Quelle implantation pour ma cuisine ?

L'organisation de la cuisine est essentielle au confort. On distingue quatre implantations différentes. Avantages et inconvénients de chacune et conseils pour une implantation facile à vivre.

L'emplacement de la fenêtre conditionne largement l'implantation et l'aménagement de la cuisine. Abstrakt. Ikéa.
Voir plus : cuisine
Cet article fait partie du dossier Aménagement de cuisine
La cuisine n'est pas une pièce comme les autres dans laquelle on peut changer l'emplacement des meubles au gré de nos humeurs. A moins de se lancer dans des travaux lourds et longs, son implantation est déterminée par des contraintes techniques, à savoir l'emplacement des arrivées d'eau, d'électricité et éventuellement de gaz, la situation de la fenêtre et de la porte.

A partir des contraintes techniques, on distingue quatre implantations principales.

- La cuisine linéaire. Aussi appelée cuisine en I. Dans une cuisine linéaire, toutes les fonctions sont regroupées le long d'un seul mur. Un mur plus ou moins long selon les cas. Si cet agencement est peu convivial, des solutions existent pour rompre la monotonie : jouer sur les différences de niveaux et de profondeurs, alterner meubles ouverts et fermés ou miser sur les éléments décoratifs pour attirer le regard.

- La cuisine parallèle. Il s'agit d'une variation de la cuisine linéaire. Attention, pour la fluidité des déplacements, il faut impérativement prévoir un minimum de 120 cm entre les deux rangées d'éléments qui se font face. Les mêmes astuces permettent d'animer la cuisine et l'ambiance.

- La cuisine en angle. Elle convient aux cuisines carrées ou rectangulaires. Souvent grandes, elles peuvent recevoir une table pour les repas. Les fabricants proposent aujourd'hui des rangements d'angle futés pour ne perdre aucune place.

- La cuisine ouverte. Ou cuisine américaine. Elle s'ouvre sur le salon, laisse circuler la lumière et le regard. Hélas, elle laisse aussi circuler les bruits et les odeurs. Attention donc au choix des appareils électroménagers, la hotte en particulier.
Le choix de l'implantation étant effectué, il reste à placer les différents éléments avec un objectif : rendre l'agencement pratique et facile à vivre. Pour cela, il est nécessaire de respecter le triangle d'activité.

Le triangle d'activité
Dans une cuisine, on distingue trois activités principales, à regrouper autour de trois pôles afin d'assurer un enchaînement des tâches aussi fluide que possible.
Le premier pôle, pôle eau, regroupe l'évier, le lave-vaisselle et la poubelle. Le lave-vaisselle se positionne non loin de l'égouttoir et la poubelle sous l'évier.
Le deuxième pôle , le pôle froid, rassemble le réfrigérateur et l'éventuel congélateur. La logique implique de le placer non loin du placard à provisions et du plan de travail.
Le dernier pôle, le pôle chaud comprend le ou les fours et les plaques de cuisson. Un espace de 60 cm minimum doit être ménagé de part et d'autre des plaques afin de pouvoir poser les plats.
Article publié le 3 décembre 2009

Articles à lire sur le même sujet

Ajouter un commentaire

Continuer sur les forums

Pour participer, inscrivez-vous ou connectez-vous avec votre compte Maison.com ou votre compte Facebook.