitant l’évaporation. Mais il préserve aussi la terre des méfaits de pluies trop fortes, d’une aridité prononcée du sol en cas de sécheresse, de l’envahissement par les adventices, des excès de températures en été ou du froid en hiver. Enfin, il renforce l’activité des vers de terre, et certains auxiliaires peuvent y trouver refuge. C’est une technique idéale pour la culture des fraises mais aussi pour celle des tomates, des melons, des courgettes et des concombres, qui sont gourmands en eau.

On distingue essentiellement deux types de paillages, que vous mettrez en place au moment des plantations, à même le sol.


Le paillage végétal

Pour constituer celui-ci, le premier réflexe est de recycler tous les déchets végétaux : tontes de pelouse, petits branchages, feuilles (sauf celles des conifères, qui risquent d’acidifier le sol, et celles des chênes, qui apporteraient du tanin). Quoi qu’il en soit, les feuilles utilisées en grandes quantités et de manière continue acidifient le sol, ce qui n’est pas souhaitable.

Mais vous pouvez également couvrir avec de la paille de céréales, que vous pourrez acheter à un paysan. Et vous pourrez envisager également tous les types de couverture végétale qui sont disponibles dans le paysage alentour comme les fougères. Divers produits sont aussi proposés dans le commerce comme les paillettes de lin ou de chanvre (à incorporer en fin de saison), les coques de cacao (qui contiennent des éléments nutritifs), etc. On préférera toutefois les ressources locales.


Le paillage plastique

Ce type de paillage empêche le développement des herbes adventices en les privant de lumière et d’air. Le film plastique envisagé ici n’est pas celui qu’on trouve le plus couramment dans le commerce et qui n’est pas épais (50 microns) ; il est vraiment important d’acheter un plastique bien épais, de 80 à 100 microns d’épaisseur, que vous pourrez utiliser plusieurs années d’affilée. Avec des outils simples, comme un couteau, vous trouerez le plastique soit en rond (c’est la meilleure solution), soit en carré, soit en croix (mais le risque de déchirure est plus grand).

Il existe aussi dans le commerce des plastiques déjà munis de trous, permettant de semer ou de planter à distances égales. Évidemment, ce type de paillage n’est pas la solution la plus écologique qui soit. Mais elle le devient si on réutilise le plastique une dizaine de fois, à condition d’en prendre soin. C’est-à-dire que vous devrez l’enlever dès que la culture est terminée ; si vous tardez à le faire, les adventices auront tout envahi, et vous risquez de déchirer le plastique en le retirant. Veillez à conserver celui-ci à l’abri, dans la cabane à outils par exemple, en hauteur et pas directement sur le sol, à la merci des mulots ! Il existe aussi des films biodégradables (mélange de cellulose et de tourbe) qui se décomposeront entièrement sous l’effet des micro-organismes.

Le paillage est une opération indispensable pour les légumes fruits comme les tomates, les aubergines et les courgettes. Et il peut-être généralisé dans des conditions de sol ou de climat très humides, ou les deux à la fois, à d’autres cultures : oignons, choux, salades, blettes, céleris, betteraves.


Extrait de « Votre potager bio », par Sabine de Lisle
Editions Sud Ouest 12.50 €
www.editions-sudouest.com
Article publié le 8 février 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.