NOUVEAU : Acheter, louer... découvrez les annonces immobilières de Maison.com en cliquant ici !

Projet de construction ? Préparez-vous sur le Net.

Quand on souhaite en tant que particulier construire sa maison ou effectuer un réaménagement de son espace : comment se préparer de chez soi à une opération d’envergure ? Internet permet de se faire une première idée du marché avant de savoir quel type de travaux entreprendre.

DVD SweetHome 3D - Vue plan par eTeks
Cet article fait partie du dossier Une maison Préfabriquée

De l’idée la plus économique en kit, jusqu’à la fantaisie la plus inédite sur mesure, difficile de se faire une idée a priori réaliste de cette entreprise lorsque l’on n’en a pas l’expérience, car la foule d’informations disponibles sur le sujet ne permet pas d’opérer un tri aisé parmi l’offre. Après des découvertes séduisantes avec force démonstration en images de synthèse, il s’agit de s’inscrire dans une démarche sur le terrain très exigeante. Concevoir son habitat n’a en effet rien de la simplicité du jeu de construction, la part de l’investissement symbolique du propriétaire compte, qui se traduit par un idéal de vie, tant en termes spatial qu’en termes d’image et de choix de contenant. Il s’agit de créer son monde et de penser à relativement long terme en faisant face à nombre d’obligations légales avant d’aboutir. Une vision que n’ont pas tous ceux qui se lancent dans l’aventure. Alors, notre conseil, évaluez vos capacités d’investissement et d’expertise pour faire le meilleur choix pour vous.

Un parcours très réglementé

Tout projet inférieur à 170m² peut se passer de l’intervention d’un architecte DPLG mais pas pour autant de la somme impressionnante de questions et d’obligations à remplir, ne s’improvise pas maître d’ouvrage qui veut. Déjà la configuration du terrain (pente ou planéité, composition du sol et du climat local) est à étudier. Le gros-œuvre (fondations, terrassement, maçonnerie, charpente, couverture) réclame une bonne forme physique, un savoir-faire et un outillage précis, certaines opérations peuvent être confiées. Pour les courageux, le tout s’apprend idéalement… sur d’autres chantiers ! Il convient d’abord d’y voir clair pour savoir où l’on a besoin d’être accompagné. Un bon début consiste à s’initier à tous les langages utilisés par corps de métier grâce au livre La maison de A à Z - Le vocabulaire de la construction, G. Calvat (Editions Alternatives chez Eyrolles) enrichi de 650 illustrations.

Les services attachés aux mairies, permanences de l’ADIL existent pour permettre de déblayer le terrain légal. Deux contrats sont possibles pour le commanditaire des travaux, qui a les obligations d’un employeur et assume les responsabilités d’un constructeur (assurances comprises) : contrat de construction de maison individuelle, ou d’entreprise selon qu’il y ait un marché unique ou en co-traitance. En faisant appel à un artisan, en cas de malfaçon, le particulier ne pourra pas exercer de recours contre son salarié, puisqu’il a la responsabilité de toutes les fautes. Le contrat de construction de maison individuelle (CCMI) avec fourniture de plan est le plus répandu en France. Dans tous les cas, la réglementation demande d’obtenir via le bureau d’urbanisme de sa mairie, une copie du règlement régissant son quartier de s’assurer de la constructibilité du terrain, dans quelles proportions (PLU-Plan local d’Urbanisme ; Shob-Surface hors œuvre brute). Le projet finalisé définit les EP-Emprise au sol, hauteur sous sablière, COS-Coefficient d'occupation des sols), reste à établir une demande de permis de construire (voir imprimés du gouvernement Cerfa - www2.equipement.gouv.fr/formulaires/formdomaines.htm), à afficher ce permis sur le terrain, comprenant des détails administratifs et sur le chantier : superficie du terrain, surface SHON-Surface hors œuvre nette, hauteur du bâtiment. Pour des éclaircissements, voir le site très pédagogique www.autoconstructeur.fr. Un blogueur, Daniel, a aussi mis en ligne son expérience et permet de suivre pas à pas son chantier (http://batir-sa-maison.over-blog.com). Par téléchargement payant, Le guide de l’autoconstruction (www.guide-autoconstruction.com) et celui de Construire : coûts et démarches fait encore un point sur le financement. Pensez que tout au long de cette action qui se fait le plus souvent en équipe, même avec des aides bénévoles à l’esprit solidaire, il s’agira de tenir à jour planning et données comptables.

De l’autoconstruction à l’architecture

L’approche intégrale par soi-même correspond à un idéal de vie. Quand le désir de se démarquer répond à un engagement dans une quête de nature, la créativité et l’entraide seront essentielles, et l’apport personnel en temps d’autant plus important. Le recyclage des matériaux peut s’avérer un modèle très économique. La réutilisation de briques, pierres, poutres ou d'éléments tels que portes, fenêtres, gouttières, fils électriques, éclairages, tuyauterie, éléments sanitaires reste une option du moment que l’on sait où les trouver. La position extrême de la maison biodégradable, bien que durable, est une décision d’habitation qui prévoit à terme son démantèlement, pour les systèmes électriques et la tuyauterie, et une dégradation naturelle du bâti, en terre crue, mélangée à la chaux ou la paille, le bois, le chanvre…

La solution préfabriquée donnera d’une manière générale moins de fil à retordre, à condition d’avoir fait le bon choix de fournisseur, souscrit les contrats et garanties ad’hoc. Elle est en partie industrialisée donc moins chère. Illustrations autour de la tendance forte du bois. La maison Kokoon Kokoon (répond à des attentes écologiques, car elle peut être certifiée BBC (Bâtiment Basse Consommation) et sa gamme dite Autoconstruction s’implante à partir de seulement 450€ du m² en un délai court. La maison Dhomino est un concept qui propose un système évolutif de pièces, par modules à assembler en Lego, par l’intermédiaire d’un architecte. Son implantation est économique et rapide, avec un coût de base équipé et prêt à habiter autour de 1 500 € TTC/m², hors surcoûts de transport, pouvant être labellisée BBC-Effinergie.
Noter que l’Amérique du Nord et la Scandinavie ont déjà une expertise établie du bois fortes d'un usage architectural et urbanistique très courant. Disponibles en France, la québécoise maison Modulex a une palette de modèles très étendue, avec options telles que le photovoltaïque, le Suédois Next House pourrait bien se positionner comme un Ikéa de la maison bois, avec dix modèles prêts à habiter, à moins de 100 000 € HT pour 95 m² avec terrasses (hors TVA, transport et montage).

L’Ordre des Architectes (www.architectes.org) fournit nombre d’informations précieuses, telles que les adresses des représentations des Maisons de l’architecture dans toute la France, des modèles de contrats, ainsi que l’ouvrage Construire avec un architecte, définissant le rôle de ce professionnel, les garanties etc. Internet est un bon outil pour identifier les stars du domaine dont les projets abondent, photos à l’appui. Mais avec la plupart des professionnels, il s’agit d’une rencontre et d’un rapport de confiance. Alain Boisson, architecte en Ile-de-France, nous éclaire sur la relation qui s’établit avec ses clients. « On se choisit, dit-il, comme dans toute bonne relation. On me sollicite dès l’analyse du terrain, avec une volonté d’originalité, de projet atypique. Je les aide dans un premier temps à se poser les bonnes questions, en essayant de comprendre leur mode de vie et ce vers quoi ils tendent. La première étape revient à leur proposer un croquis d’approche à main levée. Contrairement à l’image de synthèse, qui donne un aperçu assez plat, je peux insister sur des détails pour mettre mieux en valeur les volumes et perspectives car, si chacun peut se faire une idée, dans 90% des cas les personnes ont du mal à se projeter en dimensions à partir d’un plan. » (voir projections en 3D). Au final, la gestion des contraintes sous la responsabilité de l’architecte, relation à l’ensemble des interlocuteurs impliqués est une liberté gagnée pour le propriétaire : d’ordre juridique, administratif, de fabrication, la capacité à engager une requête, savoir de quelle autorité compétente on dépend pour chacune, la connaissance des normes, certifications, le suivi du chantier et la maîtrise des coûts avec mise en concurrence des entrepreneurs, assortie de garanties dans le temps. Le Web permet sans doute de donner une première perception du champ des possibles. Mais souvent le plus sage sera de rencontrer les organismes, privés ou publics les plus proches de chez soi afin de réellement se confronter à la réalité des possibles, avant de se lancer.

Article publié le 14 novembre 2010

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums
  • Willy FURTER
    Willy FURTER
    je développe une maison en kit à ossature métallique
    www.maison-econome.forumpro.fr
    disponible à l'autoconstruction
  • michpau
    michpau
    erreur

    Désolé j'ai raté mon évaluation, en ne cliquant que sur une seule étoile, alors que je voulais en mettre beaucoup plus

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.