Tai Ping Carpets ou le noué main digne d'une oeuvre d'art !

UNE TRADITION QUI A TRAVERSE LES AGES.
La société Tai Ping Carpets a vu le jour il y a un demi-siècle à Hong-Kong pour préserver la tradition ancestrale des tapis fait-main. Ce spécialiste des pièces uniques travaille avec les plus grands décorateurs designers mondiaux (voir photo projet signé Pierre Yves Rochon), pour transformer leurs plus folles envies et dessins en tapis luxuriants.

Le Mandarin Oriental à Barcelone designé par Patricia Urquiola
Début janvier Tai Ping Carpets a participé à Paris Déco Off avec une mise en scène « la suite parisienne » signée Dominique Picquier en collaboration avec les ateliers Charles Jouffre. Une association qui fut un grand succès par ce mélange de matières coordonnées autour d’un décor d’hôtel 5 étoiles.

Tai Ping dispose de nombreux showrooms à travers le monde dont celui de Paris (rue des Saint Pères) de New York et évidement de Hong-Kong, où les professionnels peuvent admirer et composer leurs tapis composé de soies monochromes.

Mais Tai Ping travaille déjà vers le futur et travaille sur le développement de nouvelles technologies, dont la technique du pass-tufted, procédé mécanique qui permet de produire de la moquette avec un serrage proche du tufté main, ce qui apporte une qualité supérieure, moins onéreuse et durable dans le temps. Vous trouverez ces œuvres uniques dans les plus beaux hôtels, restaurants ou yachts, tous signés par les plus grands noms de la décoration haut de gamme.

L’environnement fait partie des préoccupations de la marque, qui respecte les meilleures normes internationales de fabrication en matière de pollution et de sécurité et s’engagent à réduire l’impact de leurs usines sur la planète bleue.

L’art de nouer des tapis a été découvert, il y a plusieurs milliers d’années dans les steppes d’Asie centrale.
Ces tribus nomades devaient se protéger des grands froids par la confection de vêtements chauds et de tapisseries pour orner leurs tentes et yourtes. A ces débuts les métiers à tisser étaient constitués de deux morceaux de bois ancrés dans le sol, entre lesquels était disposé ce que l’on appelle la chaine (un croisement de fils rectilignes) et posé à la verticale.

Le plus vieux tapis connu à ce jour, a été découvert lors de fouilles en Sibérie en 1947, appelé tapis de Pazyryk, ou tapis du Gorno-Altaï, nom du lieu de sa découverte. Il mesure 183 cm sur 200 cm et est constitué d’une densité de 360 000 nœuds au m².

Plus le nombre de nœuds est important, plus le dessin est fin et complexe. On a estimé qu’il aurait été confectionné en Arménie ou en Perse environ 400 ans avant J.C. (pour ceux qui désire le découvrir, il suffit de se rendre au musée de l’Ermitage de Saint Petersburg).

En France, une légende attribue que ce sont des sarrasins qui après la défaite de Poitiers (732 après J.C.) se sont installés dans le village de la Creuse et serait à l’origine des manufactures royales d’Aubusson.
Article publié le 15 mai 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.