La succulente : une plante experte en survie

La succulente défie les éléments. Sa facilité d’adaptation à tous les milieux fait d’elle une plante robuste et remarquable. Ses nombreuses qualités lui ont valu d’être élue plante du mois de juin par l’Office Hollandais des Fleurs.

L’eau peut représenter plus de 90% de la masse de la succulente… d’où son nom qui vient du latin « succulentus », signifiant « qui a beaucoup de suc ».

Originaires des plaines désertiques et des déserts montagneux d’Amérique du Sud, notamment le Mexique, le Pérou, l’Argentine et la Bolivie, les succulentes, présentes dans des dizaines de familles botaniques, sont souvent qualifiées de plantes grasses. Mais il ne faut pas s’y méprendre : l’adjectif ne fait pas référence à la graisse qu’elles pourraient contenir, mais plutôt à la forme de leurs feuilles, souvent robustes et épaisses… Et pour cause, celles-ci sont gorgées d’eau !

Fidèles, combatives, indépendantes, mais surtout surprenantes par la diversité de leurs formes, les succulentes ont également la particularité de freiner les ondes électromagnétiques.
Afficher la galerie
Fidèles, combatives, indépendantes, mais surtout surprenantes par la diversité de leurs formes, les succulentes ont également la particularité de freiner les ondes électromagnétiques.
©Office Hollandais des Fleurs

Une plante combative

Les succulentes ont la formidable capacité de pouvoir stocker l’eau dans leurs tissus, composés de grandes cellules (les vacuoles). En fonction des espèces, les tiges cylindriques ou globuleuses, ainsi que les feuilles charnues, empêchent l’évaporation grâce à un duvet cireux qui bloque l’évaporation de l’eau. C’est grâce à cet attribut vital que les succulentes se développent, et survivent dans des milieux arides et secs, où la plupart des plantes disparaissent rapidement.

En plus de survivre dans des conditions difficiles, les succulentes arrivent à s’adapter à toutes les circonstances, en supportant de grands écarts de température. En période de sécheresse, elles captent l’eau contenue dans les brouillards matinaux ; pour parer le froid, certaines espèces disposent d’une couche d’épines laineuses et d’épaisses peaux cireuses.

Il existe environ 12 000 espèces différentes de plantes succulentes. Parmi  elles, le cactus est sans doute la plus connue.
Afficher la galerie
Il existe environ 12 000 espèces différentes de plantes succulentes. Parmi elles, le cactus est sans doute la plus connue.
©Office Hollandais des Fleurs

Une plante qui raffole de la lumière

En tant que réservoirs d’eau vivants, les succulentes sont très indépendantes. Seule exigence, la lumière. Que ce soit en plein soleil pour certaines, ou à l’ombre pour d’autres, la lumière est indispensable au développement des succulentes, au risque de leur faire perdre couleur et vitalité. En effet, pour favoriser l’épanouissement de vos succulentes, il convient de les placer dans les pièces les plus fraîches et les plus lumineuses, tout au long de l’année, a fortiori de mars à octobre, période de croissance pour la plante. Quand l’hiver se termine, arrosez-les une fois par semaine. Une fois gorgées d’eau, les succulentes entament leur floraison.

Des formes étonnantes, des fleurs multicolores éphémères… Laissez-vous donc surprendre par ces plantes singulières et combatives. Fidèles, elles vous accompagneront tout au long de l’année

www.officedesfleurs.fr

Pas de panique si votre plante semble un peu décolorée à la fin d’une journée ensoleillée : il ne s’agit que d’une perte d’eau passagère. Grâce à son métabolisme, tout reviendra à la normale  le lendemain matin !
Afficher la galerie
Pas de panique si votre plante semble un peu décolorée à la fin d’une journée ensoleillée : il ne s’agit que d’une perte d’eau passagère. Grâce à son métabolisme, tout reviendra à la normale le lendemain matin !
©Office Hollandais des Fleurs

Article publié le 1 juin 2013

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire