Les jardins de l’Abbaye de Fontenay

Il y a une quinzaine d’années, les propriétaires de l’abbaye de Fontenay, Hubert et Dominique Aynard repensèrent les jardins auréolant les édifices, après avoir lié connaissance avec le paysagiste anglais Peter Holmes.

L’allée qui mène à l’église abbatiale a été élargie afin de mettre la façade de cette dernière en valeur

A l’exception d’un grand jardin à la française et des quelques pelouses, arbres et rosiers qui ponctuaient le parc de Fontenay auparavant, le minéral primait, dans toute sa superbe, sur le végétal. L’envie de métamorphose n’était point cependant synonyme d’inconstance, comme l’esprit des lieux ne devait être en aucun cas trahi. Conférer au parc l’allure d’un jardin véritable, ainsi qu’orienter discrètement les flâneries des visiteurs, tout en préservant l’intimité des propriétaires qui logent au sein de l’abbaye, telle était la délicate intention de ces derniers.

Auguste dans sa majesté, l’abbaye de Fontenay règne sur une mosaïque de jardins. Colossal et hiératique, le platane de la grande cour centrale est l’hôte bienveillant qui, depuis 1780, reçoit le promeneur, à peine la porterie franchie. Un massif d’arbustes dérobe le logis de M. et Mme Aynard à la vue de l’œil inquisiteur. Comme dans une ébauche de labyrinthe, on y pénètre pour mieux approcher l’entrée du scriptorium, gardée par un rosier grimpant « Lady Hillingdon ». Celui-ci dodeline de ses élégants boutons pêche, dévoilant toute sa distinction.

Ce n’est pas l’unique rosier que Peter Holmes, affectionnant autant les causeries portant sur la taille des végétaux que sur les fromages britanniques, a introduit à Fontenay. Un rosier « Kiftsgate », que le paysagiste affuble du sobriquet de « monstre », a colonisé le mur qui enclot le « jardin saint Bernard », à deux pas de l’église abbatiale. Non sans une certaine exubérance, ce rosier liane fait feu de ses pétales immaculés, nimbant des étamines ambrées, à l’orée de l’été.  Dans sa rebelle ascension, il toise viornes, hydrangea et buis qui hantent ce recoin au charme discret.

C’est dans le jardin du cloître que fulmine une sobriété toute cistercienne. Deux allées en croix ourlent quatre plates-bandes de gazon verdoyant, aux coins desquels trônent les thuyas, symboles d’éternité - nous confie M. Aynard. Dépouillement et austérité, rien ne serait susceptible de troubler la superbe des lieux.

Les querelles de préséance sont écartées. L’esprit solennel qui habite les pierres de Fontenay souffle infailliblement sur l’abbaye, comme les égards dus à cette vieille dame, dont les traits ont été adoucis par d’harmonieuses notes végétales, sont toujours observés.            

 

Abbaye de Fontenay
Ouvert tous les jours, toute l’année.
Pour tous renseignements :
Téléphone : 03 80 92 16 88
www.abbayedefontenay.com

Article publié le 29 juin 2011

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.