« Exubérance Baroque » dnas les jardins de Versailles

Le Petit Trianon de Versailles accueille du 4 juin au 16 septembre une exposition exceptionnelle composée d’œuvres végétales éphémères sous le thème « Exubérance Baroque », le tout signé par deux designers de la nouvelle génération, Alexis Tricoire et Philippe Poirée-Ville.

Naturel cycline d'Alexis Tricoire
Les deux stylistes ont désiré apporter une touche contemporaine aux jardins que fréquentait Marie-Antoinette pour sortir de la lourdeur des conventions de la cour du château de Versailles. Un îlot de fraicheur et de romantisme où flottait un air de campagne, de jardins à la française, où la jeune reine jouait à la fermière avec ses dames de compagnie.

Alexis Tricoire a désiré aborder cet exercice avec plusieurs pièces à thèmes :

Naturel cynique, ou le pouvoir de l’instant présent dans l’impertinence de la vie
Un cercle de vie sans fin où tout recommence par son mouvement et les liserons qui sont en perpétuelle renaissance.

Forêt ivre, un désastre annoncé au pôle nord de la grande toupie
Une image des forêts dévastées de Sibérie où par le réchauffement climatique, les arbres s’inclinent faute d’une terre dont les couches de sédiments se décomposent, relâchant des gaz souterrains.

Cœur baroque, quand la conscience de la beauté développe la joie et l’amour
Madame de Pompadour et Marie Antoinette auraient aimé recevoir un tel cœur où les fleurs poussent pour le recouvrir d’un rouge amour associé avec une végétation sauvage.

Fruit défendu, ou le pouvoir de la planète sur l’homme
Des bulles de verre remplies d’herbes essentielles rappellent leur importance pour l’avenir de l’homme mais aussi leur rôle dans le passé à travers les premiers monastères. Une transparence qui donne du volume aux plantes présentées.

Galerie végétale, ou la planète est notre jardin et la nature notre abri
Telle une haie d’honneur, la galerie de fleurs sauvages attend le passage du cortège royal pour partir dans l’infinité du domaine, une invitation au voyage composée de petites fleurs subtiles.

Philippe Poirée-Ville lui a transposé l’origine de l’art dans toute sa splendeur ! Il interprète à travers ces deux sculptures, l’écriture primitive, celle qui fut à l’origine des premiers symboles pour communiquer, pour laisser une trace sur Terre, pour réaliser ces arobases que constituaient nos pages d’écritures à la plume ballon, mais avec l’autorisation de faire déborder de l’eau qui coule tout le long de ces deux œuvres monumentales et la fraîcheur des brumisateurs qui surprennent les passants avec plaisir en ces temps de canicules.

Ces deux montages sont élevés tels des totems celtiques vers la Lune ou le Soleil pour trouver la source lumineuse et éternelle qui fait vivre nos jardins et notre planète bleue… Ces titres sont évocateurs « l’élévation et la chute ».

Une manifestation voulue par le Président Aillagon qui s’implique comme pour sa propre demeure, connaissant tous les intervenants de cette usine du bonheur et de la culture et dont il est fier !

Aujourd’hui la ferme de Gally et la SEM ont pris le relais pour assurer une partie de l’entretien du domaine le plus visité de France. N’oublions pas nos amis américains qui à travers une association œuvrent pour la rénovation du travail du célèbre jardinier André Le Nôtre. Profitez de ce bel été pour visiter ce petit coin de paradis qu’est le Petit Trianon à quelques kilomètres de Paris.
Article publié le 1 juillet 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums
  • Michel
    Michel
    L'article est intéressant, dommage qu'il soit truffé de fautes...

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.