Préparer la terre dans votre potager bio

S’occuper d’un potager est un passe-temps de plus en plus pratiqué par les jardiniers amateurs. Et cultiver son propre potager bio présente des avantages plus qu’appréciables : retrouver le contact avec la nature, consommer des légumes sains, apprendre sans cesse sur le monde végétal, offrir une partie de ses récoltes, et échanger des graines.

Un vrai contact direct avec la terre
Voir plus : potager
Il n’existe pas véritablement de problématique d’espace, on peut démarrer avec deux mètres carrés de terre. À part quelques notions à connaître, les plantes n’ont besoin que de trois éléments essentiels : la terre, l’eau et la lumière. Il vous suffira de trouver le temps nécessaire mais très vite, et pour votre plus grand plaisir, vous y passerez plus de temps que prévu ! Et bien loin des soucis de ce monde… Heureux qui cultive son potager bio.

Cultiver un potager selon les principes de l’agriculture biologique, c’est plus que du simple jardinage, c’est un état d’esprit qui s’inscrit dans le respect de notre environnement. Car il faut savoir que si la France compte quelque 13 millions de jardiniers amateurs, ceux-ci, sans le savoir et pensant bien faire, utilisent 3 fois trop d’engrais et 10 fois trop de pesticides, que l’on retrouve dans 80 % des cours d’eau…


Les principes essentiels pour jardiner bio sont les suivants :

– Renoncer aux produits de synthèse. Les engrais et pesticides qu’on vous propose le plus souvent dans le commerce n’ont pas leur place dans un potager bio. Mieux vaut adopter des recettes maison ou certains produits commercialisés respectueux de l’environnement qui sont bien plus sains pour les sols et pour vous, en tant que consommateurs.

– Choisir attentivement les plants ou les graines, en privilégiant des variétés anciennes résistantes et locales, et en procédant notamment à des échanges. Mais vous pouvez aussi acheter éventuellement des graines hybrides ; les variétés anciennes sont meilleures au goût, les graines hybrides donnent des fruits et légumes qui se conservent plus longtemps.

– Économiser l’eau, c’est une denrée précieuse. Selon les saisons, on arrosera à des heures différentes. On ajustera la quantité des arrosages selon les légumes et fruits plus ou moins gourmands en eau. On aérera régulièrement le sol en le binant, et on paillera pour éviter notamment l’évaporation de l’eau.

– Favoriser les rotations. Pour ne pas épuiser le sol, on alternera les différentes familles de légumes, regroupés selon leurs ressemblances physiologiques : fruits, racines, feuilles. La terre sera plus fertile, et cela évitera les problèmes éventuels de carences.

Extrait de « Votre potager bio », par Sabine de Lisle
Editions Sud Ouest 12.50 €
www.editions-sudouest.com
Article publié le 8 février 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.